omaz stefan esel

La soirée hommage et promotionnelle consacrée à Stéphane Hessel (1917-2013) qui a lieu demain soir à l’Institut Français de Belgrade nous donne l’occasion de nous pencher sur le phénomène éditorial et public qu’a constitué le succès d’Indignez-vous !.

QUIZ_Indignez-vous-_7776

Un petit reportage diffusé par France 2 nous a montré trop furtivement l’enseigne de la librairie Tropiques don’t nous avons visité le site et où nous avons trouvé ce billet. Ce texte nous a guidé vers le reportage de RTS Info (Radio Télévision Suisse-Romande). On constatera aisément la grande différence entre le traitement et le choix des informations ici et là.

-----

Le reportage de RTS Info.

Transcription

Darius Rochebin – L’évènement de librairie, c’est le livre de Stéphane Hessel, ancien Résistant déporté, rédacteur de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. À nonante-trois ans, il surprend tout le monde avec le succès inouï de son livre Indignez-vous ! Stéphane Hessel est en Suisse pour le festival du film et le forum international sur les droits humains. Jean-Philippe Schaller.

Un homme indigné – Evidemment on va en avoir de grosses quantités parce que ça part beaucoup.

Reporter – Le livre continue à se vendre comme des petits pains alors que le prochain est annoncé. Déjà 1,4 million, dont 23 000 en Suisse. Pour se libraire de quartier, un pareil prix n’est pas seulement dû au prix de trois euros.
Dominique Mazuet – L’autorité de Hessel, son prestige, l’affection que les gens ont pour lui, ont fait que, du coup, ils se sont précipités la dessus.
Reporter – Mais quels sont finalement ces motifs d’indignations ?
Dominique Mazuet – C’est Sarkozy et sa clique d’affairistes cyniques et ainsi de suite, c’est les écarts de revenu démentiels, les injustices sociales qui croissent dans des proportions phénoménales.

Reporter – Cet homme indigné, le voici. Nonante trois ans, ancien résistant, ancien déporté, longtemps diplomate à Genève, et surtout grand amateur de poèmes. Il en sait par cœur une centaine. Il est la vedette d’une soirée de récitation à la Maison de la Poésie.
Stéphane Hessel – Ce vers-là « Homme, ici n’a point de moquerie[1] », c’est un vers qu’on n’oublie pas.
L’animateur de la soirée – C’est un des plus grands vers de la langue française. Alors on l’applaudit. Bravo le […].

Reporter – Ces applaudissements et sa soudaine célébrité, il prend tout cela avec une certaine distance.
Stéphane Hessel – C’est un moment un peu fou, un peu incroyable, en effet, qui ne se justifie d’aucune manière. Mais il se trouve que cette petite brochure a touché juste à un moment où dans beaucoup de pays, en France mais aussi en Europe et ailleurs, on se demande où vont les pouvoirs politiques mais aussi les pouvoirs économiques.

Reporter – Mais Stéphane Hessel s’est aussi fait beaucoup d’adversaires don’t un procureur auprès de la cours d’appel qui tient un blog.
Philippe Bilger – On attend précisément d’une personnalité exceptionnelle et qui pourrait contester qu’elle le soit le contraire d’une indignation systématique, unilatérale. On attend de l’intelligence, on attend du retrait, de la distance, du doute…

Reporter – Ce qui n’empêche pas Stéphane Hessel de continuer à dédicacer son petit livre blanc.

-----

La Librairie Tropiques se trouve dans le 14ème arrondissement de Paris, rue Raymond Losserand (1903-1942), lui-même un ancien résistant.

header_article_tmpphptDY9Kv

Elle est citée dans le reportage précédent et présente dans le suivant. Sur son blog, on peut trouver ce texte « En hommage à notre ami et voisin : Stéphane Hessel » intitulé « Vu à la télé ( Bravo poujadasse ) ». En voici l’introduction :

Pour ceux qui douteraient encore que dans la novlangue postmoderne « information » a désormais pris le sens de « action de rendre informe », la télévision publique vient de leur fournir une de ces démonstrations ou elle excelle dans la tonalité de brouillage et d'euphémisation qui lui est coutumière. Elle s'est intéressée au livre le plus vendu en France ces derniers mois, et sans doute de toute l'année.

… et la conclusion :

On en conclura que, comme chacun a pu s'en apercevoir dernièrement, pour être à peu près informé de ce qui se passe en France, il faut aller Suisse 

-----

Le reportage incriminé.

David Pujadas – Les vacances de Noël, c’est aussi un bon moment pour la lecture[2]. Question : quel est l’ouvrage qui est en tête des ventes depuis plusieurs semaines ? Eh bien il ne s’agit ni de Marc Lévy[3], ni des récits d’une actrice à la mode, mais du petit texte d’un homme de 93 ans, Stéphane Hessel, ancien résistant de la première heure, militant infatigable des droits de l’Homme. Le livre s’appelle Indignez-vous !, tout un programme. Isabelle Baechler, Valérie Lucas, avec notre bureau à Montpellier (34).

Reporter – Montpellier, les deux éditeurs de Stéphane Hessel n’en reviennent pas.
Jean-Pierre Baron – Indigène, retirage, 200.000 exemplaires, dixième réimpression. Ça, c’est fort.
Sylvie Crossman – Et on est resté, quoi, deux semaines dessous, et la troisième semaine on est passé devant Blake & Mortimer.

Reporter – Indignez-vous ! est en tête des ventes toute catégorie. Tiré à 8000 exemplaires à sa sortie le 20 octobre dernier, il flirte actuellement avec les 600.000 copies vendues. Le manuscrit de ce petit texte s’est élaboré à Montpellier dans l’appartement bureau de cette micro-maison d’édition militante appelée Indigène.

Jean-Pierre Baron – [Lisant Stéphane Hessel] « 93 ans, c’est un peu la toute dernière étape. La fin n’est n’est plus bien loin. Quelle chance de pouvoir en profiter pour rappeler ce qui a servi de socle à mon engagement politique. »

Reporter – À 93 ans, Stéphane Hessel arrive à pied pour rencontrer ses lecteurs. C’est ancien résistant qui s’est évadé de camp de concentration vient partager inlassablement ses convictions avec le public. Pour lui pas question de brader la France sociale issue de la seconde guerre mondiale[4]. Stéphane Hessel s’indigne.

Stéphane Hessel – Lorsqu’on s’aperçoit que la politique qui est menée par tel ou tel Etat, notamment par le nôtre propre, ne va pas vers la justice, vers la juste distribution des richesses, alors la colère vient.

Une participante – Il a bien parlé de la pauvreté, de l’exclusion, des difficultés. Donc, pour moi c’est une admiration sans borne.
Reporter – Certains disent qu’il enfonce des portes ouvertes.
Un participant – Ah ben écoutez moi je ne le pense pas du tout. Je pense qu’il est d’une grande simplicité. Et en fait on arrive à une grande simplicité, c’est après une longue réflexion…

Reporter – À trois euros, Indignez-vous fait pour beaucoup un cadeau de Noël providentiel. Quelques semaines après la réforme des retraites, passée au forceps, l’humeur des Français a plébiscité le petit livre d’un grand monsieur. [dernière image curieuse sur un tiroir caisse]

 

On a vu furtivement dans ce reportage :

0’47 – Titre d’un entretien : Il faut battre Sarkozy.
0’48 – Liste des meilleures ventes de la semaine (le livre est placé devant Lorant Deutsch et Michel Houellebecq).
1’29 – Trois livres sur un présentoir :
Le président des riches, Une Enquête sur l’oligarchie dans la France de Nicolas Sarkozy, Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, 2010

Indignez-vous ! Stéphane Hessel, Indigènes, 2010
La Grande Régression, Jacques Généreux, Seuil, 2010


[1] La Ballade des pendus, François Villon. Nous en avions parlé ici grâce au film de Lucas Belvaux.
[2] Phrase d’accroche d'une grande indigence.
[3] Archétype actuel de l’auteur de bestsellers.
[4] Stéphane Hessel a été membre du Conseil National de Résistance à qui l’on doit entre autres la Sécurité Sociale. Nous avions évoqué le CNR ici.