Claude Semal est un chanteur belge, bruxellois plus précisément. Parfois, il en a marre de la Belgique.

La chanson est sortie en 1986 mais cette version est beaucoup plus récente.

 
Ajouté par Reduxo le 7 Mai 2010

Il y a longtemps quand j’étais môme
Je chantais mon plat petit pays
Mais plus je regarde l’Atomium
Et plus il me coupe l’appétit
Avec ses neufs boules immondes
Plus ravagées que la Tour de Pise
J’habite dans la seule ville au monde
Dont l’fétiche soit un mec qui pisse
Sous l’Atomium, il y a les Belges
Belge ça ne rime avec rien
Pour changer d’air, je change d’auberge
Voir au moins s’il y a des terriens

Noble Belgique merdeau chéri-i-i-i-i
Je te laisse ton crachin asthmatique
Et ton micro-climat pourri

Ils sont si fiers de leurs boutiques
De leurs comptoirs en Formica
Que les bouchers font de la politique
Pour se payer la Costa-Blanca
Y a plus que des croûtes sous leurs fromages
Des musées, des ruines, des huissiers
Des hospices, des bureaux de chômage
Dans la patrie des épiciers
Depuis vingt ans tous les six mois
Ils votent pour les mêmes abrutis
Mais celui qu’ils préfèrent, c’est le roi
Parce qu’il est bilingue et gentil

Noble Belgique merdeau chéri-i-i-i-i
Je te laisse ta frontière linguistique
Et les crassiers de tes aciéries

Dans la patrie des centre-avants
La gauche, la droite, c’est dépassé
Aujourd’hui quand on se fait baiser
C’est par derrière ou par devant
Devant y a les jeunes gens modernes
Vieux comme la mode en plus ridés
Qui ont si peur qu’on voie leurs cernes
Qu’ils se mettent du gel dans les idées
Derrière y a les vieux cons modèles
La dernière fois qu’ils ont pensé
Ils lisaient les tracts de Degrelle
Assis sur le banc d’un lycée

Noble Belgique merdeau chéri-i-i-i-i
Je te laisse ton Yser nostalgique
Le VMO et ses conneries

Ils font du jogging le samedi
Dans le parking du Brico Center
Du coffre ouvert à leur caddy
Dans la patrie des supporters
Avec leurs drapeaux et leurs chants
Leurs écharpes blanches et brunes
Du Heysel jusqu’à Francorchamps
Ils s’écrasent au pied des tribunes
Puis fatigués d’avoir gueulé
D’avoir sucé leurs munitions
Ils s’endorment devant la télé
Pendant l’heure des informations

Noble Belgique merdeau chéri-i-i-i-i
Je te laisse tes Schtroumpfs olympiques
Ton zoo d’Anvers et Walibi

Dans la patrie d’Achille Chavée
Il n’y a plus d’art sans mécénat
On joue Shakespeare dans les travées
Sponsorisé par Sabena
Ils font la fête deux fois par an
Au nouvel an, au carnaval
Ils vont mâcher chez leurs parents
Pour qu’ils rigolent, faut qu’ils avalent
Dans la patrie des tire-la-gueule
Pour qu’ils rigolent faut qu’ils soient saouls
Pour qu’ils soient saouls faut qu’ils dégueulent
Chimay Rochefort et Maredsous

Noble Belgique merdeau chéri-i-i-i-i
Je te laisse ton bonheur en barrique
Danse des canards et pot-pourri

De tous les peuples de la Gaule
Les Belgavox sont les plus braves
Y a deux mille ans que César rigole
En traversant leurs champs de betteraves
Depuis le temps des pithécanthropes
L’Autriche, la France, la Prusse, l’Espagne
Tous les culs couronnés d’Europe
Violent leurs filles et leurs campagnes
Dans la patrie des collabos
Depuis que l’OTAN a quitté Florennes
Y a plus que la Suisse et Monaco
Qui n’aient pas occupé les Ardennes

Noble Belgique merdeau chéri-i-i-i-i
Je te laisse tes campings bucoliques
Ta petite gayole et l’canari

Dans la patrie du 11 novembre
On ne vous aime vraiment que mort
Ce qu’on aime dans le feu, c’est la cendre
Ce qu’on chante dans l’amour, c’est le remord
Chanson vous avez dit chanson
On va me servir Brel ou ses filles
Avec une paille et deux glaçons
Comme on sert la bière aux Antilles
Au lieu de vous congratuler
Parce qu’il est né dans votre banquise
Vous feriez mieux de vous demander
Pourquoi il est mort aux Marquises

Noble Belgique merdeau chéri-i-i-i-i
Je te laisse les plumes d’autruches des gilles
Plantées dans le cul de tes terrils