D’ordinaire, on aborde le 14 juillet avec dérision (il suffit de cliquer sur le tag 14 juillet) mais cette année, étant donné la confusion qui règne et les succès électoraux du Front National (parti d’extrême droite) on a eu envie de partager et d'expliciter cette "chronique patriotique".

 

François Morel

 

C’est la troisième fois que nous citons cette chronique hebdomadaire de François Morel.

  • La première fois, ce fut en 2012. C’était à l’occasion d’un autre chant d’amour, pour la Belgique cette fois-là.
  • La deuxième fois, ce fut en février dernier, à l'occasion d'un tour de force, une phrase de trois minutes !

Pour une présentation de François Morel et de Patrick Cohen, on se reportera à l'une ou l'autre de ces chroniques.

 

********

 

En fait de "chant d'amour", il s'agit plutôt d'une liste subjective de choses que François Morel (né en 1959) aime. Cette liste aurait pu prendre un autre air pour peu qu’elle ait été écrite un autre jour, une autre année.

Dans la chronique d'aujourd'hui, il pratique le name dropping. On n'expliquera pas tous les noms (nous en avons appris certains à cette occasion), on se contentera de liens internes ou externes aux blogs. On précisera également les dates de naissance pour souligner la diversité des générations. On ajoutera quelques illustrations, quelques vidéos aussi, afin de susciter la curiosité.

Car, en effet, s'il faut aimer une chose pour en être curieux, il faut aussi être curieux des choses pour en aimer certaines.

 

********

 

Signalons également l’émission dans laquelle s’était exprimé Alain Souchon (né en 1944) et qui a inspiré cette chronique à François Morel (comme il l'expliquera) est l'un des derniers numéros de ce programme dont Souchon est le parrain (le titre, Comme on nous parle, vient de Foule sentimentale, un grand succès du chanteur).

 

********

 


Le Billet de François Morel : "J'aime la France" by franceinter

 

Transcription

Patrick Cohen

 

Depuis le studio 511 de la maison de la Radio à Paris François Morel, bonjour François.

 

François Morel

 

Bonjour Patrick.

Mardi dernier en prenant mon café du matin j'écoutais avec plaisir chez Pascale Clarke Alain Souchon. À un moment donné, il a tenu un propos étonnant :

« On dirait que les Français n'aiment pas la France. »

Incroyable, non ? parce que cette phrase patriotique que l’on aurait pu imaginer jadis dans la bouche d’Yves Guéna [né en 1922], de Philippe Séguin [1943-2010], elle aurait été inconcevable dans celle de Léo Ferré [1916-1993], de Georges Brassens [1921-1981]… Qu’est-ce qui a changé ?

« On dirait que les Français n'aiment pas la France. »

Aujourd’hui le patriotisme est donc exprimé par un poète, par quelqu’un qu’on ne connaît pas personnellement mais qui a une vraie tête de copain. Dans tous les discours du parti d’extrême droite, quoi qu’ils en disent, le patriotisme est piétiné, bafoué, tout est rejeté par Marine Le Pen [née en 1968], rien ne trouve grâce à l’œil de Jean-Marie Le Pen [né en 1928]. Il y a des années, celui-ci était allé à Sète [34] pour tenter de récupérer Brassens comme on va profaner un cimetière. Pour avoir les faveurs du Front National, il est préférable d’être mort. Si les frontistes préfèrent les morts aux vivants, c’est qu’ils sont sûrement moins enclins à se défendre, à apporter la contestation.

Aujourd’hui, ils veulent même enrôler De Gaulle [1890-1970], l’ancien ennemi farouche de cette droite extrême, demain ils se réclameront de Coluche [1944-1986], de Desproges [1939-1988], de Jean Yanne [1933-2003], de Jaurès [1859-1914], de Zola [1840-1902], de Hugo [1802-1885][les trois premiers étaient humoristes, les trois derniers, de grands symboles de la cause du peuple]Ils osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît.


Mise en ligne le 5 mars 2010 par Lanar Richard Pascal

 

Je voudrais pour mon dernier matin de la saison faire une chronique patriotique, vous dire que j’aime la France et que non, ce n’est pas si ridicule d’aimer la France. Elle est si belle, si contrastée, si chaleureuse. Je ne plaisante pas. Je la sillonne la France toute l’année. Et aimer la France, pour moi, ça n’a rien à voir avec se mettre au garde à vous et réciter par cœur les paroles de la Marseillaise. C’est se souvenir de visages, de rencontres, de discussions, de rigolades, à Alès [30], à Brest [29], à Vannes [56], à Laval [53], à Annecy [74], à Argenton [47], Valenciennes [59], Hazebrouck [59], Château-Arnoux [04], Saint Nazaire [44], Paris [75], Cesson-Sévigné [35]...

C’est se souvenir de moments forts vécus à la maison de Gardanne [13], ou à l’école élémentaire les Floralies à Aix-en-Provence [13]...

Aimer la France, c’est lire le livre Réparer les vivants de Maylis de Kerangal [née en 1967] et être emporté par une écriture précise, juste, bouleversante…

 

reparer-les-vivants,M137228

 

C’est regarder un dessin de Sempé [né en 1934] en se demandant si on doit rire ou être ému.

 

Jean-Jacques-Sempe-echelleDessin trouvé ici.

 

C’est écouter Albin de la Simone [né en 1970] chanter Quoi ma gueule, qu’est-ce qu’elle a ma gueule avec une fragilité désarmante… [l’originale, par Johnny Hallyday.]


[LIVE] Albin de la Simone "Quoi ma gueule" par franceinter

 

Aimer la France, pour moi, c’est entendre Juliette [née en 1962], sa générosité, son humour, son incroyable musicalité…


Juliette - memere dans les orties par bisonravi1987

 

C’est lire chaque semaine les chroniques de Patrick Pelloux [médecin urgentiste né en 1963] dans Charlie Hebdo, comprendre son empathie, sa tristesse parfois, ses révoltes…

 

dessin de Cabudessin de Charb

 

Article trouvé ici.

C’est découvrir incrédule un dessin de Charb [né en 1967], de Cabu [né en 1938] [voir ci-dessus]

 

C’est entrer dans un nouveau théâtre à Albi [81], c’est découvrir Grégory Gadebois [comédien né en 1976] sur une scène…

gregory-gadebois
photo trouvée ici

 

C’est voir un nouveau spectacle de [Jean-François] Sivadier [metteur en scène né en 1963], de [Joël] Pommerat [metteur en scène né en 1963]

 

C’est avoir envie de partager le plaisir que j’ai eu devant le récital d’Émeline Bayart, D'Elle à Lui, cet été, qui se jouera au théâtre du Bourg neuf pendant le festival d’Avignon [84]


Mise en ligne le 9 mars 2013 par Emeline Bayart

 

C’est attendre avec impatience la nouvelle saison des Revenants [série créée en 2012]


Ajoutée le 31 décembre 2012 par QUERELLE59

 

C’est s’enthousiasmer de l’honneur que l’Académie Américaine des Arts et des Sciences a rendu cette année à Michel Broué [mathématicien né en 1946] sans comprendre le moindre début de commencement de ses recherches mathématiques…

michel broué
Photo trouvée sur son site.

 

C’est admirer les gens du DAL [Droit Au Logement, fondé en 1990], les bénévoles des Restaurants du Cœur [fondés en 1985], de SOS amitié [fondé en 1960], de tant d’associations de bonne volonté et d’humanisme qui ne se résignent pas à voir gagner l’indifférence, le mépris, le rejet de l’autre…

 

logo du DAL Logo des Restos du coeur

 

logo de SOS Amitié

 

C’est tellement de choses encore, tellement de parfums, de sensations, d’images…

 

Allez, on peut bien le dire pour conclure cette année avant de vous retrouver le 29 août, même endroit, même heure, allez, oui, je le dis : « vive ma République, vive ma France ! »

 

Patrick Cohen

 

Et pour conclure, la Marseillaise [1946] de Django Reinhardt [1910-1953] et Stéphane Grappelli [1908-1997], qui est l’une des plus belles Marseillaises qui soient. Merci beaucoup François Morel, merci à toutes les équipes qui ont permis d’organiser cette matinale spéciale en direct de Sarajevo mais ça continue, France Inter en direct de Bosnie. Rendez-vous à dix heures avec Jean Lebrun et Guillaume Erner et dans dix minutes la dernière de Comme on nous parle de Pascal Clarke.

 

********

 

Echoes of France (La Marseillaise) par Django Reinhardt et Stéphane Grappelli figurent sur de nombreuses complation. Elle figure bien entendu sur cette intégrale publiée par Frémeau et associés.

 

Grappelli - Reinhardt - Duke Ellington

 

Enregistrée le 31 janvier 1946, ce document marque les retrouvailles du guitariste et du violoniste séparés pendant la deuxième guerre mondiale.

Elle a, semble-t-il, constitué un scandale en son temps.

 


Mise en ligne le 14 mars 2008 par caoamarelo

 

********

 

Quant à nous, concluons avec deux gros bouts de France situant les lieux nommés par François Morel.

Comme c'était le cas pour certains des noms cités, je ne connaissais pas non plus certain nom de ville.

 

 

ligne de démarcation

 

 

********

Une fois n'est pas coutume, un petit mot personnel, maintenant.

Contrairement à François Morel, je n'ai pas sillonné la France mais c'est, paradoxalement, en alimentant ce blog que je me suis familiarisé et attaché à l'espace, l'histoire, la culture d'un pays où je suis pourtant né.

Il me semble que la xénophobie, si elle procède de la peur de l'autre, a aussi à voir avec la méconnaissance de sa propre culture. Je n'ai pas peur pour ces cultures car je les sais fortes et vivantes, qu'elles soient celle d'un petit nombre ou du plus grand nombre. Et c'est à "l'un de ces nombres" que ce blog souhaite vous inviter, car il ne suffit pas de connaître pour comprendre. Partager, expliquer, donner à voir, tout cela y aide également.

Ce blog traite notamment de l'espace francophone pour des raisons linguistiques. Une expérience similaire peut se concentrer sur différentes échelles, l'échelle d'un pays, d'une région, d'un continent, d'une planète... Ce n'est donc pas une expérience nationaliste.

Etant donné le nombre de visiteurs (une centaine au quotidien) et leurs origines (via des moteurs de recherche) il semble que cette expérience apporte plus à son auteur qu'à un éventuel public.

C'est toujours ça de pris.

 

********

 

Au cas où l'on se reverrait pas,
bonnes vacances à tous !