Dans cet épisode de Bref, on donne un presse-papier Antoine de Caunes et on suppose qu'il va le donner à quelqu'un d'autre. Ce dont le narrateur ne se doute pas, c'est que c'est probablement lui qui l'avait donné à Tahar Rahim auparavant.

Chaque année depuis 38 ans, sur Canal Plus, le cinéma français s’auto-congratule.

Le maître de cérémonie n’est pas toujours le même. Antoine de Caunes (59 ans, homme de télévision et de cinéma) l’a été lors des dernières éditions.

antoine-de-caunes-cesars-2011-presentation-image-436087-article-fb

Ce sketch emprunte des images à sept films français de 2010 estimés par la critique et/ou plébiscités par le public. Antoine de Caunes s’y est incrusté pour les détourner (presque une tradition). Beaucoup de gags sont encore basés sur la connivence, mais il n'y a rien rien qu'on ne puisse comprendre si on a les informations nécessaires.


Ajouté par colargol700 le 26 février 2011  

Antoine -  Et place, maintenant, au maître de cérémonie. Alors, place surtout au cinéma, à ce cinéma français qui a triomphé cette année avec plus de 206 millions d’entrées. Un record, un record, alors que curieusement, je n’étais à l’affiche d’aucun film… Pardon ?... L’autre bonne nouvelle pour vous tous ce soir en compétition, c’est que Jacques Audiard n’a pas sorti de film en 2010. Le jeu reste ouvert. Pas de film de Jacques Audiard, c’est aussi ça un retour à la démocratie. Alors certes, c’est un honneur de présenter à nouveau les Césars, mais ça n’a pas été aussi simple que ça. J’ai dû faire un peu de lobbying, comme on dit vulgairement. Une élection, ça se gagne sur le terrain, et pas à Washington. Regardez.

    Mammuth, (Benoît Delépine, Gustave de Kervern)

Antoine - Hé Gérard, je crois que j’ai envie de me refaire les Césars, cette année. Qu’est-ce que t’en penses ?

Gérard Depardieu -

Antoine - Ouais, t’as raison, j’vais l’tenter. Ah t’as su trouver les mots, t’es vraiment un pote, toi. Qu’est’ce que ça me motive, moi ! Allez, j’y vais, j’vais répéter.

    Tournée (de et avec Mathieu Amalric)

Antoine - Regarde Mathieu, si je le présente, je peux faire un truc comme ça.

Mathieu Amalric - Heu… l’idée est bonne mais c’est pas sexy. Tu ressembles à un ver de terre, là.

Antoine - Non, mais attends, c’est parce que je te la joue pas. Écoute : Pour remettre le César du meilleur espoir masculin…

Mathieu Amalric - Tu devrais pas apparaître, je pense, entre tous les numéros systématiquement.

Antoine - J’suis maître de cérémonie quand même…

    Gainsbourg, vie héroïque (Joann Sfar)

Gainsbourg (Eric Elmosino) - Ça vous a plu…

Bardot (Lætitia Casta) - Vous en r’demandez encore. Eh bien, écoutez l’histoire de…

Gainsbourg - Bonny & Clyde.

Antoine - Dis-moi, Serge… Je me disais, ce serait pas mieux si on faisait l’inverse ? Tu commences les phrases et Brigitte les termine…

Bardot - Ça va pas ?

Gainsbourg - Si, mais on va essayer d’inverser, moi, j’commence les phrases et toi tu les finis…

Antoine - Tu te fous de moi ? C’est ce que je viens de dire… On est un groupe ou on n’est pas un groupe ? Parce que moi j’veux bien répéter toute l’après’midi avec des sosies. Moi j’ai pas que ça à foutre, non plus, si tu veux.

    L’Arnacœur (Pascal Chaumeil avec Romain Duris) + Tournée

(Longue compétition de danse)

Antoine - Alors ? C’est qui le maître de cérémonie ?

    Le nom des gens (Michel Leclerc)

Antoine - Bon Ok. J’ai merdé. J’ai voté écolo en 2002. Mais en même temps, je pouvais pas savoir, hein.

Lionel Jospin -

Antoine - Non, mais te marre pas Lionel. Si tu votes pas pour moi, on va se retrouver avec Dieudonné en maître de cérémonie… En plus, je peux bien te l’avouer, aujourd’hui… J’ai toujours été jospiniste.

Lionel Jospin - Un jospiniste aujourd’hui, c’est aussi rare qu’un canard mandarin dans l’île de Ré (17).

Antoine - Un canard mandarin ? Je… je comprends pas très bien. Lambert… qu’est-ce qu’il veut dire exactement ?

    Des hommes et des Dieux (Xavier Beauvois)

Lambert Wilson - Les fleurs des champs ne changent pas de place pour trouver les rayons du soleil.

Antoine - Ah ouais, d’accord… Sinon, il y en a d’autres qui prennent du crack ici ?

L’assemblée -

Antoine - Elle est belle, l'histoire… Et qui est pour l’avortement ?

L’assemblée -

Antoine - Et l’homoparentalité ?

L’assemblée -

Antoine - Qui fait du poney ?

L’assemblée -

Antoine - Qui qui qui sont les Snorkies ?

L’assemblée -

    The ghost writer (Roman Polanski)

Antoine - Bon, écoute-moi petit… Je sors d’une réunion, avec les membres de l’Académie. Ils lèvent le doigt pour un oui, pour un non, et normalement avec des oiseaux pareils, je devrais être élu dans un fauteuil. Donc maintenant, j’ai besoin de toi. J’ai besoin de vannes, et des bonnes.

Ewan McGregor - (lui donne un tapuscrit)

Antoine - … Régale-moi. Fais-moi plaisir.

Ewan McGregor - Ne me dites pas que vous allez tout lire maintenant…

Antoine - Non, non, juste le début… « Antoine se dirige vers le deuxième pupitre, prend un césar, le plante dans une salade géante et dit : "Voilà, ça fait une césar-salade". » Tu crois sérieusement que les gens vont se marrer avec ce genre de conneries ? Alors qu’il y a même pas de poulet ?

Ewan McGregor -

Antoine - Bon, je suis un peu à la bourre, là… On se rappelle… Je vais les prendre quand même. J’ai rien de mieux pour l’instant.