Depuis le 13 avril et jusqu'au 4 août 2013 à la cinémathèque française se tient une exposition consacrée à Jacques Demy (1931-1990).

Pour l’occasion, l’équipe de Blow up sur Arte a revu Peau d’Âne, un film un peu moins connu du réalisateur nantais qu’elle va vous présenter à la manière de Bref, en 3 minutes.

affiche-peau-d-ane

 

L’équipe de Blow up se spécialise dans les montages de films classiques ou populaires ou les deux. En d’autres termes, cela donne à découvrir bien des univers.

 

Transcription

Avant d'aller à la cinémathèque française pour découvrir l’expo Jacques Demy, j’ai eu envie de réviser un peu. Mais j’avais pas envie d’aller à Cherbourg (50) [les Parapluies de Cherbourg], ni à Rochefort (55) [Les Demoiselles de Rochefort], ni à Nantes (44) [une chambre en ville]. Non, ce que je voulais, c’était me perdre dans la forêt au milieu des fées et des princesses. Bref, j’ai décidé de revoir Peau d’Âne (1970).

Peau d’Âne : des hommes peints en bleu, des chevaux peints en rouge, une robe couleur du temps, une poule qui tombe du toit, une vieille qui crache des crapauds, et un perroquet qui chante. Bref, Peau d’Âne.

peau-d-ane-1970-01-g jean marais

Jean Marais est le roi bleu, il trône sur un gros chat.

Jean Marais - Je suis comblé.

Et il cite Apollinaire.

Jean Marais - Après le baiser des adieux.

Le Roi bleu aime sa femme, mais sa femme meurt.
Comme Blanche Neige, ou presque.
Ou comme Michael Jackson, ou presque.
Je me suis dit que c’était bien de revoir Jean Marais. Mais j’avais un peu oublié qu’il avait un phrasé aussi théâtral.

Jean Marais -Pourquoi me demandez-vous toujours l’impossible ?

J’ai repensé à Orphée.

Jean Marais - Pourquoi

Et puis je suis revenu à Peau d’Âne.

peau-d-ane-1970-16-g delphine seyrig
Catherine Deneuve et Delphine Seyrig

Le Roi bleu déprimé trouve comme seul remède à son chagrin de vouloir épouser sa fille Catherine Deneuve. Du coup, la fille part dans la forêt et demande conseil à la fée des lilas qui est habillée en jaune. Euh, non en mauve et qui a une jolie voix.

Delphine Seyrig - Mon enfant, on n’épouse jamais ses parents.

Je me suis demandé si Delpjine Seyrig n’était pas à cette époque la plus grand actrice du cinéma française avec notamment un Truffaut [Baisers volés], à Bunuel [La Voie lactée], à Resnais [L’Année Dernière à Marienbad] ou à Duras [India Song]. Ça m’a d’ailleurs donné envie de réaliser un recut où le cinéma de Demy dialoguerait avec celui de Duras, mais je ne l’ai pas fait.

Et j’ai repris le fil de Peau d’Âne. Catherine Deneuve fuit le royaume, se réfugie dans une cabane, et l’arrange, un peu, et j’en suis arrivé à la fameuse préparation du cake d'amour. Ça m’a donné envie de faire un Blow up avec thème sur la nourriture au cinéma. On commencerait par le Munich de Spielberg et on terminerait par Il était une fois la révolution de Leone, et je me suis dit que tout ça serait peut-être un peu écœurant, du coup je suis revenu à Peau d’Âne avec ici une jolie fermeture à l’iris vert, comme plus tard à l’iris rouge, et à l’iris bleu.

Ensuite Peau d’Âne se rend au village, elle se fait chahuter par les villageois. Là j’ai eu un doute alors je suis revenu en arrière. J’ai eu un gros doute. Du coup j’ai fait un arrêt sur image, un petit coup d’Internet. Eh oui, là, c’est bien Coluche dans l’une de ses premières apparitions au cinéma. Et j’ai repris le fil de Peau d’Âne.

Le Prince se perd dans les bois puis il voit Peau d’Âne et tombe amoureux. Après il revient à son château en un plan très western puis il s’ennuie à un bal masqué. Là j’ai pensé à... [Eyes Wide Shut] … euh non.

Ensuite le prince rêve de la princesse.

Jacques Perrin - Je ne savais pas que tu m’aimais.

Je me suis dit que Catherine Deneuve et Jacques Perrin faisaient déciément un beau couple de cinéma. Pourtant je me suis souvenu qu’au départ Jacques Demy avait songé à Brigitte Bardot et Anthony Perkins dans les rôles principaux. Ce qui aurait forcément donné un film un peu différent.
Jacques Perrin & Catherine Deneuve - Mais qu’allons-nous faire de tant de bonheur. Le montrer ou bien le taire.

peau d'âne bal

Puis j’ai repris le fil de Peau d’Âne pour en arriver au fameux final au Château de Chambord (41), le mariage de Catherine Deneuve et Jacques Perrin, et l’arrivée d’un hélicoptère d’un autre temps transportant Delphine Seyrig et Jean Marais.

Et puis le plan final, le livre qui se ferme et générique.

Tout ça m’a donné envie de me replonger dans plein de choses : les Contes de Perrault, les B.O. de Michel Legrand (né en 1932), les films de Jacques Demy (1931-1990), de Catherine Deneuve (né en 1943), de Delphine Seyrig (1932-1990), de Jean Marais (1913-1998)...

Enfin bref, j’ai revu Peau d’Âne, eh ben c’est vachement bien.

 

Films évoqués par ordre d’apparition à l’écran :

Outre Peau d’Âne, Jacques Demy, 1970, il y avait, toujours de Jacques Demy :

Les Parapluies de Cherbourg, 1964
Les Demoiselles de Rochefort, 1967
Une chambre en ville, 1982

Mais aussi :

Blanche Neige et les sept Nains, Walt Disney, 1937
Orphée, Jean Cocteau, 1950
Baisers volés, François Truffaut, 1968
La Voie lactée, Luis Buñuel, 1969
L’Année Dernière à Marienbad, Alain Resnais, 1961
India Song, Marguerite Duras, 1975
Munich, Steven Spielberg, 2005
Il était une fois la révolution, Segio Leone, 1971
Eyes Wide Shut, Stanley Kubrick, 1999
Le Mépris, Jean-Luc Godard, 1963
Psychose, Alfred Hitchcock, 1960

-----


Le monde enchanté de Jacques Demy - Bande-annonce de l'exposition
from La Cinémathèque française on Vimeo.