Petite série estivale autour d'un poème de Paul Valéry dont la postérité nous étonne. Cette série nous a été inspirée par cet extrait de l'Ascension du Haut Mal de David B.

 

***************

 

Il est d’usage de mettre les poèmes fameux en musique. Celui de Paul Valéry (1871-1945) n’échappe pas à la règle.

On trouve deux versions par des compositeurs scandinaves.

 

 ***************

 

La première version est due au Norvégien Fartein Valen (1887-1952) et date 1934 (Kirkegården ved havet).

C’est un titre instrumental.

 

747313201822   7318590016428

 


Mise en ligne le 26 janvier 2008 par maisplante sin kanal

 

***************

 

On doit la deuxième au serbo-suédois Ђуро Живковић (né en 1975 à Belgrade). Elle date de 2008. Le chant est interprété par Anna Larsson (née n 1966) accompagné par le Sonanza Ensemble (dont le premier enregistrement serait sorti en 1988).

 

61TGhDCpb0L

 

Le texte a été réduit aux trois strophes suivantes.

13. Les morts cachés sont bien dans cette terre
Qui les réchauffe et sèche leur mystère.
Midi là-haut, Midi sans mouvement
En soi se pense et convient à soi-même
Tête complète et parfait diadème,
Je suis en toi le secret changement.

 

6. Beau ciel, vrai ciel, regarde-moi qui change !
Après tant d'orgueil, après tant d'étrange
Oisiveté, mais pleine de pouvoir,
Je m'abandonne à ce brillant espace,
Sur les maisons des morts mon ombre passe
Qui m'apprivoise à son frêle mouvoir.

 

10. Fermé, sacré, plein d'un feu sans matière,
Fragment terrestre offert à la lumière,
Ce lieu me plaît, dominé de flambeaux,
Composé d'or, de pierre et d'arbres sombres,
Où tant de marbre est tremblant sur tant d'ombres;
La mer fidèle y dort sur mes tombeaux !

 

 


Mise en ligne le 1er septembre 2010 par My3uKa75

 

On peut suivre la partition en suivqnt ce lien.

 

On peut également en entendre une version instrumentale ici.

 


Mise en ligne le 23 août 2010 par My3uKa75