En France, à la télévision comme au cinéma, le doublage (la postsynchronisation) est de règle, chose qui peut suprendre les spectateurs venus d'autres pays. Tout peut être doublé, les dessins animés bien-sûr, les publicités aussi, mais malheureusement les films, les documentaires et les divers reportages télévisés. A tel point que sur les trois premières chaînes de télévision française : TF1 (privé), France 2 et France 3 (publiques) il est très rare, hormis dans les programmes musicaux, d'entendre d'autres langues que le français. Je ne crois pas avoir déjà entendu Clint Estwood en version originale (VO). Un film comme Unglorious Basterds de Quentin Tarantinodans lequel le plurilinguisme tient une place centrale, est sorti doublé dans certains cinémas. Quant au sous-titrage, il peut être utilisé à la télévision dans les programmes en langues régionales (en Bretagne pour le moins) ou parfois au cinéma lorsque intervient un locuteur dont on juge le parler trop éloigné du standard français parisien (ceux qui ont vu la première partie du film Mesrine, instinct de mort de Jean-François Richet auront remarqué que le bandit québécois Jean-Paul Mercier est sous-titré). On voit néanmoins des démarches plurilingues intéressantes tel Un prophète de Jacques Audiard. Il faut aussi saluer les efforts de la chaîne de télévision franco-allemande ARTE ou des cinémas Art et Essai qui proposent leurs films en VO.

Originalehqdefault n et b

Cette importance du doublage, globalement regrettable à mon sens, a conduit certain à l'utiliser comme un élément déterminant du film, parodiant ainsi le document original. Vous avez déjà pu voir ici un extrait de La classe américaine, dans le quel le doublage acquiert une totale autonomie par rapport à la VO. L'acteur Patrick Bouchitey a publié des DVD intitulés La vie secrète des animaux dans lesquels il double des animaux à partir de documentaires animaliers. Je vous propose ci-dessous un autre extrait utilisant le doublage, Le message à caractère informatif de Nicolas et Bruno, un programme télévisé, diffusé de 1998 à 2000 sur canal plus, dans lequel l'humour résidait dans le doublage parodié de films d'entreprises américains des années 1980.

 
Ajoutée par BeatMojo le 29 juil. 2006

Transcription :

Générique - Vous avez la parole, prenez-là mon vieux.

Le Chef - Bien. Bonsoir, Burning Spear, bonsoir Ruben (?). Mon problème, c’est comment traiter le problème des jeunes autrement qu’avec ce genre de matériel de guerre, agressif, qui fait peur aux jeunes. C’est ce type d’engin, d’une esthétique d’un autre temps qui créa entre nous un fossé d’incompréhension. Alors nous autres, nous avons fait du chemin, nous avons réfléchi à la manière de se rapprocher du jeune et nous avons créé ce qu’on a appelé la tenue de dialogue "contact 2000", que nous présente l’adjudant Le Guellec ici présent. On t’écoute Le Guellec.

L’adjudant Le Guellec - Effectivement, grâce à ma nouvelle tenue de dialogue, je me sens plus proche du jeune et par là-même, consécutivement, le jeune se sent plus proche de moi. J’appartiens pour ma part à la section reggae et je me sens une âme de rasta blanc.

Le Chef - Et s’il est besoin de le prouver, on constate la présence de dreadlocks dans le dos du médiateur. Rasta Farah et Babylon System Rasta Farah et Zion Babylon.

Générique - C’était vraiment très intéressant.