Vendredi 1er juin aura lieu un karaoke – español y francès. C’est l’occasion de parler de quelques rencontres pop francophones et hispanophones.

En 2011, grâce à Shakira, le public découvre ou redécouvre Je l’aime à mourir (lo quiero a morir).


Ajoutée par rodwhoable le 4 novembre 2011

y yo que hasta ayer solo fui un holgazán
y hoy soy guardian sus sueños de amor
la quiero a morir...

puede destrozar todo aquello que ve
porque ella de un soplo lo vuelve a crear
como si nada, como si nada
la quiero a morir...

ella para las horas de cada reloj,
y me ayuda a pintar transparente el color con sus sonrisa.
y levanta una torre desde el cielo hasta aqui
y me cose unas alas y me ayuda a subir a toda prisa, a toda prisa
la quiero a morir...
 
conoce bien, cada guerra, cada herida, cada ser
conoce bien cada guerra de la vida, y del amor también.
hehehehehehehe (x3)

moi je n'étais rien
et voilà qu'aujourd'hui
je suis le gardien
du sommeil de ses nuits
je l'aime à mourir

vous pouvez détruire
tout ce qu'il vous plaira
elle n'a qu'à ouvrir
l'espace de ses bras
pour tout reconstruire
pour tout reconstruire
je l'aime à mourir

elle a gommé les chiffres
des horloges du quartier
elle a fait de ma vie
des cocottes en papier
des éclats de rire
elle a bâti des ponts
entre nous et le ciel
et nous les traversons
à chaque fois qu'elle
ne veut pas dormir
ne veut pas dormir
je l'aime à mourir

elle a dû faire toutes les guerres
pour être si forte aujourd'hui
elle a dû faire toutes les guerres
de la vie, et l'amour aussi
hehehehehehehe (x3)

C’était à l’origine une chanson de Francis Cabrel (1979) que le public français semble connaître par cœur, comme peuvent en témoigner certains extraits de concerts. En voici une version studio.


Ajoutée par alecab le 27 mai 2011

La démarche n’est pas simplement commerciale. L’artiste est dans son rôle en transmettant une chanson qui lui vient de l’enfance (Francis Cabrel en avait enregistré une version espagnole diffusée entre autre en Colombie).


Ajoutée par mandise le 15 juin 2011 

Quand elle chante cette chanson devant un public français, elle ne dit pas : "Vous voyez, je peux aussi chanter en français". Elle semble plutôt dire : "Vous voyez, on a ça en commun".

Elle dit ici ne pas parler français et prouve le contraire là. Francis Cabrel dit ici tout le bien qu'il pense de cette reprise.