« Quand il y a des excédents de nourriture et qu’on les détruit pour maintenir les prix sur le marché, on pourrait les récupérer et on essaiera de faire une grande cantine pour donner à manger à tous ceux qui ont faim. »

C’est cette idée de Coluche (1944 - 1986) qui a déclenché le projet des Restos du Cœur sur lequel il s’explique lors de son lancement en 1985.

Transcription

Pierre Mauroy – Alors concrètement, comment ça se passe ?
Coluche – On a besoin concrètement de services municipaux dans le  genre locaux pour...
Pierre Mauroy – Vous voulez créer un restaurant ?
Coluche – Non c'est plutôt un endroit... un comptoir de passage. C'est un local dans lequel on va travailler à la nourriture et on la distribuera à des gens qui ne font que passer du 21 décembre au 21 mars. On espère distribuer 200 000 repas par jour en France. C'est pas mal. Enfin, c'est une ambition, quoi...
Pierre Mauroy – Mais je vous trouve grave sur ce sujet là
Coluche – Ouais, c'est ça ouais...
Pierre Mauroy – J'ai l'habitude de vous entendre...
Coluche – Oui oui...
Pierre Mauroy – à raconter des histoires, mais là ça fait déjà au moins cinq minutes que nous parlons peut-être dix minutes...
Coluche – J'en connais plusieurs d'ailleurs.

Noël Josèphe – Merci pour ce que vous avez fait. Le Nord-Pas-de-Calais est à vos côtés.
La foule – Bravo.

Noël Josèphe – Son initiative ne peut pas nous laisser indifférent. Nous n'avons pas le droit pendant tous ces mois d'hiver et ce que nous faisons déjà dans nos communes, il faut que nous le fassions à un niveau très élevé pour que personne n'ait froid non plus, hein ?
Coluche – Oui.
Noël Josèphe – Parce que manger quand il fait froid c'est pas très amusant. Il va falloir qu'on élargisse...
Coluche – Manger froid, c'est pas bien non plus...
Noël Josèphe – Manger froid, c'est pas bien non plus donc il va falloir qu'on élargisse tout cela.

Coluche – On a déjà commandé officiellement le premier million de repas parce qu'il faut les commander, ça va commencer le 21...
Claude Tronel – et payer ?
Coluche – oui,  oui. Ça va commencer le 21 décembre pour finir le 21 mars. Ça va durer pendant les trois mois de l'hiver et on va essayer de fournir 200 000 repas aux gens les plus nécessiteux, quoi, parce que bon on s'est dit que c'était pas normal que dans un pays de bouffe comme la France, on... des gens manquent de nourriture quoi...

 

Charity business

Depuis bientôt trente ans, les Enfoirés organisent régulièrement des galas de bienfaisance. Pour la première chanson dont Jean-Jacques Goldman est l'auteur et le compositeur, les personnalités choisies ne sont pas des chanteurs.


Ajouté le 29 avril 2008 par lesenfoiresofficiel

Coluche

Moi, je file un rancard à ceux qui n'ont plus rien
Sans idéologie, discours ou baratin
On vous promettra pas les toujours du grand soir
Mais juste pour l'hiver à manger et à boire

Yves Montand

A tous les recalés de l'âge et du chômage
Les privés du gâteau, les exclus du partage
Si nous pensons à vous, c'est en fait egoïste
Demain, nos noms, peut-être grossiront la liste

Refrain

Aujourd'hui, on n'a plus le droit
Ni d'avoir faim, ni d'avoir froid
Dépassé le chacun pour soi
Quand je pense à toi, je pense à moi
Je te promets pas le grand soir
Mais juste à manger et à boire
Un peu de pain et de chaleur
Dans les restos, les restos du cœur

Nathalie Baye

Autrefois on gardait toujours une place à table
Une soupe, une chaise, un coin dans l'étable
Aujourd'hui nos paupières et nos portes sont closes
Les autres sont toujours, toujours en overdose

Michel Drucker

J'ai pas mauvaise conscience, ça m'empêche pas d'dormir
Mais pour tout dire, ça gâche un peu le goût d'mes plaisirs

Michel Platini

C'est pas vraiment ma faute si y'en a qui ont faim
Mais ça le deviendrait, si on n'y change rien

Jean-Jacques Goldman

J'ai pas de solution pour te changer la vie
Mais si je peux t'aider quelques heures, allons-y
Y a bien d'autres misères, trop pour un inventaire
Mais ça se passe ici, ici et aujourd'hui