Une rengaine, c’est une chanson qu’on a beaucoup entendue malgré soi. Le film On connaît la chanson en est rempli de courts extraits. Il y en a de toutes les époques. Après avoir présenté systématiquement les chansons du film, nous reprenons un mini cycle à partir d'un sketch de Jamel qui présente le long métrage d'Alain Resnais. Il y aura cette fois six chansons dont l'impact n'est pas toujours bien déterminé.

Dans Nulle part ailleurs, émission emblêmatique de canal plus (1987-2001), Jamel Debbouze (né en 1975) avait une rubrique (Le Cinéma de Jamel, 1997/1998) dans laquelle il parlait de cinéma ou de n'importe quoi.

le cinéma de jamel

Ici, il tente d'expliquer le principe d'On connaît la chanson (Alain Resnais, 1997).

Nous avons déjà vu les conséquences dues au différentes appartenances générationnelles (1922, 1951, 1964 et maintenant 1975).

838761-le-cinema-de-jamel-jamel-debbouze-637x0-2

Dans ce sketch, Jamel injecte aussi une composante sociale, puisque son personnage est plus sensible, comme on le verra, au rap et aussi à une forme de variété pas toujours bien considérée. Nous-même avions hésité à en publier certaines. Disons que c'est pour la recherche.

(On reconnaîtra au passage Fred Testot, du duo Omar & Fred.)


Mise en ligne le 20 janvier 2008 par Gorillaz948Sang

Transcription

Jamel – On connaît la chanson, un film plein d'espiéglerie, mi-comédie musicale, mi-pas comédie musicale. Ça va petit ? T'es content ?

Le petit – Non.

Jamel – Ouais. Avec Jean-Pierre Bacri.

Le petit – Qui c'est, Jean-Pierre Bacri ?

Jamel – Jean-Pierre Bacri, quand même ! Qui a fait des films comme heu... Le Grand Pardon numéro un, des films comme heu... le Grand Pardon numéro deux... tu connais ?

Le petit – ...

Jamel – Robocop, ça te dit quelque chose ?

Le petit –...

Jamel – L'Arme fatale numéro quatre ?

Le petit –...

Jamel – Les Dents de la Mer ?

Le petit – Ah ouais

Jamel – Ouais là. Donc il a écrit ce film avec sa femme, Agnès Jaoui.

Le petit – Sa femme ? C'est pas euh... Agnès Bacri ?

Jamel – Ah bah, ça, je sais pas, c'est pas mon problème, hein. Je peux pas te dire.

Le petit – Ah ben pourquoi ?

Jamel – Je sais pas pourquoi ? Pourquoi tu me demandes pourquoi ? Alors là, je sais pas.

Le petit – Peut-être qu'ils se sont embrouillés.

Jamel – Ouais, peut-être, ouais.

Le petit – Ou peut-être, elle lui doit de l'argent.

Jamel – [siffle] Bref, le film il est super original. Parce que dans le film ils se parlent par chansons interposées.

Le petit – Comment ça ?

Jamel – Par exemple, là, j'ai envie de te dire euh : Bouge de là. Bouge de là. Bouge de là. Bouge de là.

Le petit – [pleure]

Jamel – Mais arrête, ça sert à rien de ...

Pleure pas, petite sirène,
La ville dort encore.
Ton histoire commence à peine.
Pleure pas petite sirène,
Le jour attend dehors.
Dans les brumes des fontaines.
Hè ! Reviens !

mqdefault

Jamel – Hè ! Reviens ! Ok très bien. Je suis désolé, je m'excuse. Qu'est-ce qui te ferait plaisir ?

Le petit – Une voiture.

Jamel – Quoi comme voiture ?

Le petit – Laisse-moi zoom zoom zang dans ta Benz Benz Benz.
Gal', quand tu pointes ton bumpa ça m'rend dingue dingue dingue.
Laisse-moi zoom zoom zang dans ta Benz Benz Benz,
Gal', quand tu pointes ton bumpa ça me rend dingue dingue dingue.

Jamel – Une Mercédès Benz ? C’est marrant.

Le petit – [rit, puis tombe.]

Jamel – Hè, qu’est-ce qui t’arrive là ?

Le petit – J’ai glissé ! Là, j’ai glissé !

Jamel – Bon très bien. Ils sont où, là, tes parents ?

Le petit – Mon père, il est sorti là-bas. Papa !

Jamel – Vous êtes le père ?

Le père – Oui, c’est mon fils. Allez, rentre à la maison, j’arrive.

Jamel – Non mais attendez faut pas le laisser tout seul comme ça, il a failli glisser, c’est dangereux, hein.

Le père – Je sais, mais qu’est-ce que je pourrais faire, moi ?

Jamel – Laisse pas traîner ton fils
Si tu ne veux pas qu'il glisse,
Qu'il te ramène du vice.
Laisse pas traîner ton fils
Si tu veux pas qu'il glisse.
Bon, moi, c’est le conseil que je vous donne. Maintenant, vous faites ce que vous voulez, hein.

Le père – Bon écoutez, je vais pas y aller par quatre chemins, le gosse vous adore, je vous adore, qu’est-ce que vous faites, vous ?

Jamel – Ben moi, je vais rentrer chez moi, j’ai une maison quand même.

Le père – Ça vous dirait qu’on élève le gosse à deux ?

Jamel – Ça sera pas possible parce que...

Le père – Si.

Jamel – Non non...

Le père – Écoutez, j’ai l’impression que...
On va s'aimer,
À toucher le ciel,
Se séparer,
À brûler nos ailes,
Se retrouver
Comme les hirondelles,
On va s'aimer,
Tellement tu es belle.

Jamel – Non mais ça va pas ou quoi, vous êtes fou ? Vous êtes toqué ou quoi ? Je suis pas belle, je suis beau, je suis un garçon, vous vous êtes trompé ! Je suis un garçon, c’est pas possible !

Le père – Mais je m’en fous, je t’aime moi.

Jamel – C’est pas possible, c’est pas possible.

Le père – Comprends-moi,
Je t’aime. Je t'aime, je t'aime,
Comme un fou, comme un soldat,
Comme une star de cinéma,
Je t'aime, je t'aime.

Jamel – Ça sera pas possible.

je t'aime

On y trouvera par ordre d’apparition les chansons suivantes

MC Solaar (né en 1969)
Bouge de là
(Claude M’Barali – Jean-François Delfour)

Francis Cabrel (né en 1953)
Petite Sirène
(Francis Cabrel)

NTM (1988-1998)
Ma Benz
 (Thierry Moutoussamy - Didier Morville - Bruno Lopès - DJ Spank)
Laisse pas traîner ton fils

(Sulee B Wax - Joey Starr - Kool Shen)

Gilbert Montagné (né en 1951)
On va s’aimer
(Didier Barbelivien – Gilbert Montagné)

Lara Fabian (né en 1970)
Je t’aime
(Lara Fabian – Rick Allison)

Films mentionnés

outre On connaît la chanson, il y avait avec Jean-Pierre Bacri :
Le Grand Pardon, Alexandre Arcady, 1982

Et sans Jean-Pierre Bacri :
le Grand Pardon II, Alexandre Arcady, 1992
Robocop, Paul Verhoeven, 1987
Lethal Weapon 4 / L'Arme fatale 4, Richard Donner, 1998
Jaws / Les Dents de la Mer, Steven Spielberg, 1975