Dans l’Ascension du Haut-Mal, David B. revisite sa propre histoire et celle de sa famille. Certaines cases de cette œuvre permettront d'évoquer des éléments de littérature, de géographie, de musique, d'histoire, voire d'ésotérisme.

-------------------

Les passages à Paris étaient aussi une occasion de découvertes.

Chaque fois que ses parents allaient à la capitale, ils en profitaient pour voir des spectacles (théâtre ou cinéma) qu'on ne pouvait pas toujours voir en province.

David B. - l'Ascension du haut mal (vol4)

-------------------

David B. - l'Ascension du haut mal (vol4)

 

La table ronde ? Peut-être les Chevaliers de la Table ronde (Knights of the round table, Richard Thorpe, 1953) ? J'en doute.

7152686_f520

LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE

 

 

Les Mille et une nuit (Il fiore delle mille e una notte, Pier Paolo Pasolini, 1974).

FIORE_1_1

Les-Mille-et-une-nuits-affiche-6555

 

 

 

La musique est d'Ennio Morricone (né en 1928).


Publiée le 24 novembre 2012 par EnnioMorricone

 

 

 Little Big Man (Arthur Penn, 1970)

 

tumblr_lqtsnyS83U1qbkwh4

 

little_big_man,2

-------------------

David B. - l'Ascension du haut mal (vol4)

On reconnaît Peter Schumann (né en 1934)

6968

 

BNPLOGO

why-cheap-art-manifesto(image trouvée ici)

La vidéo ci-dessous est le début d'un documentaire sur le théâtre expérimental américain.

Ce document comprend :

  • une introduction et une mise en contexte (avec l'évocation du Living Theatre, du Teatro Campesino, et de l'Open Theatre)
  • quelques images du Bread and Puppet telle que David B. a pu l'avoir vu durant un passage à Paris avec es parents.

 

Transcription

 

Pour nos mémoires sélectives, le théâtre américain, c’était trois grands auteurs.

 

  • Eugene O’Neill [1888-1953], Cassandre d’un nihilisme né avec le désenchantement d’une certaine Amérique un moment pacifiste ;
  • Tennessee Williams [1911-1983], greffier de la décadence des états du sud qui ne savaient pas encore qu’ils étaient […] ;
  • et enfin Arthur Miller [1915-2005], simple témoin de ceux, petits blancs et intellectuels, que l’on avait invités pour leur faire oublier le bonheur acheté à crédit à une longue partie de chasse aux sorcières.

 

Le Living Theatre[1] en se déracinant et en laissant à jamais derrière lui et quoi qu’il fasse aujourd’hui ce qu’il avait engendré prend racine en Europe où il apparaît comme le révélateur d’une rébellion pacifique et d’une remise en cause du théâtre lui-même. Mais on ne peut prétendre détruire les structures d’une société en utilisant ses armes pour survivre. Et le Living Theatre, accaparé, récupéré, malgré lui peut-être, est devenu le porte-drapeau d’un anticonformisme de bon aloi.

Tandis que le Living Theatre n’hésitait pas à se fourvoyer dans les méandres d’un festival d’Avignon [84] contesté, en 1968, le public nancéen découvrait avec étonnement les vertus du théâtre dans la rue. Le Bread and Puppet[2] ouvrait et fermait le Festival mondial du théâtre de Nancy[3] [54] par un coup d’éclat qui résonnait comme un coup de poing contrastant avec la douceur des poupées blanches de Peter Schuman.

Et l’année suivante, le Bread and Puppet rappelait la naissance d’un théâtre américain nouveau, confirmé par la venue du Teatro Campesino[4], qui par son efficacité, sa volonté de convaincre par une série d’actos immédiatement recevables emportait l’adhésion d’un public rayonnant.

Le théâtre du cri se fait jour et avec lui le corps retrouve sa puissance émotionnelle. Et le geste et le mot se répondent, recherche difficile, certes, mais que l’Open Theatre[5], par un souci quotidien du dépassement de soi, tend à rapprocher. L’Open Theatre avait choqué une partie du public de Sigma[6], à Bordeaux [33], puis, passionné celui du théâtre de la Cité universitaire de Paris. Nous avons pu non pas vous donner une simple retransmission de spectacle mais vous faire partager le travail des acteurs à travers leur spectacle. Vous pouvez à votre tour être choqués par le cri du Bread and Puppet, du Teatro campesino, et de l’Open theatre. Le théâtre comme tout art est fait pour diviser.

Mais pour peu que vous vous intéressiez à votre temps, vous ne pouvez pas rester totalement insensibles à la beauté des mouvements qui vous sont montrés, à la force de leurs gestes, et vous ne pouvez pas ignorer ce qui n’est pas seulement un moment important du théâtre américain mais ce qui tend déjà à être le théâtre d’aujourd’hui.

 

 Le service de la recherche ORTF présente

Et le théâtre se fait cri…

Théâtre américain

une émission de Christiane Lenier
présentée et commentée par Lucien Attoun

Bread and Puppet

 

Regardez bien cette poupée. Elle n’est pas là pour vous faire la leçon. Le Bread and Puppet fait parler ses poupées en mouvements concentriques dans une gerbe de sons qui fracasse les images. Peu de mots. Mais en réinventant le théâtre dans la rue, et en retrouvant l’esprit communautaire, Peter Schumann réinvente le théâtre et la vie, à nouveau réconciliés.

N’ayez pas peur. Même si vous reconnaissez dans ces têtes préhistoriques quelques visages familiers.

Ce sont des générations d’hommes depuis Adam et Ève qui avancent vers leur propre oubli. Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre mais le monde est toujours plongé dans le tohu-bohu car l’esprit de l’homme n’a pas encore soufflé.

Peter Schumann prend la bible pour un grand livre ouvert sur la vie et sur la nature.

[à suivre]



[1] troupe étatsunienne fondée en 1947, déclaration du Living Theatre au festival d’Avignon (en français)

[2] troupé étatsunienne fondée en 1962, site officiel

[3] festival fondé en 1963 et organisé par le Théâtre universitaire de Nancy (créé à la fin des années 50) et

[4] troupe étatsunienne fondée en 1965, site officiel

[5] troupe étatsunienne en activité entre 1963 et 1973.

[6] festival de création avant-gardiste (1965-1996) à Bordeaux, voir ici une présentation.

-------------------

David B. - l'Ascension du haut mal (vol4)

 

Et vous ? De quelles images est fait votre univers ?