Mardi prochain à la cinémathèque de Belgrade, on joue Chat noir, chat blanc, (Црна мачка, бели мачор, Emir Kusturica, 1998). Je l’avais mentionné dans la liste des films plus ou moins liés à la francophonie parce que je savais qu’il a été coproduit par la France.

 

51yaY83XXXL

 

Mais ce n’est pas tout. La bande originale contient une piste qui me paraissait typiquement française, illustrée d'un accordéon. Ce morceau s’intitule Daddy’s gone.

 


Ajoutée le 21 mars 2010 par Lucarda Pessoa

 

********

 

Je ne comprends pas pourquoi ils ont changé le titre et j’ignore si André Verchuren est crédité comme compositeur dans le disque, mais le fait est que ce morceau existe sous le titre Style Musette.

 

 

André Verchuren (1920-2013) prolifique compositeur est l’un des accordéonistes les plus célèbres en France, du moins pour certaines générations.

 

stylem1

 

Cette image vient d'un site très riche entièrement consacré à André Verchuren. On y apprend moult choses.

 

********

 

Un petit tour sur Youtube permet de voir la postérité de ce morceau

 

  • en Slovénie


Publiée le 2 septembre 2011 pa Andraz Mazi

 

  • en Serbie


Publiée le 27 novembre 2013 par Ђорђе Миленковић

 

  • au Japon


Publiée le 13 mai 2011 par 柴田貴子

 

Encore une fois, l'on me permettra d'être fasciné par cette postérité.

 

********

 

Si ma mémoire est bonne, le livret de la bande originale de Chat noir, chat blanc contient un texte selon lequel l’une des spécificités des roms qui vivent de la musique est de s’approprier la musique du lieu où on a élu domicile. C'est ce qui explique la variété ludique de cet album et notamment les variations sur Bubamara.

Au XXème, en Yougoslavie, on privilégiait les musiques traditionnelles des Balkans, en Russie, les musiques russes, et en France, c’est le musette qui plaisait et c’est dans ce genre que Django Reinhardt (1910-1953) a réalisé ses premiers enregistrements avec Jean Vaissade (1911-1979), accordéoniste ayant également commencé sa carrière dans les années 20.

Le fameux guitariste jouait alors du banjo.

 


Ajoutée le 8 mai 2010 par Heinz Becker

 

Leurs enregistrements communs sont des documents. Ils datent de 1928, ils avaient respectivement 18 et 17 ans. C’était avant l’accident qui coûta deux doigts au célèbre guitariste de jazz.

 

FA301

 

Les dix enregistrements disponibles figurent sur le premier volume de l’intégrale consacrée à Django Reinhardt publié chez Frémeaux & Associés.

Les titres joués avec Jean Vaissade sont les suivants :

  1. Ma régulière, Charles Borel Clerc
  2. Griserie, A. Bosc
  3. Parisette, Wolter
  4. La caravane, Raoul Moretti
  5. Amour de gitane, Jean Vaissade
  6. Aubade charmeuse, Jean Vaissade
  7. Môme la gratiche, M. Puig
  8. L'ondée, Jean Vaissade
  9. La plus belle, R. Darlay
  10. Déception d'amour, Pourville

 Nous soulignons ceux qui ont une connotation gitane.