Avec Le Dernier pour la route de Philippe Godeau, on ira se promener en Savoie et notamment à Aix-les-Bains (73).

On visite en effet de nombreux endroits en Savoie et autour du Lac du Bourget comme on peut le lire ici.

 

19142809

 


Mise en ligne le 1er septembre 2009 par Fondation Gan pour le Cinéma

Transcription

D’après l’ouvrage de Hervé Chabalier "Le Dernier pour la route" publié aux Éditions Robert Laffont

Carol – Aujourd’hui, c’est Hervé qui va faire son récit de vie.

Hervé – Pour tout vous dire, très vite je suis devenu reporter, et pour moi l’alcool, c’était comme l’aventure, le frisson. J’en avais besoin. Et d’ailleurs je buvais plus pour être bien, je buvais pour plus être mal. La suite, vous la connaissez, hein. Dépression, perte de mémoire, confusion mentale, agressivité, black out.

[Agnès – Hervé !]

Jean-Marie – Tu restes avec nous là. Ça vaut peut-être le coup.

[Magali – Hervé !]

Hervé – T’as un copain ?
Magali – Oui.
Hervé – T’es amoureuse ?
Magali – Ah, ça c’est comme les mecs. Ça parle d’amour mais ça a juste envie de baiser.
Hervé – Si ça peut te rassurer, j’ai pas envie de te baiser.
Magali – Je te crois pas.

Pierre – Y a un truc entre toi et la petite ? Elle te plaît ?
Hervé – Tu fais chier.
Pierre – Oublie-là vite fait, pense à toi.
Hervé – Cette fille, elle me fait du bien. Alors je veux pas expliquer, d’ailleurs je peux pas expliquer.

Hervé – T’as bu ? (…) ne fous pas ta vie en l’air.
Magali – Mais je la fous pas en l’air, ma vie, je la vis.
Magali – Qu’est-ce que tu sais de ma vie, pauvre con.

Thomas – Qu’est-ce que ça fait d’être accro ?
Hervé – C’est horrible.
[Pierre – Je tiendrais pas.
Hervé – Ça va aller]
Thomas – Pourquoi ?
Hervé – Parce qu’on sait ce qu’on se fait, puis on sait ce qu’on fait aux autres, et puis on peut pas arrêter.
Thomas – Pourquoi tu pouvais pas t’arrêter ?
Hervé – J’y arrivais pas.
[Hervé – Agnès, éteins cette lumière.]
Hervé – J’en pouvais plus.

Agnès – Ton absence me fait du bien.

Hervé – Là je me suis dis que j’allais arrêter. Puis… et puis putain, j’ai sacrément besoin de vous.

Hervé – Je vais sortir dans deux semaines. Ça sera pas facile.

Une serveuse – Double scotch.

************* 

 François Cluzet (né en 1955) interprète Hervé Chabalier (né en 1945), l’auteur du livre Le dernier pour la route d’où est tiré le film.

Hervé Chabalier et François Cluzet - Pan-Européenne © Nathalie ENO

Dans ce livre autobiographique, il  raconte comment il a réussi à arrêter de boire avec l’aide d’un groupe de gens rencontrés aux Alcooliques Anonymes.

 

40391_375571846_livres_le_dernier_pour_la_route_chabalier_H215137_L  9782266156806

Son expérience a également donné lieu à un rapport intitulé Alcoolisme : Un déni national soumis en 2005 au ministre de

Hervé Chabalier est impliqué dans le monde de l'audiovisuelle notamment à travers l'agence CAPA qu'il a fondé en 1989.

 

*************

 

Les Alcooliques Anonymes est une association d'origine étatsunienne plutôt bien implantée en France.

 AAsigle_transp

Je découvre à cette occasion la prière de la sérénité d’inspiration, semble-t-il, stoïcienne et écrite, semble-t-il, par le docteur Reinhold Niebuhr (1892-1971).

 God,
Grant me the serenity
To accept
The things I cannot change,
The courage
To change the things I can,
And the wisdom
To know the difference

En français, cela donnerait :

Mon Dieu,
Donnez-moi la sérénité
D'accepter
Les choses que je ne puis changer,
Le courage
De changer les choses que je peux,
Et la sagesse
D'en connaître la différence.

 

*************

 

Leur site permet de trouver de l’aide, de l’écoute, dans plusieurs lieux classés par région.

 

aa carte

Par exemple, à l'heure où j'écris ces lignes, certains pourront trouver du soutien à Aix-les-Bains.

 

*************

 

Le film donnera lieu aussi à un peu de tourisme.

La région Rhône-Alpes signale que le film a été tourné dans l’Ain et en Savoie.

Le tournage du film s'est déroulé durant 8 semaines en septembre, octobre, novembre l'été 2008 en Rhône-Alpes: principalement à Peyrieu au centre Adapt (établissement d'insertion) à côté de Belley dans l'Ain, ainsi qu'à Aix les Bains, Viviers du lac, à Ivoire, sur le lac du Bourget et Sainte Marie d'Alvey en Savoie et enfin à Lyon.

On retrouvera donc dans le plan ci-dessous

  • Peyrieu et Belley dans l'Ain (01) ;
  • ainsi qu'Aix-les-Bains, Viviers-du-lac et Sainte-Marie-d'Alvey en Savoie (73) ;
  • nous rajoutons sur cette carte la ville d’Artemare (01) que nous avions déjà évoquée ici naguère.

 En cliquant sur la carte ci-dessous, essayez de visualiser le relief.

 *************

L'expression "le dernier pour la route" est fréquente parmi les amateurs de boissons alcoolisées.

C'est une expression qui signifie que le verre que nous prenons maintenant sera celui qui nous donnera du courage pour le voyage.

Le sens du mot "dernier" est évidemment détourné dans le titre du film.

Dans cette chanson de Léo Ferré, l'expression joue un rôle tout aussi important.

e3587129d2b9c64db509be0089929bb3a800b1f4

 

On y voit le caractère social et désespéré de cette expression.

 


Mise en ligne le 4 juillet 2009 par videosleoferre

(Léo Ferré)

Les gens, il conviendrait de ne les connaître que disponibles
À certaines heures pâles de la nuit
Près d’une machine à sous,
Avec des problèmes d’hommes
Des problèmes de mélancolie
Simplement
Alors, on boit un verre,
Et on regarde loin derrière la glace du comptoir
Et on se dit qu’il est bien tard,
Qu’il est bien tard...


Nous avons eu nos nuits comme ça moi et moi
Accoudés à ce bar devant la bière allemande
Quand je nous y revois des fois je me demande
Si les copains de ces temps-là vivaient parfois

Richard, ça va ?

Si les copains cassaient leur âme à tant presser
Le citron de la nuit dans les brumes pernod
Si les filles prenaient le temps de dire un mot
À cette nuit qui les tenait qui les berçait

Richard, ça va ?

À cette nuit comme une sœur de charité
Longue robe traînant sur leurs pas de bravade
Caressant de l’ourlet les pâles camarades
Qui venaient pour parler de rien ou d’amitié

Richard, ça va ?

Nous avons eu nos nuits comme ça moi et moi
Accoudés à ce bar devant la bière allemande
Quand je nous y revois des fois je me demande
Si les copains de ces temps-là vivaient parfois

Richard ! Eh ! Richard!

Les gens, il conviendrait de ne les connaître que disponibles
À certaines heures pâles de la nuit
Près d’une machine à sous,
Avec des problèmes d’hommes
Des problèmes de mélancolie
Simplement
Alors, on boit un verre,
Et on regarde loin derrière la glace du comptoir
Et on se dit qu’il est bien tard,
Qu’il est bien tard...


Richard ! Encore un p’tit ? Pour la route ?
Richard ! Encore un p’tit ? Vite fait !
EH ! M’SIEUR RICHARD !
LE DERNIER !
POUR LA ROUTE !