Une rengaine, c'est une chanson qu'on a beaucoup entendue malgré soi. Le film On connaît la chanson en est rempli de courts extraits. Il y en a de toutes les époques. Après avoir présenté systématiquement les chansons du film, nous reprenons un mini cycle à partir d'un sketch de Jamel qui présente le long métrage d'Alain Resnais. Il y aura cette fois six chansons dont l'impact n'est pas toujours bien déterminé.

JoeyStaar (né en 1967) et Kool Shen (né en 1966) ont formé le groupe NTM en 1988. L'aventure s'est achevée une première fois 10 ans plus tard, en 1998 avec la sorti de cet album il y a exactement 15 ans le 20 avril 1998.

Suprême-NTM-2
JoeyStarr & Kool Shen
(pochette de l'album)

Cette chanson sur la responsabilité paternelle (ou familiale) mélange argot, anglicisme et verlan.

 

supreme-ntm-laisse-pas-trainer-ton-fils-cd-maxi-881310629_MLKool Shen & JoeyStarr
(pochette du Maxi)

Elle contient aussi au moins un alexandrin (Les jeunes sont saoulés, salis sous le silence) digne de Racine (1639-1699) Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes, (Andromaque, Acte V, scène 5 – dit par Oreste, 1667)).


Mise en ligne le 25 octobre 2009 pat NTMVEVO

(Sulee B Wax - Joey Starr - Kool Shen)

  À l'aube de l'an 2000
Pour les jeunes c'est plus le même deal
Pour celui qui traîne, comme pour celui qui file
Tout droit, de tout façon y a plus de boulot
La boucle est bouclée, le système a la tête sous l'eau
Et les jeunes sont saoulés, salis sous le silence
Seule issue la rue même quand elle est en sang
C'est pas un souci pour ceux qui s'y sont préparés, si ça se peut
Certains d'entre eux même s'en sortiront mieux
Mais pour les autres, c'est clair, ça s'ra pas facile
Faut pas s'voiler la face, il suffit pas d'vendre des "kil"
Faut tenir le surin pour le lendemain
S'assurer que les siens aillent bien
Eviter les coups de surin
Afin de garder son bien intact
Son équipe compacte, soudée, écoute de scanner pour garder le contact
Ou décider de bouger, éviter les zones rouges, et
Surtout jamais prendre de congés
C'est ça que tu veux pour ton fils ?
C'est comme ça que tu veux qu'il grandisse ?
J'ai pas de conseil à donner, mais si tu veux pas qu'il glisse
Regarde-le, quand il parle, écoute-le !
Le laisse pas chercher ailleurs, l'amour qu'y devrait y avoir dans tes yeux

Refrain
Laisse pas traîner ton fils
Si tu ne veux pas qu'il glisse
Qu'il te ramène du vice
Laisse pas traîner ton fils
Si tu veux pas qu'il glisse


Putain, c'est en me disant : « J'ai jamais demandé à t'avoir ! »
C'est avec ces formules, trop saoulées, enfin faut croire
Que mon père a contribué à me lier avec la rue
J'ai eu l'illusion de trouver mieux, j'ai vu
Ce qu'un gamin de quatorze ans, avec le décalage de l'âge
Peut entrevoir, c'était comme un mirage
Plus d'interdit, juste avoir les dents assez longues
Pour croquer la vie, profiter de tout ce qui tombe
La rue a su me prendre car elle me faisait confiance
Chose qui avec mon père était comme de la nuisance
Aucun d'entre nous n'a voulu recoller les morceaux
Toute tentative nous montrait qu'on avait vraiment trop d'ego
Mon père n'était pas chanteur, il aimait les sales rengaines
Surtout celles qui vous tapent comme un grand coup de surin en pleine poitrine
Croyant la jouer fine. Il ne voulait pas, ne cherchait même pas
À ranger ce putain d'orgueil qui tranchait les liens familiaux
Chaque jour un peu plus
J'avais pas l'impression d'être plus côté qu'une caisse à l'argus
Donc j'ai dû renoncer, trouver mes propres complices
Mes partenaires de glisse
Désolé si je m'immisce

Refrain

Que voulais-tu que ton fils apprenne dans la rue ?
Quelles vertus croyais-tu qu'on y enseigne ?
T'as pas vu comment ça pue dehors
Mais comment ça sent la mort ?
Quand tu respires ça, mec, t'es comme mort-né
Tu finis borné à force de tourner en rond
Ton cerveau te fait défaut, puis fait des fonds
Et c'est vraiment pas bon quand t'en perds le contrôle
Quand pour les yeux des autres, tu joues de mieux en mieux ton rôle
Ton orle de caille-ra, juste pour ne pas
Qu'on te dise : « Voilà tu fais plus partie de la mille-fa d'en bas »
C'est dingue mais c'est comme ça
Sache qu'ici-bas, plus qu'ailleurs, la survie est un combat
À base de coups bas, de coups de ton-bâ
D'esquives et de "Paw !" de putains de ston-bas

Laisse pas traîner ton fils
Si tu veux pas qu'il glisse
Qu'il te ramène du vice
Non laisse pas traîner ton fils