Les Caves du Majestic

lundi 22 août 2016

Francophone poésie sur scène (ex-)yougoslave – Récapitulation par auteur

Au bout de trente notes et plus de chanson encore, il est utile de faire une petite récapitulation en deux temps.

 

 

******

Les poètes cités sont :

 François Villon - Jean de La Fontaine - Lautréamont - Arthur Rimbaud - Victor Hugo - Charles Baudelaire - Maurice Maeterlinck - Paul Éluard – Louis Aragon - Max Jacob - Henri Michaux - Philippe Soupault - Louise de Vilmorin - Jacques Prévert

 

******

Cette série fut un prétexte pour nous sensibiliser à la collection Poètes d'aujourd'hui éditée par le poète Pierre Seghers (1906-1987).

 

 

Cette collection fondée en 1944 avec des poètes de la Résistance a longtemps été une référence populaire en la matière et a permis a beaucoup de s'initier à la poésie. On trouve souvent ces livres au format particulier dans les bouquineries.

 

164 Pierre Seghers

 

J'ignore pourquoi Jacques Prévert n'en a pas fait partie. On peut supposer qu'il fut si populaire qu'un ouvrage de ce genre n'a pas paru utile. Il suffit de voir les tirages de Paroles.

 

****** 

La liste ci-dessous reprend les noms des 14 poètes cités dans ce cycle.

L'ordre choisi est celui de la parution du volume dans ces collections (Poètes d'aujourd'hui et Poètes d'hier et d'aujourd'hui). Chaque nom est précédé du numéro qui indique la position dans la collection.

On y a ajouté un lien vers les titres mentionnés lors de ce cycle.

Comme on le verra, ces deux notes sont surtout un prétexte à diffuser des images.

Aux couvertures concernant les 10 auteurs que nous avons rencontrés, nous avons ajouté d'autres couvertures.

 

******

 

1. Paul Éluard

 

1 Eluard Parrot 1944

Monographie de Louis Parrot à qui l'on en doit
une sur Federica Garcia Lorca (7) et
une autre sur Blaise Cendrars (11).

7 Garcia Lorca Parrot 11 Cendrars Parrot

 

Capitale de la Douleur
qui nous a permis d'évoquer Jean-Luc Godard (par Jean Collet dans la collection Cinéma d'Aujourd'hui)

Godard Collet

 

******

 

2. Louis Aragon

 

 

8905731633

 

Monographie de Claude Roy à qui l'on en doit
une sur Jules Supervielle (15).

15 Supervielle Roy

 

Les Rendez-vous
qui nous a permis d'évoquer Pablo Neruda (40, par Jean Marcenac)

Il n'y a pas d'amour heureux
qui nous a permis d'évoquer Georges Brassens (99, par Alphonse Bonnafé).

img10760_1  81QePPWG3CL

 

******

 

3. Max Jacob

 

3 Jacob Billy

 

Monographie d'André Billy à qui l'on en doit
une sur Guillaume Apollinaire (9).

 

9 Apollinaire Billy

 

La Petite servante

 

 

 

5. Henri Michaux

 

 

5 Michaux Bertelé

 

Monographie de René Bertelé.

Épervier, de ta faiblesse domine.

 

******

 

6. Le Comte de Lautréamont

 

6 Lautréamont Soupault

Monographie de Philippe Soupault (voir n°58).

Pas un texte en particulier - un hommage.

 

******

 

12. Arthur Rimbaud

 

 

rimbaud-poetes-aujourdhui-seghers

 

Monographie de Claude-Edmonde Magny

Sensations

 

******

 

27. Victor Hugo

 

 

865846942

 

Monographie de Louis Perche à qui l'on en doit
une sur Paul Claudel (16) et
une autre sur Anna de Noailles (116).

16 Claudel Perche  116 Anna de Noailles Perche

 

Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encore pleine.

 

******

 

31. Charles Baudelaire

 

 

h-1200-decaunes_luc_charles-baudelaire_1952_edition-originale_autographe_1_43513

 

Monographie de Luc Decaunes qui fera lui-même l'objet d'une monographie (188) par Jean-Marie Auzias.

188 Decaunes Auzias

 

Les Plaintes d'un Icare

La Musique

Parfum exotique

 

******

 

58. Philippe Soupault

 

 

Philippe Soupault Seghers

 

Monographie de Henri-Jacques Dupuy.

Georgia

 

******

 

87. Maurice Maeterlinck

 

Maurice-Maeterlinck-Livre-352468876_L

Monographie de Roger Bodart qui fera lui-même l'objet d'une monographie (188) par André Guimbretière.

157 Bodart Guimbretière

 

L'oiseau bleu

 

******

 

91. Louise de Vilmorin

 

856315722

Monographie d'André de Vilmorin
Avant-propos de Jean Cocteau (4)

 

4 Cocteau Lannes

 

Reine des mouettes

 

 

******

 

Collection Poètes d'hier et d'aujourd'hui

 

******

 

2. François Villon

 

 

Charpier-Jacques-Francois-Villon-Livre-852967301_L

 

Monographie de Jacques Charpier à qui l'on en doit une sur Paul Valéry (51)

51 Valéry Charpier

 

Le Jargon ou Jobelin de maistre François Villon – Ballade III

Ballade des langues ennuyeuses

Ballade des pendus (1)

Ballade des dames du temps jadis

Ballade des seigneurs du temps jadis

Épitaphe & Rondeau

Ballade des pendus (2)
qui nous a permis d'évoquer Léo Ferré (93, par Charles Estienne)

lasagaseghers7

Ballade de merci

 

******

 

Jean de La Fontaine

 

 

1889109802

 

Monographie de Pierre Clarac.

 

La Cigale et la fourmi

 

******

 

Les poèmes de
Jacques Prévert
se répartissent en deux recueils et une chanson

 

Paroles

 

product_9782070367627_195x320

 

 

 

Barbara

Alicante

Pour toi mon amour

 

******

 

Histoires

9782070361199FS

 

Fiesta

Adrien

 

******

 

Les Feuilles mortes

Comme il y en a beaucoup, on cliquera sur ce tag créé spécialement pour l'occasion.

590_001


dimanche 21 août 2016

Francophone poésie sur scène (ex-)yougoslave – Récapitulation par album

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 Au bout de trente-et-une notes et plus de chanson encore, il est utile de faire une petite récapitulation en deux temps

******

En cliquant sur chaque pochette, on arrive sur une présentation du titre concerné.

 ******

On pourrait classer les albums par république, on se serait ainsi aperçu que seuls des artistes de Croatie, de Serbie et de Slovénie se sont approprié ce domaine. Mais ç'aurait été compliqué : très souvent, et surtout lorsqu'il s'agit de groupe, les membres viennent d'un peu partout (y-compris de Bosnie, de Macédoine et du Monténégro...)

On pourrait classer ces albums par genre : il y a du jazz, du classique, du « slam », de la chanson, du rock psychédlique, de la musique savante, du hard-rock et surtout beaucoup de schlager.

Le plus simple nous a paru de les présenter dans un ordre chronologique, en illustrant chaque titre par une pochette.

Cela permettra peut-être de révéler une trajectoire, de découvrir quelques type de design...

Ce fut un voyage dans le temps ni objectif car beaucoup de chose manqueraient pour donner une vision complète de cette scène, ni subjective, car le parti pris arbitraire et systématique ne reflète en rien nos goût.

******

 

Ivo Robić, Uvelo Lišće, 1952
d'après Prévert & Kosma

R-3467224-1331506043

 

******

 

Milan Stibilj, Épervier De Ta Faiblesse, Domine, 1964
d'après Henri Michaux

R-913637-1179147609

 

 

******

 

 

Collectif, Cvrčak i mravi, 1970
d'après Jean de La Fontaine

R-2806732-1301902725

 

 

******

 

 

Rade Šerbedžija, Barbara, 1973
d'après Jacques Prévert

 

R-1413950-1217667568

 

R-1413950-1217667669

 

******

 

Orkestar Žarka Petrović (avec Đuza Stoilijković), Barbara, 1974
d'après Jacques Prévert

R-8124837-1455598603-6502

 

******

 

Rale Damjanović, Barbara, 1975
d'après Jacques Prévert

R-1091747-1191409520

 

******

 

Korni Grupa, Miris, 1975
d'après Charles Baudelaire

 

FRONT

 

 

******

 

Ibrica Jusić, Pošto sam, 1977
d'après Victor Hugo

IBRICAJUSIC-EMINA19772b5dc

 

******

 

Zdenka Kovačiček, Muzika, 1978
d'après Charles Baudelaire

R-8345754-1459794803-4758

 

******

 

Miša Blam, Uvelo Lišće, 1979
d'après Prévert & Kosma

R-2540619-1289537873

 

******

 

Arsen Dedić, Moljenje Oproštaja, 1980
d'après François Villon

FRONT

 

******

 

Milan Babić, Zagrli me na rastanak, 1980
d'après Jacques Prévert

29769698_800_800

 

 

******

 

 Zdenka Žabčić et Stjepan Radić, 1980

  • La Petite Servante (Max Jacob et Francis Poulenc)
  • Reine des mouettes (Louise de Vilmorin et Francis Poulenc)

 

LSY66113CVR

 

 

******

 

Zvonko Špišić, Pisme gosponu J. Prevertu v Pariz, 1981

R-4080819-1354587089-5659

 

******

 

Duško Gojković, Autumn Leaves, 1983
d'après Prévert & Kosma

1985-Snapshot

 

******

 

Stijene, Fiesta, 1984
d'après Jacques Prévert

R-1332870-1212048215

 

******

 

Arsen Dedić, Mrtvo lišće, 1985
d'après Prévert & Kosma
Nema sretne ljubavi, 1985
d'après Louis Aragon & Georges Brassens

FRONT

 

******

 

Kerber, Šta ostaje, 1985
d'après Jacques Prévert

FRONT

 

******

 

Rade Šerbedžija, Barbara, 1986
d'après Jacques Prévert

R-2352386-1278954988

 

******

 

Arsen Dedic, , Uvelo Lišće, 1987
d'après Prévert & Kosma

R-4237986-1359378448-3085

 

******

 

 Duško Jakšić, Uvelo Lišće, 1987
d'après Prévert & Kosma

R-2154331-1266943987

 

******

 

Rale Damijanović, Otišla si, 1988
d'après Louis Aragon

RALED-prednja

 

******

 

Bjesovi, Džordžija, 1991
d'après Philippe Soupault

R-1747074-1323282995

 

******

 

Sanja Ilić & Irfan Mensur, Plava Ptica, 1992
d'après Maurice Maeterlinck

R-3094586-1315469420

 

******

 

Laibach, le privilège des morts, 1992
d'après Paul Eluard

Laibach-Kapital-560x560

 

******

 

Ljubiša 'Buca' Stošić, Autumn Leaves, 1992
d'après Prévert & Kosma

R-1952130-1254648438

 

******

 

Razni izvođaci, Plava Ptica, 1993
d'après Maurice Maeterlinck

hqdefault

 

******

 

Sedmina, Balada o obešencih, 1993
d'après François Villon

R-1185881-1199233116

 

 

******

 

 

Jovan Maljoković Balkan Salsa Band, Autumn Leaves, 1994
d'après Prévert & Kosma

 

R-4707057-1372883563-7633

 

 

******

 

Milan Šević, Za tebe ljubavi moja & Barbara, 1996
d'après Jacques Prévert

R-2032033-1259692424

 

******

 

Sedmina, 1999

Balada o gospeh minulih dni
Ballade des seigneurs du temps jadis
Epitaf in rondo
d'après François Villon

Ikarova Tožba
d'après Charles Baudelaire

R-4013399-1352322586-6302

 

******

 

Strip, Đuka, 2004

R-1854858-1249772859

 

******

 

Jovan Maljoković Balkan Salsa Band i Ana Sofrenović, Autumn Leaves, 2006
d'après Prévert & Kosma

R-3037090-1312795072

 

******

 

Šinobusi, Predosećaj, 2007
d'après Arthur Rimbaud

Šinobusi-U-Pravcu-Jablanova

 

******

 

Niet, 2012

Balada o obešencih
Bratje svinjsko trdih rok
Naj crkne rokovnjač
d'après François Villon

114021_NIET_V_BLIZINI_LJUDI_A_b

113017_Niet_A_b

 

******

 

Katabazia, Maldorovo pevanje, 2013
d'après Le Comte de Lautréamont

R-5761040-1401911203-8706

 

******

 (à suivre / nastaviće se)

samedi 20 août 2016

(31) 'Les Feuilles mortes' de Prévert & Kosma, par Ivo Robić (1952)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

À moins que quelque chose nous ait échappé (ce qui est fort possible) et d'ici que de nouvelles adaptations voient le jour (ce qui serait chouette), notre cycle s'achève avec une adaptation des Feuilles Mortes de Jacques Prévert (1900-1977) et Jospeh Kosma (1905-1969).

 

joseph-kosma-jacques-prc3a9vert

 

En 1952, l'industrie du disque balbutie encore, et, à 29 ans, Ivo Robić (1923 à Garešnica – 2000 à Rijeka) semble déjà en être l'une des figures les plus importantes. Actif pendant la guerre, il sort ses premiers disques en 1949. S'ensuit une carrière yougoslave et internationale (notamment en Allemagne et Autriche).

 

ivorobiccp1

 

Comme cet aspect nous occupe sur ce blog, précisons que son énorme répertoire compte quelques succès français dont :

J'ignore si ces titres ont fonctionné à l'époque.

******

 

Assez au fait des succès de l'époque, il semblait naturel qu'il reprenne si tôt ce standard.

 

R-3467224-1331506043

 

Notons un paradoxe. Kosma est un nom qui s'écrit comme il se prononce, et pourtant, quelqu'un a préféré l'écrire avec un C. Il est vrai que la firme Jugoton se trouve à Zagreb et non en Serbie.

 A priori, personne dans la région ne l'enregistrera avant Miša Blam en 1979.

 


Mise en ligne le 2 décembre 2010 par
MrSuanPan

(Jacques Prévert - traducteur ? - Joseph Kosma)

 

 

Nekad smo mi presretni bili
Nekad za nas cvao je maj
S rukom u ruci šeta smo sretni
Samotnom stazom kroz majski raj


Ali ljubavni nesta plamen
Našoj sreći
[tad] dođe kraj
Tada svaku stazu krije mrtvo lišće
Što s grana je palo na tle

Ali ljubavni nesta plamen
Našoj sreći
[tad] dođe kraj
Tada svaku stazu krije mrtvo lišće
Što s grana je palo na tle

...

 

vendredi 19 août 2016

(30) 'Épervier De ta faiblesse, domine' d'Henri Michaux, par Milan Stibilj & Les Percussions de Strasbourg (1969)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

Henri Michaux (1899-1984) est le dernier « nouveau » poète de ce cycle qui s'achèvera bientôt. Belge, il est, avec Maeterlinck, le seul francophone d'une autre nationalité que française que nous ayons rencontré, quoiqu'il ai pris la nationalité française en 1955.

 

5 Michaux Bertelé

 

Le poème du jour a paru dans un recueil intitulé Épreuves, Exorcismes en 1946.

 

-preuves,-exorcismes,-1940-1944-528801-250-400  9782070325054-fr-300

 

Les poèmes qui le composent datent des années 1940/1944.

Reprenons-en la préface (disponible sur la toile) :

   II serait bien extraordinaire que des milliers d'événements qui surviennent chaque année résultât une harmonie parfaite. Il y en a toujours qui ne passent pas, et qu'on garde en soi, blessants.

   Une des choses à faire : l'exorcisme.

   Toute situation est dépendance et centaines de dépendances. Il serait inouï qu'il en résultât une satisfaction sans ombre ou qu'un homme pût, si actif fût-il, les combattre toutes efficacement, dans la réalité.

   Une des choses à faire : l'exorcisme.

   L'exorcisme, réaction en force, en attaque de bélier, est le véritable poème du prisonnier. Dans le lieu même de la souffrance et de l'idée fixe, on introduit une exaltation telle, une si magnifique violence, unies au martèlement des mots, que le mal progressivement dissous est remplacé par une boule aérienne et démoniaque – état merveilleux !

   Nombre de poèmes contemporains, poèmes de délivrance, ont aussi un effet de l'exorcisme, mais d'un exorcisme par ruse. Par ruse de la nature subconsciente qui se défend au moyen d'une élaboration imaginative appropriée : les rêves. Par ruse concertée ou tâtonnante, cherchant son point d'application optimus : les rêves éveillés.

   Pas seulement les rêves mais une infinité de pensées sont « pour en sortir», et même des systèmes de philosophie furent surtout exorcisants qui se croyaient tout autre chose.

   Effet libérateur pareil, mais nature parfaitement différente.

   Rien là de cet élan en flèche, fougueux et comme supra-humain de l'exorcisme. Rien de cette sorte de tourelle de bombardement qui se forme à ces moments où l'objet à refouler, rendu comme électriquement présent, est magiquement combattu.

   Cette montée verticale et explosive est un des grands moments de l'existence. On ne saurait assez en conseiller l'exercice à ceux qui vivent malgré eux en dépendance malheureuse. Mais la mise en marche du moteur est difficile, le presque-désespoir seul y arrive.

   Pour qui l'a compris, les poèmes du début de ce livre ne sont point précisément faits en haine de ceci, ou de cela, mais pour se délivrer d'emprises.

   La plupart des textes qui suivent sont en quelque sorte des exorcismes par ruse. Leur raison d'être : tenir en échec les puissances environnantes du monde hostile.

 

Voici le texte du poème du jour tel que nous l'avons trouvé sur la toile :

 

L'être qui inspire m'a dit :

Je suis celui qui tremble.

Je suis celui qui rompt,

Qui glisse, qui rampe.

Je suis celui qui rend.

L'être qui transporte m'a dit :

Je suis celui qui cesse,

Celui qui ôte, celui qui lâche.

Eh bien ! et toi ?

Et toi pareil, pourquoi te méconnais-tu ?

Je m'assieds en juge,
Je m'accroupis en vache,
Je pénètre en père,
J'enfante en mère.
Et toi, qu'attends-tu ?

Ton égout traverse la
Royale
Demeure.
Six mille lames de mots tu as en ta bouche.
Faible, dis-tu.
Qui est faible, traversant les quatre mondes ?



Je suis l'oiseau.
Tu es l'oiseau.

Je suis la flèche empennée des plumes de

l'oiseau.
Je vole.
Tu voles.
Je vogue.
Tu vogues.
Nous voguons entre les mâchoires du ciel et

de la
Terre.
Je romps
Je plie
Je coule

Je m'appuie sur les coups que l'on me porte
Je gratte
J'obstrue
J'obnubile

Je fais rétrograder la marche des vivants
Et toi, qui en misère as abondance
Et toi,

Par ta soif, du moins, tu es soleil, Épervier de ta faiblesse, domine !
Regarde :

Je fais tournoyer la femme

Je lynche le vieillard

J'enivre la racine

Je galope dans le troupeau de girafes

Je suis le guerrier parachuté

Je suis l'oreille quand il y a du bruit

Je trompe, je traverse

Je n'ai pas de nom

Mon nom est de gaspiller les noms

Je suis le vent dans le vent.



Je suis celui qui enfanta les dieux
Dans mon bassin ils ont été créés
De mon bassin ils ont été chassés.

******

 

D'habitude, nous mettons en avant l'interprète, mais c'est ici la première fois que nous avons affaire à un compositeur de musique savante.

Milan Stibilj (1929, Ljubljana - 2014) est un compositeur expérimental.

 

stud
Image trouvée ici.

 

N'étant spécialistes de rien, nous le sommes encore moins des musiques savantes et contemporaines. Tout au plus avons-nous lu quelque part ses rapport avec la musique concrète et le dodécaphonisme. Certains de ses travaux peuvent évoquer chez un néophyte ceux de Pierre Henry.

Ici, le rapport texte/musique n'est ni celui d'une chanson, ni celui d'une récitation avec accompagnement (comme ici, ou encore ) encore moins celui d'un conte (comme nous l'avions vu avec cette dramatisation d'une fable de La Fontaine)

 

******

 

Il a composé cette pièce à l'occasion de la biennale de musique contemporaine de Zagreb en 1964 pour les Percussions de Strasbourg (67), fameux ensemble de musique contemporaine fondé en 1962 et qui existe toujours. Deux disques sont disponibles à la  médiathèque de l'institut français de Belgrade, l'un est consacré à Xenakis et l'autre à plusieurs compositeurs (Yoshihisa Taira, Philippe Manoury, François-Bernard Mâche, Hugues Dufourt, Edgar Varèse, Maurice Ohana, Miloslav Kabelac, Iannis Xenakis).

.

Ci-dessous, diverses pochettes d'éditions contenant également une pièce de Peter Schat (1935-2003) et une de Makoto Shinihara (né en 1931).

 

R-913637-1179147609

 

R-772897-1187900934

 

R-8756376-1468088977-2404

 

Lors de cet enregistrement, les membres étaient Claude Ricou, Georges Van Gucht, Jean Batigne (1933-2015), Jean-Paul Finkbeiner (tout quatre membres fondateurs) et Detlev Henri Kieffer (né en 1944) et Gabriel Bouchet.

Quant à Claude Petitpierre, le récitant, nous n'avons pas trouvé d'informations le concernant.

 

******

 


Mise en ligne le 16 septembre 2011 par TheWelleszCompany

Le texte utilisé n'est pas la version complète. De plus, une partie a été déplacée.

 

(...)

Tu es l'oiseau.

Je suis la flèche empennée des plumes de

l'oiseau.
Je vole.
Tu voles.
Je vogue.
Tu vogues.
Nous voguons entre les mâchoires du ciel et

de la
Terre.
Je romps
Je plie
Je coule

Je m'appuie sur les coups que l'on me porte
Je gratte
J'obstrue
J'obnubile

Je fais rétrograder la marche des vivants
Et toi, qui en misère as abondance
Et toi,

Par ta soif, du moins, tu es soleil, Épervier de ta faiblesse, domine!

(...)

Ton égout traverse la
Royale
Demeure.
Six mille lames de mots tu as en ta bouche.
Faible, dis-tu.
Qui est faible, traversant les quatre mondes ?

(...)

Regarde :

Je fais tournoyer la femme

Je lynche le vieillard

J'enivre la racine

Je galope dans le troupeau de girafes

Je suis le guerrier parachuté

Je suis l'oreille quand il y a du bruit

Je trompe, je traverse

Je n'ai pas de nom

Mon nom est de gaspiller les noms

Je suis le vent dans le vent.



Je suis celui qui enfanta les dieux
Dans mon bassin ils ont été créés
De mon bassin ils ont été chassés.

jeudi 18 août 2016

(29) 'La Cigale et la Fourmi' de Jean de La Fontaine, par divers comédiens (1970)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

Jean de La Fontaine (1621-1695) nous permet d'aborder le domaine des disques jeunesse grâce à la Cigale et la Fourmi (1668, I, 1), inspiré d'une fable d'Ésope (en grec ancien Αἴσωπος / Aísôpos, VIIe – VIe siècle avant notre ère).

 

1889109802

 

Attendu que...

  • la version d'Ésope peut servir de synopsis à n'importe quelle version ultérieure,
  • elle contient déjà la fameuse réplique finale,
  • Ésope semble plus connu dans la région que La Fontaine,
  • l'apport de La Fontaine est particulièrement formel,

… on peut être étonné du choix d'attribuer la source de cette petite pièce à La Fontaine plutôt qu'à Ésope.

 

R-3233642-1321625167

 

D'autant que dans la même collection de disque, également dramatisée par Zlata Vidaček (pas d'information) il existe une version de Le Lion et le Rat, attribuée directement à Ésope. Peut-être s'agissait-il d'élargir les domaines de cette collection qui s'étend jusqu'au Japon.

 

R-2806732-1301902725

 

Les interprètes sont

  • Tatjana Lukjanova (1923 à Belgrade-2003) dans le rôle de la cigale,
  • Momčilo Životić (né en 1931 à Kula),
  • Ivan Jonaš (1922 à Stara Pazova-1998) et
  • Dragan Laković (1929 à Skopje-1990).

Notons que les noms "cigale" et "fourmi" sont au masculin en serbo-croate.

Les pochettes, trouvées sur discogs, sont d'Evgenija et Dragan Dimitrijević.

 


Ajoutée le 18 septembre 2015 par Heavy Art-illery

(Jean de La Fontaine - adaptation : Zlata Vidaček - Dušan Radić)

Cvrčak – Dobro jutro mrave! Kako je divan dan!

Mrav 1 – Jeste Crvčku. Mnogo poslova ćemo obaviti do noći.

Cvrčak – Zar sad da radite? Pa to je šteta. Dan je kao rođen za veselje.

Mrav 1 – Mi veselje ostavljamo za zimske dane.

Cvrčak – Zar toliko da čekate? Ja ću vas razveseliti pre zime, zasviraću nešto što najlepše umem.

 

Mrav 1 – Ti samo sviraš.

Cvrčak – Pa šta bih drugo radio.

Mrav 1 – Sagradi sebi kuću. Pogledaj kakva je naša. Prvo nađi neko lepo oboreno stablo da te štiti od kiše. Ispod njega iskopaj hodnike i glavne prostorije. Neka ti to bude ostava i soba za spavanje.

Cvrčak – I zar da se znojim?

Mrav 1 – Nemoj se šaliti nego izaberi skrovito mesto koje je blizu žitnog polja.

Cvrčak – Sunce sija ko tepsija. Ja ću da sviram.

 

Mrav 2 – Ako hoćeš da znaš, ti nam malo i smetaš. Stao si tu na put, skloni se.

Cvrčak – O! Vi samo vučete. Te pšenicu, te proso, šta ti ja još znam. Baš je to glupo. Ja volim da sviram.

Mrav 1 – Slušaj ti Crvčku, zaista si nepažljiv. Nama se spava. uti već jednom. Ceo dan si svirao. Sad bar prestani. Dosta.

Cvrčak – Zašto dosta? Tek na mesečni muzika prija. Ti i tvoj narod spavajte, a ja ću da vam sviram uspavanku.

 

Stari Mrav – Crvčku, tvoja svirka je lepa. Miluje kao prolećno sunce, uspavljuje kao poljubac majke. Hvala ti na svirci. Ja sam najstariji od svoje braće mrava i uživam u muzici.

Cvrčak – Ja ti se duboko klanjam stari mrave i zahvalan sam što me ti jedini razumeš i hvališ.

Stari Mrav – Pogrešio si. Ja kažem da ti lepo sviraš, ali nije dovoljno da samo to radiš. Pogledaj moj mravlji rod. Svi radimo. Donosimo mrvice, vučemo kukuruz, voće, slatke sokove, pečemo hleb i dvopek. Skoro ni na hranu ne mislimo, samo radimo. Hranimo se onako usput. A zimus će svaki dan biti gozba. A ti, šta ti radiš?

Cvrčak – Uživam!

Stari Mrav – Kako ćeš dočekati zimu?

Cvrčak – Svirajući.

Stari Mrav – E videćemo uskoro.

 

Cvrčak – Ćudan je ovaj dan. Nebo se zamutilo. Oblaci su ga prekrili. Baš me hvata neka jeza. Ptice ćute. Šta se to događa na ovom svetu?

Mrav 1 – Ništa Crvčku. Stigla je jesen. Ljudi su odneli svojim kućama snopove žita. Rode i laste spremaju se na dalek put preko mnogo mora.

Cvrčak – Šta misliš mraviću? Da im odsviram jednu pesmu za srećan put.

Mrav 1 – Sviraj ti, sviraj. Ali od tebe Crvčku, Vetar je bolje svirač.

Narrator – Je li mrave stražar, jesi li gde video onog veseljaka cvrčka?

Stari Mrav – Ja sam stari mrav video sam ga. Zavukao se pod opalo lišće i huče u prste, cvokoće od studeni.

Narrator – E svirao je, svirao, a sada...

Cvrčak – Ja više ovako ne mogu. Idem svojim susedima. Oni su u toplim odajama, a možda će i meni dati neki zalogaj . Ha, da svratim kod prvog. Mrave, mraviću, otvori, prozebao sam, ovo ćebence je tako tanko, ne greje leđa, smrznuću se. Ooo. Ovde izgleda nema nikog. Ili neće ni prozor da mi otvori. O! Mravi! Mravići! Došao sam kod vas. U vašoj kući je sigurno toplo i prijatno. Možda ste sada za punom trpezom, a ja ću skapati od gladi. Pomozite mi. O susedi.

Mrav 1 – O to si ti Crvčku! Smrzavaš se, je li? A zašto nisi sagradio sebi kuću kad sam ti lepo govorio?

Cvrčak – Nisam... nisam eto, nisam.

Mrav 1 – A šta si radio celo leto?

Cvrčak – Svirao sam, svirao.Bila je to prelepa muzika.

Mrav 1 – A sad igraj, Crvčku. Laku noć.

Narator – Siromah Cvrčak. Na ovoj vejavici. Da da. do jutra zavejaće ga sneg.

 

******

 

Entre parenthèse, on a découvert l'existence d'un groupe de rock de Novi Sad qui s'appelle également Cvrčak I Mravi (fondé en 1967).

 

R-1064471-1189354468

 


mercredi 17 août 2016

(28) 'La Petite Servante' de Max Jacob, 'Reine des Mouettes" de Louis de Vilmorin par Zdenka Žabčić & Stjepan Radić (1980)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

Une chance assez exceptionnelle a fait que presque toutes les références relevées sont disponibles sur Youtube. Ce n'est pas le cas de cet album de la cantatrice Zdenka Žabčić (née en 1931) et du pianiste Stjepan Radić (1928-2010). C'est donc une note sans musique. Il existe différentes interprétations disponibles sur la toile, mais elles n'entrent pas dans le cadre de ce cycle.

 

 

LSY66113CVR

 

 

Tant que nous ne nous serons pas procuré cet album, on ne connaîtra pas leur interprétation de deux mélodies de Francis Poulenc (1899-1963) d'après un poème de Max Jacob (1876-1944) et un autre de Louise de Villemorin (1902-1968).

 

 

LSY66113BCK

D'autres versions sont disponibles sur la toile. Bornons nous à citer ces textes.

 

******

 

On signalera toutefois que La Petite Servante est la troisième des cinq pièces qui composent les Cinq poèmes de Max Jacob, dont Poulenc publia les compositions en 1931. Ils font partie du recueil La Côte paru en 1911.

 

3 Jacob Billy

 

Préservez-nous du feu et du tonnerre,
Le tonnerre court comme un oiseau,
Si c'est le Seigneur qui le conduit
Bénis soient les dégats.
Si c'est le diable qui le conduit
Faites-le partir au trot d'ici.

Préservez-nous des dartres et des boutons,
de la peste et de la lèpre.
Si c'est pour ma pénitence que vous l'envoyez,
Seigneur, laissez-la moi, merci.
Si c'est le diable qui le conduit
Faites-le partir au trot d'ici.

Goître, goître, sors de ton sac,
sors de mon cou et da ma tête!
Feu Saint Elme, danse de Saint Guy,
Si c'est le Diable qui vous conduit
mon Dieu faites le sortir d'ici.

Faites que je grandisse vite
Et donnez-moi un bon mari
qui ne soit pas trop ivrogne
et qui ne me batte pas tous les soirs.

 

******

 

 

On signalera également que la Reine des Mouettes est l'une des trois pièces qui composent le triptyque intitulé Métamorphoses et que Francis Poulenc a composé d'autres musiques sur des textes de Louise de Vilmorin en 1943.

L'écrivain n'avait alors publié qu'un seul recueil intitulé Fiançailles pour rire (1939) qui avait donné lieu à d'autres pièces du compositeur.

 

856315722

 

Reine des mouettes, mon orpheline,
Je t'ai vue rose, je m'en souviens,
Sous les brumes mousselines
De ton deuil ancien.

Rose d'aimer le baiser qui chagrine
Tu te laissais accorder à mes mains
Sous les brumes mousselines
Voiles de nos liens.

Rougis, rougis, mon baiser te devine
Mouette prise aux nœuds des grands chemins.

Reine des mouettes, mon orpheline,
Tu étais rose accordée à mes mains
Rose sous les mousselines
Et je m'en souviens.

 

mardi 16 août 2016

(27) 'Barbara' de Jacques Prévert, par Rade Šerbedžija (1973)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

Barbara, l'une des chansons les plus populaires de Rade Šerbedžija (né en 1946 à Bunić), n'est pas inspiré du poème Jacques Prévert (1900-1977), même si l'interprète en cite quelques vers.

 

6cbd679269b69f4cbd9eb0ee4197a6d7

 

Ces vers ne figurent pas dans la chanson originale de Fabrizio de André (1940 à Gênes -1999 à Milan). Elle figure sur son premier album.

 

******

Cette note permet de constater une chose intéressante sur les chansons et les frontières.

  • Fabrizio de André a fait connaître Georges Brassens (1921-1981) en Italie.
  • Fabrizio de André a été repris quelques fois en Yougoslavie (Arsen Dedić, Tomislav Ivčić et Crveni Koralj).
  • Arsen Dedić est le le seul (à notre connaissance) à avoir repris Georges Brassens (cf. cette note) ; c'est aussi un interprète de Fabrizio de André.

Fabrizio de André n'a semble-t-il jamais été adapté en français.

 

******

Écoutons les deux versions, d'abord celle de Rade Šerbedžija qui en justifie la présence dans ce cycle et celle de Fabrizio de André, qui en est l'auteur (et que nous aimons beaucoup). Enfin, nous entendrons Barbara de jacques Prévert par Rade Šerbedžija.

 ******

 

R-1413950-1217667568

R-1413950-1217667669

R-1413950-1302612715

 

Le choix de Rade Šerbedžija d'inclure ces vers est intéressant et témoigne peut-être de la popularité de Prévert dans la région. La démarche est légèrement différente de celle d'un Serge Reggiani (1922-2004) qui ouvre certaines de ses chansons avec des vers « du patrimoine ».

 

 
Mise en ligne le 3 avril 2008 par bihgazija1

 

(Fabrizio de André – adaptation Zvonimir Golob)

Sjeti se Barbara nad Brijestom je bez prestanka kišilo toga dana.

Tko nevjerne usnice čeka
S okusom meda i mlijeka
Taj ime tvoje zna,
Barbara
Taj usne tvoje zna,
Barbara

Taj zna da je postelja tvoja
Od trnja i cvijeća svih boja
I onda kad je voljena
Barbara
Malo je nevjerna,
Barbara

Sjeti se Barbara, sjeti se toga dana

I tako se igra i šali
Svojim rukama i usnama malim
I taj što je mrzit zna
Barbara
Poslije joj oproštaj da
Barbara

I s vjetrom u noći bez stida
Svom cvijetu po laticu kida
Za svaku ljubav ako je da
Ona to zna
Nova će latica cvasti za nju
Za Barbaru

Sjeti se Barbara, bila je jesen, al' uopče nije kišilo toga dana. Sjeti se Barbara

 ******

Deandrevol1

 

Cette chanson figure sur le premier album de Fabrizio de André (Volume 1, 1967).

 


Mise en ligne le 7 juin 2009 par Fabrizio De Andrè

(Fabrizio de André)

 Chi cerca una bocca infedele
Che sappia di fragola e miele
In lei la troverа
Barbara
In lei la bacerа
Barbara.

Lei sa che ogni letto di sposa
I fatto di ortica e di rosa
Per questo ad un'altra etа
Barbara
L'amore vero rimanderа
Barbara.

E intanto lei gioca all'amore
Scherzando con gli occhi ed il cuore
Di chi forse la odierа
Barbara
Ma poi la perdonerа
Barbara.

E il vento di sera la invita
A sfogliare la sua margherita
Per ogni amore che se ne va
Lei lo sa
Un altro petalo fiorirа
Per Barbara.

 

******

 

Rade Šerbedžija a aussi enregistré ce poème de Jacques Prévert sur un album sorti en 1986.

 

R-2352386-1278954988

 

Distorsion spatiale : l'accordéon est plus proche d'une ambiance parisienne que brestoise. Mais Jacques Prévert et Pierre Mac Orlan ont depuis longtemps rapproché Montmartre et Recouvrance.

 


Ajoutée le 1er mars 2013 par jasna peric

(Jacques Prévert - Arsen Dedić - Zvonimir Golob)

Sjeti se Barbara
Bez prestanka je kišlo nad Brestom [29] toga dana,
A ti si hodala nasmejana
Prokisla, radosna, očarana,
Pod kišom
Sjeti se Barbara,
Bez prestanka je kišilo nad Brestom
A ja sam te sreo u ulici Sijama
Smješila si se
I ja sam se smješio
[Sjeti se Barbara]
Ti koju nisam poznavao,
Ti koja me nisi poznavala
Sjeti se
Sjeti se toga dana
Ne zaboravi
Neki čovijek je stajao u tremu
I viknuo tvoje ime
Barbara
A ti si po kiši k njemu potrčala
Radosna, prokisla, očarana
U njegov zagrljaj pala
Sjeti se toga Barbara,
I ne ljuti se što ti govorim ti
Ja kažem ti svima koje volim
Čak i onima koje sam jednom video
Ja kažem ti onima koji se vole
Čak i onima koje nisam upoznao.
Sjeti se Barbara
I ne zaboravi
Tu kišu mudru i sretnu
Na svome licu sretnom
Nad ovim gradom sretnim
Tu kišu iznad mora
I iznad arsenala
Tu kišu što je pala na brod iz Uesana
Oh Barbara
Rat je je svinjarija velika
I što je sa tobom sada
Pod kišom kanonada
Ognja, krvi i čelika
A onaj koji te je grlio
Zaljubljeno
Je li umro, nestao ili još uvek živi.....
Oh Barbara
Bez prestanka plušti nad Brestom
Jednako kao i tada
Ali to nije isto i sve je srušeno
To su porotne kiše strašne i neutešne
To nije oluja više
Od ognja, krvi i čelika
To su naprosto oblaci
Što kao pseta crkavaju
Kao pseta sto nestaju
U mlazu vode nad Brestom
Da trunu negde daleko
Daleko, daleko od Bresta
Od koga ništa ne osta...

 

lundi 15 août 2016

(26) 'Barbara' de Jacques Prévert, par Orkestar Žarka Petrovića feat. Đuza Stoiljković (1974) & Rale Damjanović (1973)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

Deux lectures de Barbara (1946), l'un des poèmes les plus célèbres de Jacques Prévert (1900-1977) ont paru successivement en 1974 et 1975.

 

6cbd679269b69f4cbd9eb0ee4197a6d7

 

La plus récente est lue par Vlastimir 'Đuza' Stoiljković (1929 à Ražanj – 2015 à Belgrade), surtout connu comme l'interprète de Devojko Mala, qui a eu un gros succès en Russie.

 

R-8124837-1455598603-6502

 

Cette lecture figure sur un album de Žarko Petrović (né en 1932 à Užice) et son orcherstre intitulé Ne Ostavljaj Me Nikad Samu Kad Neko Svira (Ne me laisse jamais seul quand quelqu'un joue) et sous-titré Najlepše Pesme O Ljubavi (Les plus beaux poèmes d'amour).

 

On s'interroge sur le rapport entre le texte et la musique.

 


Ajoutée le 15 septembre 2015 par
Jugoton Music

 

(Jacques Prévert – traduction Nikola Trajković ? – Žarko Petrović)

Sećaš li se Barbara
Padala je kiša neprestana nad Brestom [29] toga dana
A ti si išla nasmejana
Pokisla ozarena očarana
Pod krupnim kapima kiše
Seti se Barbara
[adala je kiša neprestana nad Brestom]
Sretoh te u ulici Sijama
Smejala si se
I ja sam se smejao
Sećaš li se Barbara
Nisam te poznavao
A nisi ni ti mene
Sećaš li se
Sećaš li se toga dana
I ne zaboravi ga.
Jedan čovek ispod neke kapije, zaklonjen
Viknuo je tvoje ime
Barbara
A ti si potrčala ka njemu po kiši
Pokisla ozarena očarana
I bacila si mu se u zagrljaj
Sećaš li se Barbara,
Ne ljuti se što ti kažem ti
Jer ti kažem svakom koga volim
Pa mak ga samo jednom video u životu
Jer ti kažem svakom koga volim [sic]
Pa čak iako ga ne poznajem.
Sećaš li se Barbara
I ne zaboravi nikad
Tu kišu tako bladu i tako srećnu
Na tvojem licu srećnom
Na tim gradom srećnim
Tu kišu nad morem
Nad arsenalom
Nad brodom iz Cezana [sic]
Oh Barbara
Velika je svinjarija taj rat
I šta je sa tobom sada
Pod kišom od gvožđa
Vatre, čelika, krvi
A onaj koji te je stezao u zagrljaju
Zaljubljeno
Da li je umro nestao il je još živ
Oh Barbara
Još uvek kiša pada nad Brestom
Kao što je padala nekada
Ali nije to isto jer sve je porušeno
To su samo posmrtne kapi kiše užasne i očajne
A nije ni onaj potop kiše
Gvožđa čelika, krvi
Već prosto kiša iz oblaka
Koji nestaju kao psi
Kao psi
Koje donosi vodena struja iz Bresta
Da istrunu negde daleko
Vrlo daleko od Bresta
Od koga nije ostalo ništa0

 

******

 

 On doit la seconde version du jour à Rale Damjanović (né en 1947 à Donji Tovarnik) que l'on avait déjà entendu à cette occasion. Sur son disque (dont on n'a rien trouvé sur la toile) la traduction est attribuée à Nikola Trajković (1896-1989, à Belgrade) qui avait également traduit Fiesta.

 

R-1091747-1191409520

 

Dans un récital de 2007 dont un extrait est disponible sur youtube, il reprend ce poème. Le texte appris par cœur n'est pas complet mais ce qu'on en retient correspond à la traduction.

 


Ajoutée le 31 mai 2013 par
uran sunce

 

 

 

 

******

 

On retrouvera Barbara dès demain. Aujourd'hui, il faut encore mentionner Ponedeljak ili utorak (1966, Lundi ou mardi) de Vatroslav Mimica (né en 1923).

On a eu la chance de voir ce film le mois dernier à la Kinoteka. On n'a pas peur d'exagérer en affirmant que ce film yougoslave est de loin le plus proche de l'univers poétique de Jacques Prévert qu'on ait vu, bien plus proche que les films scénarisés par Jacques Prévert lui-même.

Les raisons de l'affirmer tiennent à plusieurs éléments, mais c'est une citation de Barbara, joliment mis en scène, qui met la puce à l'oreille. Pour nous, Barbara a désormais les traits de Lada Milić dont ce fut la seule apparition à l'écran, le narrateur, ceux de Slobodan Dimitrijević (1941, Niš - 1999, Zagreb), et Brest, pourquoi pas, ceux de Zagreb.

Le film est visible ici. Comme d'habitude, on suppose qu'il a plus de force sur grand écran.

 

vendredi 12 août 2016

(25) 'Parfum exotique' de Charles Baudelaire, par Korni Grupa (1975)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

Parfum exotique est la troisième et dernière Fleur du Mal, et donc le dernier passage de Charles Baudelaire (1821-1867) dans ce cycle.

 

h-1200-decaunes_luc_charles-baudelaire_1952_edition-originale_autographe_1_43513

 

Comme la précédente, elle figure dans la section Spleen et Idéal et elle a été mise en musique par Kornelije Kovač.

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne,
Je respire l'odeur de ton sein chaleureux,
Je vois se dérouler des rivages heureux
Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone ;

Une île paresseuse où la nature donne
Des arbres singuliers et des fruits savoureux ;
Des hommes dont le corps est mince et vigoureux,
Et des femmes dont l'oeil par sa franchise étonne.

Guidé par ton odeur vers de charmants climats,
Je vois un port rempli de voiles et de mâts
Encor tout fatigués par la vague marine,

Pendant que le parfum des verts tamariniers,
Qui circule dans l'air et m'enfle la narine,
Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.

 

******

 

Cette fois-ci, c'est pour Korni grupa (1968-1974), l'une de ses formations les plus connnues.

 

FRONT

 

A priori, pour cet enregistrement, le groupe était composé ainsi :

  • Kornelije Kovač (né en 1942 à Niš), clavier
  • Bojan Hreljac, guitare basse
  • Vladimir Furduj (né en 1945 à Belgrade), batterie
  • Josip Boček (né en 1950 à Osijek), guitare
  • Zlatko Pejaković (né en 1950 à Osijek), chant

 

Quelques chanteurs célèbres sont aussi passés ce groupe dont Josipa Lisac, Dušan Prelević, Dado Topić et Zdravko Čolić.

 


Ajoutée le 10 mars 2016 par PGP RTS - Zvanični Kanal

(Charles Baudelaire - Kornelije Kovač - traducteur non identifié, peut-être Borislav Radović ?)

Dok
udišem miris tvojih toplih grudi,
Sklopljenih očiju, u jesenje veče,
Ponovo ja vidim te obale sreće
Jednolimnog sunca oganj opet rudi;

Lenjivo ostrvo gde priroda nudi
Svoje divlje voće i čudno drveće;
Ljude čije telo vitko se pokreće,
Žene čiji pogled iskrenošću čudi.

Vođen tvojim dahom u predeo žarki
Vidim luku punu jedara i barki
Još uvek smorenih morskim talasima,

Dok sa tamarinda zelenih se ruši
Miris što kružeći nozdrve nadima
I s
pesmom mornara meša se u duši.

 

******

 

On a repéré une autre traduction par Nikola Bertolino (né en 1931). Il est peut-être intéressant de les comparer.

Kada sklopim oči u jesenje veče
I udišem miris tvojih toplih grudi,
Vidim plamen sunca što, jednolik, bludi
Po blagom primorju nekom, punom sreće.

Vidim leni otkok i čudno drveće
I zemlju što sočne plodove nam nudi,
Vidim narod vitkih i okretnih ljudi
I žena što pogled oboriti neće.

Tvoj miris me nosi do predela žarkih
U luku prepunu umornih katarki
I od burnog mora klonulih jedara,

Dok mi iz zelenih tamarinda miris
Što kroz vazduh struji i nozdrve širi –
U duši se stapa sa pesmom mornara.

 

jeudi 11 août 2016

(24) 'Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine' de Victor Hugo, par Ibrica Jusić (1977)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

La dernière fois qu'un nouveau poète a fait son entrée dans ce cycle, c'était Louis Aragon, il y a deux semaines.

C'est à Victor Hugo (1802-1885) que l'on doit ce rafraîchissement bienvenu.

 

865846942

 

Il a paru dans le recueil intitulé Les Chants du crépuscule en 1835.

 

 

757783_2882695

 

Puisque j'ai mis ma lèvre à ta coupe encor pleine ;
Puisque j'ai dans tes mains posé mon front pâli ;
Puisque j'ai respiré parfois la douce haleine
De ton âme, parfum dans l'ombre enseveli ;

Puisqu'il me fut donné de t'entendre me dire
Les mots où se répand le cœur mystérieux ;
Puisque j'ai vu pleurer, puisque j'ai vu sourire
Ta bouche sur ma bouche et tes yeux sur mes yeux ;

Puisque j'ai vu briller sur ma tête ravie
Un rayon de ton astre, hélas ! voilé toujours ;
Puisque j'ai vu tomber dans l'onde de ma vie
Une feuille de rose arrachée à tes jours ;

Je puis maintenant dire aux rapides années :
- Passez ! passez toujours ! je n'ai plus à vieillir !
Allez-vous-en avec vos fleurs toutes fanées ;
J'ai dans l'âme une fleur que nul ne peut cueillir !

Votre aile en le heurtant ne fera rien répandre
Du vase où je m'abreuve et que j'ai bien rempli.
Mon âme a plus de feu que vous n'avez de cendre !
Mon coeur a plus d'amour que vous n'avez d'oubli !

 

****** 

 

Comme cet album d'Arsen Dedić (Pjevam pijesme, 1980), cet album d'Ibrica Jusić (né en 1944 à Dubrovnik) contient beaucoup de textes de poètes.

Ce chanteur folk (c'est-à-dire à la Bob Dylan) est peut-être un équivalent de Paco Ibáñez (né en 1934 à Valence) dans la mesure où il fait œuvre de chanteur à texte sans être l'auteur des textes qu'il chante. Comme le chanteur Valencien avait consacré un album à Georges Brassens, le Dalmate en a consacré un Leonard Cohen.

 

IBRICAJUSIC-EMINA19772b5dc

 

Beaucoup se sont sensibilisés à la poésie grâce aux chanteurs populaires (c'est notre cas). En cela, cet album peut aider à suivre de nouvelles pistes. [Oui, on se répète.]

 

Aleksa Šantić
(1868, Mostar – 1924, Mostar)

Mihovil Nikolić
(1878, Kričke kraj Drniša – 1951, Zagreb)

Antun Branko Šimić
(1898, Drinovci – 1925, Zagreb)

Константин Симонов
(1915, Petrograd – 1979, Moscou)

Zvonimir Golob
(1927, Koprivnica - 1997)

Pero Gotovac
(né en 1927 à Zagreb)

Janez Menart
(1929, Maribor – 2004, Ljubljana)
Nous l'avions rencontré comme traducteur de
Villon en slovène
(entendu ici et )

Dragutin Britvić
(1935, Pitomača – 2005, Zagreb)

 

******

 


Ajoutée le 26 février 2015 par djsaka13exdzonisisa

(Victor Hugo - traduction ? - Ibrica Jusić)

Pošto sam pehar tvoj, još pun, usnama tako;
Pošto u tvoje ruke zaronih blijedim čelom;
Pošto dah blagi katkad udis’o sam lako,
Dah tvoje duše, miris tamnim ovijen velom;

Pošto mi bješe dano da te još čujem reći
Riječ onu što na srce svoj tajni melem toči;
Pošto vidjeh u tuzi, pošto vidjeh u sreći
Tvoja usna na mojim, a pored očima oči;

Pošto vidjeh gdje mi je nad sretnom glavom sjala
Zvijezda tvoja, avaj, maglom omotana!
Pošto vidjeh gdje mi je na val života pala
Latica s ruže otrgnute od tvojih dana!

Ja mogu godinama sada žurnim da velim:
Letite dalje jer će starenje moje stati!
Odlazite odavde s tim vašim cvijećem svelim
Ja imam cvijet kog nitko ne može uzabrati!

Udrite krilima, prosut nećete moći njima
Tu čašu tako punu iz koje sada pijem.
U meni više plama, no u vas pepela ima!
Više no vi zaborava, ja ljubavi krijem!

 

******

Merci à Aleksandra pour la découverte.

mercredi 10 août 2016

(23) 'La Musique' de Charles Baudelaire, par Zdenka Kovačiček (1978)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

On retrouve Charles Baudelaire (1821-1867) avec La Musique, paru dans Spleen et Idéal, la section la plus importante des Fleurs du Mal (1857).

 

h-1200-decaunes_luc_charles-baudelaire_1952_edition-originale_autographe_1_43513

 

Ce poème est sans doute l'un de ceux de Baudelaire que l'on apprend le plus souvent à l'école avec l'Albatros et l'Invitation au voyage.

 

La musique souvent me prend comme une mer !
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile ;

La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile,
J'escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile ;

Je sens vibrer en moi toutes les passions
D'un vaisseau qui souffre ;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions

Sur l'immense gouffre
Me bercent. D'autres fois, calme plat, grand miroir
De mon désespoir !


******

 

Kornelije Kovač (né en 1942 à Niš) a choisi la traduction de Borislav Radović (né en 1935 à Belgrade) pour cette chanson interprétée par Zdenka Kovačiček (née en 1944 à Zagreb).

 

R-8345754-1459794803-4758

 

Le premier, membre de Korni Grupa et Indeksi, a connu une carrière de compositeur intéressante.

Le deuxième est un poète, écrivain, souvent primé.

La troisième est une chanteuse à la carrière prolifique qui a commencé comme choriste, puis duettiste (avec le duo Hani), avant de sortir un premier album sur lequel figure cette chanson. Elle revendique l'influence de Janis Joplin (1943-1970).

 


Ajoutée le 10 mars 2016 par PGP RTS - Zvanični Kanal

 

(Charles Baudelaire – traduction Borislav Radović - Kornelije Kovač)

 Muzika često ščepa me kao neko more!
Ka svojoj bledoj zvezdi,
pod maglovitim svodom ili kroz plavet gore
jedro moje zajezdi;

kad podam napred grudi i od napetih pluća
kad mi jedrilje biva,
savlađujem grbine talasa nadiruća
koji mi noć sakriva;

osećam da u meni silno trepte ove strasti
koje i brodom lomnim;
povoljan vetar, bura i njene sve pošasti

nad ponorom ogromnim
njišu me. A inače, maina, grdna slika
mog duha očajnika!

 

******

Nous avons trouvé cette traduction sur ce forum, ainsi que celle de Milovan Danojlić (né en 1937 à Ivanovci). On la livre ici à ceux qui souhaiteraient comparer.

 

MUZIKA

Muzika me često ponese ko more!
Prema bledoj zvezdi
Ispod mutnog svoda, kroz širne prostore
Jedrenjak moj jezdi;

Pluća se napune, i grudi se moje
Napnu, ko jedrila,
Penjem se na leđa valova, koje
Noć je prekrila;

Kao brod u kome sve žice drhture
Bez sna i odmora,
Ljuškaju me vetrovi i grčevi bure

Iznad ponora
Katkad: površ gde se ništa ne događa
Sem moga beznađa! 

 

******

Merci à Šejma et Svetlana pour leur aide précieuse.

mardi 9 août 2016

(22) 'Autumn Leaves' de Prévert & Kosma, par Miša Blam (1979)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

joseph-kosma-jacques-prc3a9vert
Image trouvée ici

Après le saxophoniste Jovan Maljoković & la chanteuse Ana Sofrenović, l'ACI Arsen Dedić, le trompettiste Duško Gojković et les vocalistes Ljubiša 'Buca' Stošić, Duško Jakšić & Milan Babić, on retrouve Autumn Leaves par le contrebassiste belgradois Miša Blam (1947-2014).

Ce bassiste et contrebassiste a publié très peu de choses en tant que leader. En tant qu'accompagnateur, on peut l'entendre chez Jovan Maljoković et Duško Gojković.

 

CLIIIIIIC !

Intégration de la vidéo ajoutée le 19 mai 2014 par Jugodisk Beograd est désactivée.
On écoutera en cliquant ICI ou sur la POCHETTE !


Le personnel de cet album est celui-ci :

  • Batterie, percussion – Dane Popovski, Dino Maljoković, Jelenko Milaković, Lazar Tošić, Luka Bošković, Vule Veljković
  • Guitare électriqueJosip Boček
  • Bugle Stjepko Gut
  • FlûteBora Dugić
  • Claviers – Dany Reval, Milenko Prodanović, Miša Krstić, Sloba Marković
  • Saxophones (tenor et Soprano)Jova Maljoković

On peut noter la présence sur un titre du Golden Gate Quartet (Calvin Williams, Clyde Riddick, Orlandus Wilson, Paul Brambly).

 

******

 

Il y avait une émission sur France Musique ou sur France Culture qui diffusait plusieurs versions d'un même titre. C'était évidemment édifiant. Nous poursuivons en quelque sorte ce principe sans l'érudition de cet animateur/producteur. Ainsi, parmi les autres contrebassistes ayant choisi ce thème...

 

On mentionnera un jeune Charles Mingus (1922-1979) qui accompagne l'épatante Hazel Scott (1920-1981) avec Rudy Nichols à la batterie.

 

Hazel Scott

 

Dans cette version télévisée de 1955, Hazel Scott a décidé de la chanter en français.

 


Mise en ligne le 23 janvier 2010 par JazzontheTube.com

******

On mentionnera Eddie Calhoun (1921-1994) qui accompagne le pianiste Errol Garner (1921-1977) sur l'album Concert at the Sea (1955) et le batteur Denzil Best (1917-1965).

 

Concert-The-Sea-cover

 

Enregistré en  1955, l'album n'est sorti qu'en 1969.

 


Ajoutée le 24 septembre 2012 par Andro Chilaia

 

******

Mentionnons égalerment Oscar Pettiford (1922-1960) en concert à Hambourg en 1958. Il est accompagné entre autres par le trompettiste... Duško Gojković, que nous avions écouté alors.

 

CS2971442-02A-BIG

 

  • BatterieJimmy Pratt
  • GuitareAttila Zoller
  • Piano – Armin Rusch
  • Saxophone tenor, ClarinetteHans Koller
  • TrompetteDusko Goykovich, Roger Guérin
  • Vibraphone – Michel Hausser

 


Ajoutée le 31 janvier 2016 par rujazzka02

 

******

 

Mentionnons enfin Ron Carter (né en 1937) accompagné de Russell Malone (né en 1963, membre du Golden Striker trio) à la guitare et Jacky Terrasson (né en 1965) au piano en 2006 en concert à l'Internationale Jazzwoche Burghausen, en Allemagne.

 

carter malone terrasson

(le concert complet).

 

 


Ajoutée le 7 janvier 2014 par roger bridgland

******

 

Il y a bien d'autres versions « à nos oreilles également aimables » à découvrir grâce aux radios, aux magazines et aux blogs et à d'autres médias.

Les crédits viennent de Discogs dont les sources sont généralement les pochettes de disques elles-mêmes.

 

lundi 8 août 2016

(21) 'La Ballade de merci' de François Villon, par Arsen Dedić (1980)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

 ******


Laissons momentanément Prévert et quittons, les années 80, avec, a priori, la dernière apparition de François Villon (1432- disparu en 1463) avec qui nous avions inauguré ce cycle et celle d'Arsen Dedić (1938-2015) que nous avions rencontré la semaine dernière cette fois-ci et cette fois-là.

Disons-le d'emblée, c'est l'une de celles que l'on préfère dans ce cycle.

 

Charpier-Jacques-Francois-Villon-Livre-852967301_L

 

 

C'est l'occasion de cette recherche que je découvre ce poème, également extrait du Testament (1461).

 

1540-1

 

Ballade de merci

 

À Chartreux et à Célestins,
À Mendiants et à Dévotes,
À musards et claquepatins,
À servants et filles mignottes
Portants surcots et justes cottes,
À cuidereaux d'amour transis,
Chaussant sans méhaing fauves bottes,
Je crie à toutes gens mercis.

À fillettes montrant tétins,
Pour avoir plus largement hôtes,
À ribleurs, mouveurs de hutins
À bateleurs trayant marmottes,
À fous, folles, à sots, à sottes,
Qui s'en vont sifflant six à six
À vessies et mariottes,
Je crie à toutes gens mercis,

Sinon aux traîtres chiens mâtins
Qui m'ont fait ronger dures crôtes,
Mâcher maints soirs et maints matins,
Qu'ores je ne crains trois crottes.
Je fisse pour eux pets et rottes ;
Je ne puis, car je suis assis.
Au fort, pour éviter riottes,
Je crie à toutes gens mercis.

Qu'on leur froisse les quinze côtes
De gros maillets forts et massis,
De plombées et tels pelotes.
Je crie à toutes gens mercis.


******

François Villon a une place un peu particulière dans cette anthologie intitulée Pjevam Pjesnike ("Je chante les poètes", 1980) car tous les autres écrivains sont des poètes yougoslaves du XXème siècle.

 

FRONT

 

 L'album est en effet consacré à des poètes yougoslaves. Beaucoup se sont sensibilisés à la poésie grâce aux chanteurs populaires (c'est notre cas). En cela, cet album peut aider à suivre de nouvelles pistes.

La liste ci-dessous reprend les auteurs par ordre chronologique. Les titres de l'album sont disponibles avec les crédits sur cette page. qui nous a servi de source.

Tin Ujević
(1891, Vrgorac, Dalmatie – 1955, Zagreb)

Miroslav Krleža
(1893, Zagreb – 1981, Zagreb)

Gustav Krklec
(1899, Udbinja kraj Karlovca – 1977, Zagreb)

Ivan Goran Kovačić
(1913, Lukovdol, Gorski kotar – 1943, okolica Foče, kod sela Vrbnice)

Jure Kaštelan
(1919, Zakučac kraj Omiša, , Dalmatie – 1990, Zagreb)

Janez Menart
(1929, Maribor – 2004, Ljubljana)
Nous l'avions rencontré comme traducteur de Villon en slovène
(entendu ici et )

Duško Trifunović
(1933, Sijekovac kod Bosanskog Broda – 2006, Novi Sad)

Jevrem Brković
(né en 1933 à Seoca, Bar)

Branislav Petrović
(1937, Bjeluša, Zlatibor – 2002, Belgrade)

Kolja Mićević
(né 1941 à Banja Luka)

Luko Paljetak
(né en 1943 à Dubrovnik)

 

vijon



On en doit la traduction à Kolja Mićević (né 1941).

 


Ajoutée le 1er avril 2016 par
PGP RTS - Zvanični Kanal

 

Balada moljenje oproštaja

Šartraše i Celestince
Usrdnice i Prosjake
lenjivce i bludne since
slugane i cure svake
koji nose tesne jȁke
dragane što trpe vaj
što oblače čizme lake
sve molim za oproštaj.

Kurve koje nude vimce
mameć ljude i vojake
otimače i kradljivce
i lažljivce svakojake
još čudake i glupake
koji skupa zvižde, aj!
devojčice i dečake
sve molim za oproštaj.

Izuzimam pse zločince
rȁd kojih utrudih krâke
i ne pijuć rujno vince
jedoh mnoge tvrde krajke.
Evo prdež im od brajke
ne mogu jer sedim, znaj!
Al’ da izbegnem zle hajke
sve molim za oproštaj.

Nek tojage teške jake
i korbača gvozden kraj
dignu na te pse opake
sve molim za oproštaj.

 

vendredi 5 août 2016

(20) ‘Les Feuilles mortes’ de Prévert & Kosma, par Ljubiša ‘Buca’ Stošić (1992), Duško Jakšić (1987) et Milan Babić (1980)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

Comme nous l'avons vu avec Jovan Maljoković & Ana Sofrenović, avec Arsen Dedić et avec Duško Gojković, et comme on le verra encore à deux reprise, Autumn Leaves / Uvelo Lišće / Les feuilles mortes est un standard.

 

joseph-kosma-jacques-prc3a9vert
Image trouvée ici

 

C’est par souci d’exhaustivité et pour respecter la remontée dans le temps que nous nous sommes imposée que nous signalons ces trois versions dont deux ont paru chacune sur deux albums intitulés Evergreen.

 

******

La notion d’evergreen semble garantir la qualité d'une chanson alors qu’il suffit de qualifier de tel n’importe quel titre pour lui donner un sérieux coup de vieux.

Les notions de 'standard' et de 'reprise' semblent préférables pour leur neutralité :

  • Un standard, c’est également une chanson qui n’a rien à prouver, contrairement à celui qui choisit de l'interprèter. Tout dépend de ce qu'il en fera.
  • Une reprise (ou cover), c’est un morceau qui a marqué dans une interprétation particulière, et qu'un nouvel interprète tente de s’approprier pour différentes raisons (hommage, expérience, etc.). Une chanson qui a connu plusieurs succès dans des versions différentes est un standard.

Autumn leaves est devenu immédiatement un standard.

******

 

 On doit la première version du jour à Ljubiša ‘Buca’ Stošić (1942/3 - 2014).

 

Cet Evergreen (1992) est le seul album solo de ce musicien qui a surtout participé à des enregistrements des 7 Mladih (1959-1999), un groupe de jazz fantaisiste que l’on pourrait comparer aux Charlots ou à Henri Salvador mais dont la popularité a dépassé les frontières du pays. Ils me paraissent valoir le détour !

Sedmorica Mladih
Ljubiša ‘Buca’ Stošić
est au premier rang, à droite (blouson de cuir) - image trouvée ici.

 

Production modeste (le piano est vraisemblablemet un synthétiseur), le timbre de ce chanteur n’est franchement pas désagréable. Pas spécialiste, je le comparerais à celui de Daniel Huck ou Louis Prima (corrigez-moi si je me trompe).

 

R-1952130-1254648438

Le contenu de cet unique album est assez conventionnel :

What A Wonderful World – Smile – A  Kiss To Build A Dream On – Up A Lazy River – Love Me Tenderly – Every Time I Feel The Spirit – Autumn Leaves – Blueberry Hill – Just A Gigolo – Nobody Knows The Trouble I've Seen – Green Green Grass Of Home – Carry Me Back To Old Virginia

 


Ajoutée le 5 avril 2016 par PGP RTS - Zvanični Kanal

 

(Jacques Prévert - adaptation Johnny Mercer - Joseph Kosma)

The falling leaves
Drift by the window
The autumn leaves
Of red and gold

I see your lips
The summer kisses
The sunburned hands
I used to hold

Since you went away
The days grow long
And soon I'll hear
Old winter's song

But I miss you most of all
My darling
When autumn leaves
Start to fall

 

******

 

La deuxième version du jour est de Duško Jakšić (1925/27 - 2009). On classe ce chanteur dont la carrière fut assez longue (1948-2000) dans la catégorie schlager. Cette version, chantée en serbo-croate, date de 1987.

 

R-2154331-1266943987

 

Je ne suis pas certain de la raison pour laquelle cet album s'intitule Evergreen. Je n'ai pas compris s'ils s'agit d'un best-of, d'un album de reprise (on y entend Marina popularisé par Đorđe Marjanović quelques années plus tôt) ou d'autred choses.

 


Mise en ligne le 11 juin 2011 par Peđa Radović

(Jacques Prévert - adaptation Dušan Jakšić - Joseph Kosma)

Da li još pamtiš prohujali maj
Kad sam ti bio najmiliji drug
Kada je zanosno listao gaj
Svetliji bio i sunčani krug

Uvelo lišće vetar nosi sam
kroz gaj nama toliko drag
A toplog sunca je nestao sjaj
Tako je tužan i sumoran kraj

Leto je prošlo zauvek
Kiše se slile na grad
Ti vidiš, ja pamtim još sve
I pesmu što pevasmo tad.

Uvelo lišće pada sa grana
Vetar ga nosi na prozor moj
I kao spomen minulih dana
Ono mi vraća lik mili tvoj

Sad je jesen tu vene cveće
Brisova sa peska trag
I novi vol svu vedrinu sreće
I spomen na trenutak drag

 

 

******

 

La troisème version esst assez improbable.

Elle figure sur Snove Snivam (Je rêve des rêves, 1980), le premier album de Milan Babić (1943-2009).

 

29769698_800_800

 

Pour tout dire, on n’est pas certain que ce soit une adaptation des Feuilles mortes. Le début du texte et le fait que Jacques Prévert (1900-1977) soit crédité (voir l'image ci-dessous) donnent à le penser. Le titre m'avait d'abord orienté à tort vers un poème comme Embrasse-moi.

 

R-2076268-1262626063

 

Ce style de musique typique du sud de la Serbie est insupportable pour certains mais a de nombreux afficionados. Elle m’irriterait quand je suis en Serbie et mais m’attendrirait (à petite dose) lorsque je l’entends ailleurs.

 


Ajoutée le 7 septembre 2015 par
Jugoton Music

(Jacques Prévert - Milutin Popović Zahar)

Voleo bih draga da se uvek sećaš
Onih divni dana naše ljubavi
Radosno ko sunce kad se s neba javi
Smešila se sreća iz očiju plavih

refrain X2
Zagrli me na rastanku
Jače nego pre
Ponekad se seti draga
Voleli smo se

Oni što se vole nekad se rastaju
Jer na svetu ništa večno ne traje
Ali deo jedan od ljubavi prošle
U srcima našim uvek ostaje

refrain X2

Vetar žuto lišće otkida sa grane
Kišna jesen briše našim stopama
Samo pesma seća na najlepše dane
Kad sam tebi bio potreban i drag.

refrain X2

 

C'est toujours ce souci d'exhaustivité qui nous oblige à indiquer cette version de Merima Njegomir (née Kurtiš en 1953).

 


Ajoutée le 1er avril 2016 par PGP RTS - Zvanični Kanal

 

Ici, il n'est pas question de Prévert dans les crédits.

jeudi 4 août 2016

(19) 'Les Chants de Maldoror' du Comte de Lautrémont, par Katabazija (2012)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

La poésie en prose d'Isidore Ducasse, comte de Lautréamont (1846-1870) a très peu été mise en musique malgré le texte évocateur des Chants de Maldoror (paru d'abord en 1869).

 

6 Lautréamont Soupault
(Monographie écrite par Philippe Soupault)

 

Il inspire particulièrement des œuvres sombre comme cette chanson de Katabazija (fondé à Niš en 2011) sur leur album Silazak (2013).

 

R-5761040-1401911203-8706

Les membres sont :

  • Dušan Sredojević (guitare)
  • Ljubiša Jovanović (chant)
  • Saša Ognjanović (chant, guitare, assistant éditeur – membre de Scarps)
  • Zlatko Petković (batterie, réalisation – membre de Scarps et de ZAA)
  • Zoran Vasić (clavier – membre de ZAA)



Le rapport entre ce titre et l'œuvre de Lautréamont semble ténu, mais il est revendiqué.

 


Ajoutée le 10 juillet 2012 par Ljubisa Jovanovic

 

(Inspiré par Lautréamont - Katabazija - Aleksandar Sredojević)

MALDOROROVO PEVANJE

Kako bih voleo
Um moj neće i...
Da proleće jesam
Um moj neće i...
Svake godine
Um moj neće i...

Klobuci, klobuci, klobuci...

Skameni se div Maldororov !
Okeane, tamni moj okeane...

 

mercredi 3 août 2016

(18) Pisme Gosponu J. Prevertu V Pariz (Lettre à Jacques Prévert), par Zvonko Špišić (1981)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

La chanson du jour n'est pas l'adaptation d'un poème mais un hommage à Jacques Prévert.

 

 

6cbd679269b69f4cbd9eb0ee4197a6d7

 

C'est au chanteur Zvonko Špišić (né en 1937) que l'on doit cette lettre "slovénophone".

 

 

R-4080819-1354587089-5659

 

Comme on le verra, ce message contient quelques références à des poèmes de Jacques Prévert. On trouvera un petit inventaire de ceux qu'on a pu repérer. Comme nous ne sommes pas spécialiste du poète, ils seront bien sûr des plus connus. Si vous en voyez d'autres, n'hésitez pas à les signaler.

******

Il nous a paru intéressant de la montrer dans cette version diffusée à la télévision croate car elle est présentée par Ivica Krajač et précédée d'une traduction en serbo-croate (iékavien) lue par Zlatko Crnković.

Le présentateur Ivica Krajač (né en 1938) nous est surtout familier en tant que l'un des membres du groupe vocal les 4 M.

Le comédien Zlatko Crnković (1936-2012) était un acteur.

Le travail de transcription a grandement été facilité par le texte slovène trouvé sur Internet.

 Pour le résumer, disons qu'il s'agit de l'évocation d'une rencontre parisienne sous la pluie.

******


Mise enligne le 3 août 2009 par Zvonko Slisuric

(Zlatko Crnec - Zvonko Špišić - Radan Bosner)

Ivica Krajač

Čovjek koje sasvim sigurno, a veoma mnogo dao domaćoj i zabavnoj glazbi, posebno domaćoj šansoni, čak šta više dao joj je i svoj osobni pečat je Zvonko Špišić. Na nedavnom održanom Krapinskom festivalu on je izveo svoj najnoviju skladbu na stihove Zlatka Crneca Pismo gosponu Žaku Preveru v Pariz. Svraćam vam pažnju na izuzetnost i originalnost tog teksta koji nažalost svima onima koji baš nisu rođeni Zagorci biće prilično teško razumljiv, stoga smo se odlučili da to pismo prvo čujemo u jednom slobodnom i literarnom prijevodu. Čita Zlatko Crnković.

 
Zlatko Crnković

Da padala je kiša, gospon Prever, jako je padala
U Brestu, u Parizu, u Zagrebu i po mojoj kući
I po pasjoj kući je padala
I u srcu mome bilo je kišno

Od četvrtka na petak kad padala je kiša

A bila nam je kako nam više nikada biti neće
U Seni sam oprao noge znojne
Flundru Đokondu koja se smije
Molio sam za oprosti sviju grijehova kajkavskih
Zaprdac na Monmatru pola sata
U crkvi ja sam klečao
A onaj kurvarski crveni mlin
Tako mi se jako svidio da mi je i danas žao
Što vreću naših smrdljivih duša
samljeti nisam doneo

Od četvrtka na petak kad padala je kiša

Da li se sjećate, gospodin Prever, kako smo nešto mokro radili
Svaki najednom uglu Trijumfalnih vratiju
I Ajfelovog tornja.
Nijedan policjajac u zviždaljku nije zazviždao
Samo su platane u perivoju šumjele
I cvjeće je mirisno raslo kao i kod nas
Tu blizu, na Zrinjevcu, u Tuškanicu, u svakom klancu

Od četvrtka na petak kad padala je kiša

A mi, mi smo sve pomiješali, šampanjac s mlijekom
Vodu s bielom kavom, muziku s krvavom glavom
Čovjeka na Pigalu, Senu s Dravom
Cijeli Pariz s mojim dvorištem

A onda smo otišli na Trg cvijeća
I u mijesto cvijeća za našem dijevojke
Upalili tri šibice u parišku noć
Da je i presvijetli Kvazimodo nad nama
Jednu suzu je izgubio

Od četvrtka na petak kad padala je kiša

Sijećam se ja, gospon Prever, šetnje pred jutro
Kod crkve Notr Dam: Učinilo mi se tog časa da čujem
Za jutro koje dolazi
Mojega pijetla kako kukuriče u dvorištu
A u rukama vašim bila je crvena ciklama
Plačliva, plačliva, krvava i sama, sama, sama
Zajedno s nama

Od četvrtka na petak kad padala je kiša

Ivica Krajač

Doviđenja uz Zvonko Špišića i Pismo Gosponu Žaku Preveru v Pariz.

Zvonko Špišić

Je, curel je dežđ, gospon Prevert, fest je curel
V Brestu, v Parizu, v Zagrebu i po mouoje hiže
I po cuckove hiže je curel
I v sercu mojem bile je deždevne

Od četrtka na petek gda curel je dežđ

A bile nam je kak nam nigdar više nebu
V Seine sem si opral noge švicavne
Flundru Giacondu kaj se smeje
Sam prosil za oprost sieh grehoov kajkavskih
Za prezdec na Monmatreu pol vure
V cirkve ja sam klečal
A on kurvanjski črleni melin
Tak mi se fest dopal da mi je i denes žal
Kaj žakel našieh smrdlivih duš
Zmleti nis donesel

Od četrtka na petek gda curel je dežđ

Se sečate, gospon Prevert, kak smo nekaj mokroga
Delali saki na jenem vugle Trijumfalne lese
I Eiffelovoga turna.
Ni jen policajec v piščalku ni zapiščal
Same su platene v perivoju šumele
I cvetje je dišeče rasle kak i pri nam
Tu blizu, na Zrinjevcu, vu Tuškancu, v sakem klancu

Od četrtka na petek gda curel je dežđ

A mi, mi sme se zmiešali, šampanjec z mliekom
Vodu z bielu kavu, mužiku z kervavu glavu
Čoveka na Pigalleu, Seineu z Dravu
Cieli Pariz z mojim dvoriščem
Harmoniku z lajavem Šarkem

Se od četrka na petek gda curel je dežđ

A unda sme otišli na plac cvietja
I meste cvietja za naše diekle
Vužgali tri šibice v parišku nuoč
Za ludsko spražnuvajne želucov
Da je i presvietli Quasimodo nad nami
Jenu sozu zgubil

Od četrka na petek gda curel je dežđ

Siečam se ja, gospon Prevert, španciera pred jutre
Okoli cirkve Notre Dame i gospodo: Mi se pričinile tie čas da poslušam
Za jutre kaj dohaja
Mojega pievca kak kukuriče v dvorišču
A v ruka vaša bila je črlena ciklama
Plačliva, plačliva, kervava i sama, sama, sama
Z nami skup

Od četrka na petek gda curel je dežđ

 

******

On aura évidemment repérer des références à Barbara ("Il pleuvait sans cesse sur Brest..."), mais aussi au Marché aux oiseaux et à Paris By Night dont voici le texte ci-dessous, ainsi qu'une drôle de traduction par Radivoje Konstantinović.

Trois allumettes une à une allumées dans la nuit
La première pour voir ton visage tout entier
La seconde pour voir tes yeux
La dernière pour voir ta bouche
Et l'obscurité tout entière pour me rappeler tout cela
En te serrant dans mes bras

 

prever_izabrana_dela

 

Tri šibice kresnuh u noći
Prvu da ti vidim lice
Drugu da ti vidim oči
Poslednju da ti vidim usta
Onda pomrčina da se svega sećam
Dok te u naručju svome stežem srećan

 

******

 

Enfin, Quasimodo rappelle que Jacques Prévert à participer au scénario d'une des versions de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo (celle de 1956, par Jean Delannoy).

 

Notre_Dame_de_Paris

 

mardi 2 août 2016

(17) 'Les Feuilles mortes' de Prévert & Kosma, par le Duško Gojković Quintet (1983)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

Comme nous l'avons vu avec Jovan Maljoković & Ana Sofrenović et avec Arsen Dedić et comme on le verra encore à trois reprises, Autumn Leaves / Uvelo Lišće / Les feuilles mortes est un standard.

 

joseph-kosma-jacques-prc3a9vert
Image trouvée ici

 

Autumn Leaves, en version instrumentale par Duško Gojković (né en 1931 à Jajce), sa trompette et son quintet :

 

duc5a1ko_gojkovic487
Photo trouvée ici.

 

Lors d'un concert organisé à Sarajevo en 1983 (au moment des jeux olympiques d'hiver qui allaient avoir lieu), l'orchestre a pu enregistrer suffisamment de matériel pour deux albums.

 

1984-sarajevo-olympics-poster-vucko
Vučko, mascotte des Jeux Olympiques d'Hiver de Sarajevo.

 

Il s'agit de Blues in the Gutter (Sarajevo Session 1983 record 1, 1984)...

 

1983-Blues-In-The-Gutter

 

... et Snapshot (Sarajevo Session 1983 record 2, 1985).

 

1985-Snapshot

 

C'est de ce dernier qu'est extraite cette interprétation d'Autumn Leaves.

 

Ils ont été rassemblés en 2002 dans un double album intitulé 5 Horns & Rhythm.

 

2002-Dusko-Gojkovic-5-Horns-Rhythm

 Les trois pochettes viennent du site officiel de Duško Gojković.

Outre le trompettiste leader, ce quintet international comprenait :

  • les Yougoslaves Miloš Krstić (né en 1947, bio) au piano
    (il jou
    ait souvent avec Miša Blam) et
  • Krešo Remeta à la contrebasse.
  • le Newyorkais Alvin L. Queen (né en 1950) à la batterie
  • l'Autrichien Erich Kleinschuster (né en 1930) au trombone

Musique


Publiée le 19 novembre 2012 par bulbulder85's channel


******

 

Pour le plaisir, écoutons la célébrissime version de Julian 'Cannonball' Adderley et son quintet.

La trompette de Miles Davis, une référence incontournable, permet de se forger une opinion quant à celle de Duško Gojković.

 

514VrCdYAtL

 

Le quintet complet se compose ainsi :

  • Cannonball Adderley (1928-1975) — alto saxophone
  • Mile Davis (1926-1991) — trompette
  • Hank Jones (1918-2010)— piano
  • Sam Jones (1924-1981) — contrebasse
  • Art Blakey (1919-1990)— batterie


Ajoutée le 9 décembre 2009 par Jazz Hole


******

On me souffle que ce n'est pas très gentil de confronter Duško Gojković à Miles Davis. Ces artistes semblent au-dessus de tout ça, témoin cette ballade composée par le jeune trompettiste pour le maître sur un album de 1993.

 

R-3317584-1325516167

Avec :

  • Eddie Gomez (né en 1944) — contrebasse
  • Mickey Roker (né en 1932) — batterie
  • Tommy Flanagan (né en 1930) — piano


Ajoutée le 13 février 2012 par
Goran Puača

 

lundi 1 août 2016

(16) 'Fiesta' de Jacques Prévert, par Stijene (1984)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

Dernier nouveau poème de Jacques Prévert (1900-1977) dans ce cycle, Fiesta a paru (comme Adrien) dans le recueil Histoires (1946).

 

6cbd679269b69f4cbd9eb0ee4197a6d7

 

Fiesta

Et les verres étaient vides
et la bouteille brisée

Et le lit était grand ouvert
et la porte fermée

Et toutes les étoiles de verre
du bonheur et de la beauté
resplendissaient dans la poussière
de la chambre mal balayée

Et j’étais ivre mort
et j’étais feu de joie
et toi ivre vivante
toute nue dans mes bras

9782070361199FS


******

 

Cette interprétation figure sur Balkanska Corrida (1984), le troisième album de Stijene (fondé à la fin des années 70 à Klis, du côté de Split).

 

R-1332870-1212048215

 

Comme le groupe eut de nombreuses interprètes, il est difficile d'identifier celle-ci. Un best of paru en 1995 ne reprend qu'une seule chanson de cet album, Balkanska Korrida, et la chanteuse créditée est Vesna Ivić. Comme cette chanson est chantée et Fiesta, parlé, le doute subsiste.

 


Publié le 12 janvier 2012 par hikonline82

 

La traduction de ce poème en serbo-croate est due à Nikola Trajković (1896-1989, à Belgrade). Le traducteur étant belgradois, il semble que ce groupe, originaire de Split, ait procédé à quelques légères adaptations en iékavien / jekavski.

Dans un texte de Milovan Vitezović (né en 1944) paru en feuilleton sur Novosti, on trouve cette petite entrevue à la terrasse d'un café entre Jacques Prévert et Miodrag Bulatović (1930-1991) à propos de Nikola Trajković.

Žak Prever je obrazložio svoju poetiku psovke: "Ljutim se na srpskog prevodioca... Ko je taj Nikola Trajković?... On zna neki umiljati francuski jezik... Znate li ga?"

"Znam ga. On francuski govori kao životinja. Učio je na Lafontenu", kazao je Miodrag Bulatović, razveselivši Prevera.

Il semble que ce texte soit extrait de Bu(le)rleska u Parizu (2002) consacré à Bulatović.

 

(Jacques Prévert – traduction Nikola Trajković – Marin 'Mišo' Limić)

Čaše su bile prazne
i
boce polupane

Postelja je bila razmiještena
i vrata zaključana

I sve zvijezde od stakla
sreće i lijepote
blistale su u prašini sobe
loše počišćene

A ti si bio mrtav pijan
i lud od radosti
a ja, ja naživa
i sasvim naga u tvojim vrelim rukama.

 

 
******

Comme à notre habitude, nous soumettons à votre critique la traduction de Radivoje Konstantinović. On verra que celle-ci lui prête le flanc.

 

prever_izabrana_dela

 

Prazne su bile čaše
i polupane flaše

Postelja razmeštena
Vrata zamandaljena

I sve zvezde staklene
zvezde sreće lepote
sjale su u prašini
sobe nepometene

Bio sam mrtav pijan
ko vatromet razdragan
[sic]
a ti živa pijana
u mom naručju naga.

 

vendredi 29 juillet 2016

(15) Alicante de Jacques Prévert, par Kerber (1985)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

Après les lectures de Milan Šević, on retrouve Paroles (1946), le plus célèbre recueil de Jacques Prévert (1900-1977).

 

6cbd679269b69f4cbd9eb0ee4197a6d7

Alicante en est le cinquième poème et le deuxième « court ».

 

product_9782070367627_195x320

 

Alicante, c'est aussi une ville de Valence en Espagne.

 Une orange sur la table
Ta robe sur le tapis
Et toi dans mon lit
Doux présent du présent
Fraîcheur de la nuit
Chaleur de ma vie.

En voici la traduction par Radivoje Konstantinović (où l'on voit qu'il prend quelques libertés avec le rythme comme avec le sens).

 

prever_izabrana_dela

 

Narandža na stolu
Na podu haljina
A ti draga naga
Sadšnjosti dar
Blaga noćna svežina
Mog života toplina

 

 ******

 

Des libertés, le groupe Kerber (fondé en 1981 à Niš) en prend aussi, et c'est leur droit le plus strict. En fait, ils n'ont pris que les premier vers comme point de départ, comme motif d'inspiration.

 

hqdefault

 

Ce groupe dont le leader est Goran 'Gale' Šepa (né en 1960) est un groupe de hard rock. Leur nom est celui de Cerbère (en grec ancien Κέρϐερος / Kérberos), le chien gardien des enfers dans la mythologie grecque.

 

maxresdefault

 Les deux photos ci-dessus sont des captures de youtube.

 

Leur deuxième album, Ratne Igre (Jeux de guerre, 1985) a été enregistré à Londres où ils ont eu l'occasion de jouer.

 

FRONT

 

Ce titre n'est probablement pas leur morceau le plus populaire.

 


Publiée le 10 mai 2012 par BornToBeWild993

 

(Jacques Prévert - Kerber)

 

Jedna narandža na stolu,
tvoja haljina na podu,
ti u mojoj postelji.

Dodirni moje usne mrakom,
snagom leptirovtih krila
za laku noć.

A kada ova priča prodje, zauvek prodje,
Šta je ostalo od nje?

Ne ostaje trag
Ne ostaje ništa od tebe i mene
Ne ostaje trag,
Hladne su ulice i praznno je srce.

Na čaši tragovi karmina,
Kraj telefona malo vina,
To je sve što ostaje.

Dodirni moje usne mrakom,
snagom leptirovtih krila
za laku noć.

A kada ova priča prodje, zauvek prodje,
Šta je ostalo od nje?

Ne ostaje trag
Ne ostaje ništa od tebe i mene
Ne ostaje trag,
Hladne su ulice i praznno je srce.

 

jeudi 28 juillet 2016

(14) ‘Les Feuilles mortes’ de Prévert & Kosma, par Arsen Dedić (1985 et 2002)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l'espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations (dont trois "Barbara" et six "les Feuilles mortes") dont certaines sont des bijoux.

N'hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

Jacques Prévert est le poète français le plus chanté en ex-yougoslavie et particulièrement dans les années 80.

D’ici jeudi prochain, ce cycle lui sera entièrement consacré. La diversité se situera donc chez les interprètes.

 

joseph-kosma-jacques-prc3a9vert
Image trouvée ici.

Arsen Dedić (1938-2015) reprend cette chanson sur deux albums thématiques.

On notera qu'il est le seul à traduire le titre littéralement ("Mrtvo Lišće") quand on choisit généralement le titre "Uvelo Lišće" qui a le même sens, mais concerne plus spécifiquement les plantes.

 

 

38-4hhzz4hhh
Image trouvée sur le site Yugopapir, un site très riche en illustrations et informations.

 

******

Le premier, Kantautor (1985) est consacré à des chanteurs à textes internationaux, francophones (Aznavour, Brel, Brassensentendu hier), anglophones (Leonard Cohen, Bob Dylan, John Lennon...) ou autres (Fabrizio de Andre, Булат Окуджава...)...

 

FRONT

 

L'ensemble de l'album se réduit à un piano et une voix.

 

Ajoutée le 21 avril 2015 par djsaka13exdzonisisa

(Jacques Prévert - Joseph Kosma - adaptation Arsen Dedić)

Tako htio bi da sjetiš se dana
Sretnih kad bio sam prijatelj tvoj
Sunce je toplije bilo no danas
Zrake je bacalo u život moj

Sad mrtvo lišće oko nas se kupi
Vidiš li, ja pamtim sve
Svud mrtvo lišće u parku na klupi
Prekriće sjecanja, kajanje, sne

Sjeverac ga raznosi i noćas
A ako odnese i nas
Tu pjesmu ću pamtiti vjećno
I tvoj ću slušati glas

Jer pjesma ta i na nas slići
Bila si moja, bio sam tvoj
Dani su tekli kao u prići
Bila si moja, bio sam tvoj

Ali život zna razdvojit one
Koji se vole kao mi
Stope ljubavnika briše more
Na pijesku ne ostavlja njih


******

 

Le deuxième, Kinoteka (2002), reprend plusieurs titres de son répertoire.

 

R-4237986-1359378448-3085

 

Les arrangements, originaux et intéressants, de cette version de Mrtvo Lišće sont dus à Stipica Kalogjera (né en 1934).

 


Publiée le 5 mai 2012 par Peter Bugarchich