Georges Lautner (1926-2013) a été l’auteur d’un certain nombre de succès populaires.

Lino Ventura, Georges Lautner et Mireille Darc sur le tournage de
Lino Ventura, Georges Lautner et Mireille Darc
sur le tournage de "Ne nous fâchons pas"
(photo trouvée ici)

Le réalisateur a abordé de nombreux genres. L’extrait présenté ci-dessous appartiennent à la veine comico-policière. Il vient de Ne nous fâchons pas.

let-s-not-get-angry---ne-nous-fachons-pas--japanese-

Les dialogues et le scénario sont de Michel Audiard (avec Marcel Julian, Lautner et Jean Marsan) qui savait faire des phrases. On le dit à chaque fois, il est à l’origine d’expressions passées dans le langage populaire. Ils ont collaboré sur 14 de la quarantaine de films réalisés par Georges Lautner, Michel Audiard (1920-1985) pouvant être crédité en tant que scénariste ou que dialoguiste.

113989910
Pochette de la bande originale
(avec Lino Ventura et Mireille Darc)

L’interprète principal de cette scène est Lino Ventura (1919-1987). Il a surtout abordé le genre policier (sa carrière compte quelques chefs-d’œuvre) avec certaines comédies dont Les Tontons Flingueurs (1963) reste la plus connue.

L'autre acteur est Serge Sauvion (1929-2010) connu surtout pour ces doublages (notamment ceux de Peter Falk dans la série Colombo).

vlcsnap-2010-12-18-20h48m26s27On savourera sa composition de brute (pas taper ! pas taper !) corsetée.

 
Ne nous fâchons pas [Scène culte] by phbarrau

Transcription (elle vient d'ici)

Le Commissaire – Mon pauvre ami ! Vous êtes la perpétuelle victime de l'esprit querelleur de vos contemporains. Hein ?! On vous cherche, on vous provoque, on vous persécute ! Une sorte de fatalité. C'est bien ça ?

Antoine – Oui !

Le Commissaire – Il n'en est pas moins vrai, monsieur Beretto, que c'est la troisième fois cette année, et la dernière, j'espère, que vous êtes poursuivi pour coups et blessures.

Antoine – À qui la faute, monsieur le Commissaire, hein ? Moi, Je roulais tranquillement, doucement, à ma droite, et c'est monsieur qui brûle un stop et qui m'emplâtre ! Bon, je souligne poliment l'infraction, je souris, quand cette espèce de possédé commence à me dire un tas de gros mots que je n'ose même pas vous répéter, Monsieur le Commissaire ! Bon, j'ai peut-être eu tort de le tirer par la cravate à l'intérieur de ma décapotable mais…. mais c'est tout monsieur le Commissaire !

Le Commissaire – Et c'est ainsi que vous lui avez fendu le cuir chevelu et ouvert l'arcade sourcilière.

Antoine – J'avais changé de voiture et j'ai oublié qu'elle n'était pas décapotable. Voilà !

Le Commissaire – Voilà ! Et les deux autres, les témoins ?

Antoine – Mais, ils m'ont traité de brute, Monsieur le Commissaire !

--------------

Ce film s’inscrit donc dans une veine parodique. On peut par exemple s’amuser de cette moquerie du swinging London.


Publiée le 28 juin 2013 par Remram

 La musique est due au compositeur Bernard Gérard (1930-2000).