En parallèle avec le cycle consacré à Jacques Demy (voir cette note), la cinémathèque française organise un autre cycle intitulé Cinéma Français et Chansons (10 avril - 3 juin). Ce cycle a donné lieu à un article publié sur le site de la Cinémathèque française et consacré à "On Connaît la chanson". Il est dû à François Thomas, professeur à la Sorbonne et spécialiste de l’œuvre d’Alain Resnais. À cette occasion, il a étudié les archives de Sylvie Baudrot, script d’Alain Resnais sur ce film et sur de nombreux autres du réalisateur. On y apprend que six autres chansons avaient été prévues, certaines devant jouer parfois un rôle assez important.

- Qui c'est celui-là ?, l’un des plus grands succès de Pierre Vassiliu (né en 1937) date de 1973 (voir la première vidéo).

- C’est une adaptation de Partido Alto de Chico Buarque de Hollanda (né en 1944) (voir la deuxième vidéo).

- On en a surtout retenu le refrain et l’enchaînement de question « Qu´est-ce qu´il fait ? Qu´est-ce qu´il a ? Qui c´est celui-là ? » qui résume les mots dits tout bas au sujets des étrangers. On retrouve cet enchaînement dans la chanson de Zebda intitulé Ça va pas être possible (voir la troisième vidéo).

 ----------------------

114189319


Mise en ligne le 16 février 2010 par manuel ferré
(On reconnaîtra sur cette vidéo Michel Delpech et Mort Shuman)

(Chico Buarque - adaptation Pierre Vassiliu)

Qu´est-ce qu´il fait, qu´est-ce qu´il a, qui c´est celui-là?
Complètement toqué, ce mec-là,
Complètement gaga
Il a une drôle de tête ce type-là
Qu´est-ce qu´il fait, qu´est-ce qu´il a ?
Et puis sa bagnole les gars
Elle est vraiment bizarre les gars
ça s´passera pas comme ça.
Il a un drôle d’accent, ce gars-là
Il a une drôle de voix
On va pas se laisser faire, les gars
Qu´est-ce qu´il fait, qu´est-ce qu´il a ?
Non, mais ça va pas, mon p’tit gars
On va l’mettre en prison, ce type-là
S’il continue comme ça

1. Je ne suis pas un play boy, je ne paie pas de mine,
Avec ma grosse moustache et mon long nez de fouine
Mais je ne sais pas pourquoi quand je souris aux filles
Elles veulent toujours m´emmener coucher dans leur famille
Et leurs maris disent de moi...
{au Refrain}

2. Ce n´est pas ma faute à moi si les femmes mariées
Préfèrent sortir avec moi pour jouer à la poupée
Elles aiment mes cheveux blonds et mes yeux polissons
Mais je crois qu´ce qu´elles préfèrent c´est mon p´tit ventre rond
Et leurs maris disent de moi...
{au Refrain}

3. Si vous saviez comme c´est beau, d´être bien dans sa peau
Je bois mon pastis au bar avec le chef de gare
Je me gare n´importe où j´vous jure que j´suis heureux
Mais ça emmerde les gens quand on vit pas comme eux
Et les gens disent de moi...
{au Refrain}

4. Voyant que sur cette terre tout n´était que vice
Et que pour faire des affaires je manquais de malice
Je montai dans mon engin interplanétaire
Et je ne remis jamais les pieds sur la terre.
Et les hommes disent de moi...
{au Refrain}

 ----------------------

La chanson de Chico Buarque est un peu plus ambitieuse au niveau du texte.

1265632977 

Une traduction française du texte est disponible ici.


Mise en ligne le 26 mai 2012 par SenhorDaVoz

(Chico Buarque)

Diz que deu, diz que dá
Diz que Deus dará
Não vou duvidar, ô nega
e se Deus não dá
Como é que vai ficar, ô nega
Diz que Deus diz que dá
E se Deus negar, ô nega
Eu vou me indignar e chega
Deus dará, Deus dará

Deus é um cara gozador, adora brincadeira
Pois pra me jogar no mundo, tinha o mundo inteiro
Mas achou muito engraçado me botar cabreiro
Na barriga da miséria, eu nasci batuqueiro
Eu sou do Rio de Janeiro

Jesus Cristo inda me paga, um dia inda me explica
Como é que pôs no mundo esta pobre coisica
Vou correr o mundo afora, dar uma canjica
Que é pra ver se alguém se embala ao ronco da cuíca
E aquele abraço pra quem fica

Deus me fez um cara fraco, desdentado e feio
Pele e osso simplesmente, quase sem recheio
Mas se alguém me desafia e bota a mãe no meio
Dou pernada a três por quatro e nem me despenteio
Que eu já tô de saco cheio

Deus me deu mão de veludo pra fazer carícia
Deus me deu muitas saudades e muita preguiça
Deus me deu pernas compridas e muita malícia
Pra correr atrás de bola e fugir da polícia
Um dia ainda sou notícia

 ----------------------

La chanson de Zebda (1985-2003, depuis 2008) dénonce une certaine xénophobie ordinaire qui prive l'accès à des droit simple (logement, travail, etc.) pour cause d'origine étrangère, donc. On notera la participation du comédien Dieudonné (1966).

51329738

Respectant la structure du texte (entrée, plat de résistance, mais pas de dessert), le clip montre une réunion qui s'apparente à un repas de de quartier, pratique dont Toulouse (31) s'est fait le fer de lance.


Mise en ligne le 17 janvier 2012 par ZebdaVEVO

(Magyd Cherfi - Zebda)

Voici... ce que je vous propose comme entrée
Je fais des fixations devant les portes d'entrée
Pas n'importe lesquelles, surtout les bien gardées
Avec 100 kilos de muscles à la clef

Devant trop de barbaque, c'est vrai je fais des rejets
Et je peux dire que je maîtrise le sujet
Les portes je connais, j'en ouvre tous les jours
Mais j'en ai vu claquer plus souvent qu'à mon tour

Je vous fais un topo sur l'accueil
A l'entrée des boites

"Veuillez entrer monsieur, votre présence nous flatte"
Non je plaisante, car ça se passe pas ainsi
Devant les boîtes, moi je suis toujours à la merci
D'un imbécile à qui je sers de cible et qui me dit :

"Euh, oui mais là, je crois que ça va pas être possible"

Je crois que ça va pas être possible
Pas être possible, pas être possible

J'ai pas fini, voici mon plat de résistance
Comme tout un chacun j'ai bossé pour ma pitance
Et histoire de vivre convenablement
Je me suis mis à la recherche d'un appartement

J'ai bichonné un excellent curriculum vitae
Couleur et Macintosh enfin toute la qualité
En prime, irréprochable, situation morale
Et même quelques feuilles de salaire: la totale

Vas-y Dieudo, fais leur le proprio
"C'est un honneur pour moi, je vais vous montrer le patio"
Non, je plaisante car ça s'est pas passé ainsi
Quand il m'a vu, j'ai vu que tout s'est obscurci
A-t-il senti que je ne lisais pas la bible et il m'a dit

"Ah, oui mais là, je crois que ça va pas être possible"

Je crois que ça va pas être possible

Pas être possible, pas être possible

Le bonheur étant toujours pour demain
J'ai placé quelques thunes pour un petit jardin
Un petit nid et balcon sur "la prairie des filtres "
Avec piscine au bord de la Garonne, si j'insiste !

Mais ce putain de bonheur n'est jamais dans le pré
J'ai appelé "le bon sens près de chez vous" pour un prêt
Mais les banques, c'est les banques !
Comment vous dire..., eh bien, les mots me manquent
Enfin je vous fais le topo des grosses têtes
"II vous manque des points pour compléter votre retraite
Vous devriez me semble-t-il pour assurer les traites
Mettre à jour et un terme à l'ensemble de vos dettes"
Et puis, il a souri en me disant "c'est terrible mais...

Je crois que ça va pas être possible
Je crois que ça va pas être possible

Mais je lâcherai pas l'affaire, cousins, cousines
J'ai la patate à faire peur à la pile alcaline
Et je ferai pas comme celui qui
Va prendre un billet dans... La chaleur de la nuit

Et je sais tous les noms d'oiseaux dont on nous traite
Et un jour je sais bien que c'est nous qu'on fera la fête
A tous ces gens qui vivent dans les autres sphères
Je vais les inviter à mon joyeux anniversaire

Et là plus de "qu'est ce qu'y fait? Qu'est ce qu'il a ?"
De rebelote "qui c'est celui-là ?"

Et à toutes ces taches qui vous jugent à la figure
Je leur ferai une justice avec mes chaussures
Quand ils voudront sortir, là ! ce sera terrible
Je leur dirai

Je crois que ça va pas être possible
Pas être possible, pas être possible