On relèvera dans ce court-métrage de quoi compléter le lexique du monde du travail et celui du monde de l'automobile.


La conductrice from carl lionnet on Vimeo.

Transcription

- Bonjour allez-y.

Le choix de la voiture est primordial. Parce que les Suisses sont d'abord associés aux grosses bagnoles évidemment. BM, Mercedes, machin, tout ça... Enfin moi, ils m’ont refilé une vieille Kangoo, enfin, elle a deux cent mille bornes mais elle les fait pas. Et remarquez : une voiture française ! Tactique !

Tu vois, j'imagine que mes collègues des autres pays ont aussi des voitures types comme ça... Bonjour ! ... qui plaisent statistiquement à un grand nombre d'habitants. La kangoo, tu vois, c'est une voiture rigolotte, c'est sympathique mais les gens n'achètent pas une kangoo parce que... elle fait pas, quand même, grosse bagnole de mâle comme le conducteur a besoin pour se rendre intéressant.

D'ailleurs, ce type de conducteur qui s'exhibe au volant de sa caisse, je supporte pas. Ohlàlà. Disons que quand il pleut c’est un peu hard... excusez-moi... Bonjour ! Le boulot d'abord...

Voilà, alors je me présente, je suis conductrice de métier. Donc, c'est plutôt rare alors je vais vous expliquez ce que c'est. Je suis engagée par le gouvernement suisse pour conduire quatre heures par jour. Alors c'est un mi-temps mais c'est payé temps plein parce que c'est assez éprouvant comme boulot. D'ailleurs, huit heures, je pourrais pas. C'est trop de travail. Donc je conduis et je suis chargée de véhiculer une bonne image de la Suisse. Alors quand je dis « véhiculer », ça ne vient pas de moi. C’est stipulé comme tel dans le contrat. C’est de l’humour suisse, c’est drôle. D’ailleurs, nous ici, on dit : « Tiens, c’est la crise. Les Suisses vont devoir laver eux-mêmes leurs bagnoles. »

1’50

En fait, c’est un peu comme si je devais améliorer la réputation des Suisses. Enfin, ça c’est mon interprétation parce que les Suisses vont pas dire qu’ils ont une mauvaise réputation, ou alors ils diront que c’est pas fondé. Alors je roule, je laisse la priorité, je laisse passer les piétons. C’est ça mon boulot. Systématiquement, les gens regardent la plaque d’immatriculation, et hop, le tour est joué.

Je souris toujours. Très important. Mais... pas trop sourire non plus, attention. Tu vois, je crois que mon apparence physique est très importante parce que... J’ai décroché ce job parce que je suis assez moyenne, disons. Passe-partout. Claudia Shiffer aurait pas pu avoir le job par exemple. Quoique c’est un mauvais exemple parce qu’elle a fait des pubs pour les bagnoles, elle. Les Renault, je crois, non ?

En fait, tout chez moi doit être moyen et simple. Tu vois, c’est simplicité avant tout. La coiffure, les habits... Et jamais de marques attention. Les lunettes de soleil par exemple, j’en ai plusieurs paires pour... suivant la région où je travaille. Enfin je dis ça mais je travaille souvent en Franche-Comté, comme c’est limitrophe avec la Suisse, c’est là qu’il y a le plus de boulot. Les habitudes suisses sont plus connues ici, c’est ici qu’il faut vraiment creuser pour déraciner les croyances.

3’

Bonjour... Attends, tu connais la meilleure ? Je travaille en Franche Comté, pour les Suisses, et je suis Belge. Je te jure. Je suis Belge mais personne n’est parfait. Moi je peux dire que les préjugés sur les Belges, je connais. « Les Belges sont cons » ou « Tu veux une frite, une fois », ça va, merci. Moi, ça me déplaît pas comme nationalité, c’est pas mal. Quant à savoir s’il vaut mieux être Belge ou Suisse, ça... C’est un autre problème, hein. Y a pire. Tu sais ce que c’est un Vosgien ? C’est un Belge qui a pas trouvé la Suisse.

Attends, j’ai une autre blague. C’est un Belge et un Suisse qui sont dans un jakuzi et... Oh non dis, ça me fait mal au cœur. Un auto-stoppeur. J’ai pas le droit de les prendre, les auto-stoppeurs.

- Bonjour monsieur...
- Vous allez à Besançon ?
- Non. Non, écoutez. Je suis désolée. J’aurais bien voulu mais en fait je travaille pour les Suisse et ils sont assez stricts. J’ai pas le droit de prendre les auto-stoppeurs. Donc une prochaine fois hors de mes heures de service... Merci. Au revoir.

Comment il était mal rasé en plus ! ‘Faut pas qu’il s’étonne si personne va le prendre.

4’18

Ah, c’est l’heure de la pause. Tiens, on va s’arrêter là. Ce sera parfait.

Alors. Voyons voir ce que mes amis Suisses m’ont préparé comme petit casse-croûte. De l’emmenthal, je parie. Mmmh ! Jahwol ! Emmenthal !

Tu vois. Je pense à mes collègues dans les autres pays partout dans le monde, enfin, même fuseau horaire bien sûr, qui mangent exactement le même sandwich en ce moment, avec le nême emmenthal, le même chocolat, et chaque midi je pense à elles... C’est fou ça.

6’05

Houlala, il me colle celui-là. Ben qu’est-ce qu’il a ? Il est fou ? Il est bien nerveux. Ah, un piéton. Allez-y monsieur. Oh. Houla, il descend.

- Vous vous foutez de la gueule du monde ou quoi ?!
- Bonjour, monsieur.
- Ça fait quatre personnes que vous laissez passer là, devant !
- Non mais...
- Y en a plein le cul !
- Écoutez... Je suis désolée, je voulais pas vous embêter. Je suis Suisse.
- Hè, j’en ai rien à foutre que tu sois Suisse, connasse. Je vais [très grossier].
- Oh non non non. La grossièreté. Allez, ça va, allez.

Il m’a postillonné dessus en plus. Allez, ben vas-y, double. C’est ça. Gros porc. Je te regarde même pas.

On peut pas faire plaisir à tout le monde. Remarque ce pauvre type à dû déjà m’insulter bien avant que je laisse passer la première personne. On ne peut plus rien pour lui. Bonjour. En plus, tu as vu, il était avec sa femme et ses enfants. Bravo.

7’20

Tu vois, nous les conductrices, on a une théorie, c’est la théorie du levier de changement de vitesse. On a choisi ce nom-là, c’est rigolo, vu, évidemment, la forme phallique du levier. En fait, les hommes, quasiment tous en général, ils associent leur conduite à leur puissance sexuelle, ou tout du moins celle qu’ils aimeraient avoir. Regarde tous ces types qui conduisent hyper nerveusement, qui veulent toujours doubler, être le plus fort, le plus puissant, avoir une grosse bagnole, plus belle que celle du voisin, pff. C’est n’importe quoi. « Les nanas, elles conduisent mal, et on est meilleure qu’elles, bla bla bla bla... » Objectivement, au bout du compte, toute cette mascarade pour gagner quoi trente secondes, une minute ? Faut arrêter le délire. Les hommes, ils conduisent pas comme ça pour gagner quelques minutes. C’est encore un problème de cul, et puis c’est tout.

8’10

Bonjour... Bonjour... Bonjour... Bonjour... Bonjour... Y a du monde hein... Ohlàlà... qu’est-ce que je bosse aujourd’hui.