À l’occasion d’une diffusion prochaine du Naufragé (2009) et d’Un Monde sans femmes (2012) de Guillaume Brac, voici la transcription d’un court entretien avec Vincent Macaigne, l’interprète principal de ces deux films

Cet entretien a été diffusé le 7 novembre dernier dans la matinale de France Musique.

 

Guillaume Brac - Vincent MacaigneImage trouvée ici

 

L’interprète parle ici de ses goûts musicaux, qui ne sont pas franco-français. Le compositeur Henri Tomasi (1901-1971) et le groupe La Femme (fondé en 2010) sont les seuls noms français mentionnés ici (si l'on excepte le chanteur Renaud).

Rafraichissant.

******

Le principe de l’interview musicale n’est pas original.

Mentionnons Dans les oreilles de… sur Radio Nova (à laquelle Vincent Macaigne a également participé) et certains numéros de La prochaine fois je vous le chanterai (émission de Philippe Meyer, spécialisée dans la chanson) sur France Inter.

On recommande aux mélomanes et aux curieux ces émissions
- qui dépassent le cadre de la chronique (ces émissions durent une heure) ;
- dont l'éclectisme permet souvent de belles découvertes.

******

France Musique n’est pas en reste avec La discothèque de..., une série de reportages hebdomadaires de Thomas Rozec (né en 1986).

 

Attention ! Ici, une discothèque, ce n'est pas une boîte de nuit, une discothèque désigne pour les disques l'équivalent de la bibliothèque pour les livres.

 

disques

 

Difficile d'intégrer un player de France Musique.
On suivra ce lien vers le player et celui-ci vers la page de l'émission.

Transcription

Thomas Rozec (dos) - Nicolas Lafitte - Vincent Josse
photo trouvée ici

Vincent Josse – Vous ne le savez mais lui aussi est tatoué.

Thomas Rozec – [Rire]

Vincent Josse – J’espère que votre mère est au courant, Thomas Rozec.

Thomas Rozec – Depuis peu mais oui.

Vincent Josse – Alors je ne demanderai pas ce que sont vos tatouages mais est-ce que vous pouvez nous parler du metteur en scène de l’Idiot qu'il avait aussi monté à Avignon il y a quelques années Hamlet d’une façon toujours très trash, hein, on reçoit de la boue et du faux sang quand on est au premier rang, on doit se protéger, c’est vrai, j’en ai reçu, il s’appelle Vincent Macaigne.

Thomas Rozec – Eh oui, eh oui, il est assez rock’n’roll, comme garçon, Vincent Macaigne, et c’est lui qui nous a ouvert les portes de sa discothèque. Vous allez voir c’est rock’n’roll justement, j’emploie ce terme pas au hasard, c’est rock’n’roll à plusieurs niveau.

 

idiot-macaigneImage trouvée ici

Thomas Rozec – Bonjour Vincent Macaigne.

Vincent Macaigne – Bonjour.

Thomas Rozec – Je pose souvent cette question à mes invités : est-ce que vous avez un morceau dans la tête. On a souvent comme ça un morceau qui revient, ça dépend des périodes, ça tourne, ça change. Est-ce que là vous auriez un morceau dans la tête ?

Vincent Macaigne – Un peu bizarrement, parce que je sors d’une émission, une interview où on a réécouté Nirvana, en fait, Smell like teen spirit

Nirvana-Smells-Like-Teen-57194

Nirvana - Smell like teen spirit (1991)


Ajoutée le 16 juin 2009 par NirvanaVEVO

Thomas Rozec – Dans vos mises-en-scènes, et dans l’Idiot en fait tout particulièrement, il y a beaucoup de musiques. C’était important pour vous de mettre de la musique, qu’elle soit, comme ça, présente, physiquement quasiment, parce qu’elle est présente à fort volume.

Vincent Macaigne – C’est ni une décision importante, ni pas importante. En fait, ça s’est fait comme ça, aux répétitions, voilà. Après, par contre, oui, moi je travaille tout le temps… quand je travaille mes répétitions je mets tout le temps plus ou moins systématiquement de la musique aux répétitions, donc du coup […] des répétitions mais j’ai du mal à travailler sans musique.

Thomas Rozec – Pourquoi de la musique en répétition, du coup ? Ça impulse quelque chose de particulier ?

Vincent Macaigne – Ouais, en fait, ça teinte – c’est comme une sorte de partenaire – ça teinte un peu l’univers ou c’est une forme de… c’est une façon de... de réexpliquer l’endroit où je veux qu’on soit tout en… ça fait comme une nappe comme ça… Ça teinte, comme une sorte de bain. Ça crée un bain, quoi, une atmosphère. Voilà. Ça permet aussi de... aux acteurs parfois de pas penser trop à ce qu’ils font.

Thomas Rozec – Et c’est quoi comme musique alors qu’on entend dans les répétitions ?

Vincent Macaigne – Bon, déjà des bouts de musiques que je mets au final dans le spectacle, hein. Ça dépend des moments. Par exemple, dans l’Idiot, quand je répétais, je mettais beaucoup, à l’époque, il y a cinq ans, Godspeed You [Black Emperor].

347-godspeed-you-black-emperor-e28093-fae2889e

Godspeed You Black Emperor - The Dead Flag Blues (in F♯ A♯ ∞) (1997)


Ajoutée le 17 décembre 2017 par sonikku dammit

Vincent Macaigne – C’est pas dans le format entre guillemet "radio", parce que c’est des morceaux qui sont très longs et… non, par contre moi j’aime beaucoup... parce qu’il y a une forme de lyrisme en fait, une forme de lyrisme et puis on sent, comme ça, une tragédie qui arrive dans cette musique. Moi j’adorerais faire un opéra avec eux ou des choses comme ça. J’écoute énormément de musiques. Ça peut aller, oui, de – je sais pas moi – de Stars of the Lid à Lana del Rey. Vous voyez, c’est pas… Oui, mais par contre, c’est vrai que j’ai une attirance pour la mélancolie dans la musique.

the-tired-sounds-of-stars-of-the-lid

Stars of the Lid - The tired sounds of Stars of the Lid (2001)


Publiée le 26 janvier 2013 par kademan13

Lana-Del-Rey-Video-Games-561976

Lana Del Rey - Video Games (2011)


Publiée le 16 octobre 2011 par LanaDelReyVEVO

 

Thomas Rozec – Quel genre d’auditeur ou d’amateur de musique vous êtes. Est-ce que vous diriez que vous êtes un peu compulsif avec l’envie de collecter le plus possible de sons ? Ou vous avez quelques artistes fétiches vers lesquels vous retournez…

Vincent Macaigne – Compulsif. Oui je suis complètement compulsif, ouais. C’est… d’un coup j’achète à peu près sur itunes… Je sais pas... Je peux acheter comme ça genre une vingtaine d’albums en deux heures.

Thomas Rozec – Et du coup, là, ces derniers temps, vous avez acheté quoi ?

Vincent Macaigne – Je vais regarder sur mon iphone.

Thomas Rozec – Ben oui.

Vincent Macaigne – Le dernier truc que j’ai acheté, ça, c’est un truc… c’est the Electric Prunes. Tu sais souvent des truc... des trucs un peu lyriques.

Un titre non identifé de the Electric Prunes.

Vincent Macaigne – Comme ça, voilà… J’ai acheté ça.

Thomas Rozec – La Femme ?

psycho

La Femme - Interlude (2013)
(11:52 - 14:30 : Interlude)


Publié le 25 mai 2013 par Hypsoline

Vincent Macaigne – Je connaissais pas, j’ai acheté ça sans connaître. Ouais, voilà, souvent j’achète des trucs comme ça, sans connaître. J’ai acheté ça... Henri Tomasi...

MI0002918935

Henri Tomasi - Requiem pour la paix (1945)
Orchestre Philharmonique de Marseille (13) dirigé par Michel Piquemal.


Ajoutée le 2 mars 2014 par Wellesz Modern

Vincent Macaigne – J’ai plein de trucs différents. […] que j’ai acheté.

Thomas Rozec – Pardon.

Vincent Macaigne – Donc euh…

Thomas Rozec – Je crois qu’il faut qu’on arrête le…

Vincent Macaigne – Voilà, ça c’est les… On est dans un hall d’hôtel donc c’est un peu les bourgeois et le grand truc donc on n’a pas le droit de faire de bruit. ‘Faut quand même imaginer la scène : j’ai un i-phone et on met du… Je colle l’i-phone à votre micro pour qu’on entende le son. Et là ils se plaignent, ça veut dire que c’est vraiment une forme de non-tolérance extrême. C’est une forme d’aristocratie c’est comme s’ils supportaient pas le fait de voir d’autres gens quoi. C’est ça l’impolitesse, ils sont plus impolis que nous, finalement.

 

album-tom-mcrae

Tom McRae - You Cut Her Hair (2001)


Ajoutée le 12 août 2011 par MAVatandas

Thomas Rozec – Je me pose souvent cette question : est-ce qu’il y a eu un déclic, un moment où vous avez entendu une musique, un artiste, et là ça a éveillé votre intérêt, votre goût pour la musique.

Vincent Macaigne – Ben… plein de fois, en fait. Je pense un peu bêtement, mais… Mozart. Le Requiem de Mozart est sublime. Et je me rappelle quand j’étais enfant j’avais vu ce film-là. C’est souvent passé par le cinéma comme ça parce que j’avais vu Mozart. Et j’avais découvert, comme ça, un peu d’une manière mainstream, la musique de Mozart.

 

11168027_800

Mozart - Requiem
(extrait de la bande originale d'Amadeus de Miloš Forman)


Ajoutée le 10 septembre 2010 par Claudine Shim

Vincent Macaigne – J’écoutais Mozart et j’écoutais Europe.

Thomas Rozec – The Final Countdown.

Vincent Macaigne – Ouais.

Thomas Rozec – [Ricane.]

Vincent Macaigne – Ouais. Ouais. Ouais. C’est ce qu’on écoutait. C’est ce qu’il y avait à cette époque-là.

Thomas Rozec – Ah, c’est lyrique, pour le coup, aussi… dans un autre style.

Europe-the_final_countdown

Europe – The Final Countdown (1986)


Ajoutée le 25 octobre 2009 par EuropeVEVO

Vincent Macaigne – Moi depuis toujours j’aime bien quelque chose d’un peu lyrique. Mais c’est vrai que c’est ce qu’on avait donc du coup, j’avais accès à ça. Plus les trucs de mes parents, ce qu’écoutaient mes parents, c’est quoi, c’était Renaud, c’était la musique iranienne parce que ma mère, elle est iranienne… donc, la pop iranienne… les musiques comme ça, quoi… de la radio… Quand j’étais enfant, quand j’écoutais la radio enfant, je trouvais ça bizarre, et les chansons pop comme ça, je trouvais un peu étrange, quoi, j’aimais pas. C’était le long moment d’intro avant qu’ils chantent. J’avais du mal à comprendre, enfant, je me rappelle de ça.

Thomas Rozec – C’est vrai ?

Vincent Macaigne – Ouais. Je comprends pas du tout pourquoi.

Thomas Rozec – « Pourquoi » ça commençait pas tout de suite ?

Vincent Macaigne – Ouais, c’est toujours la même chose. Je me disais : « mais c’est bizarre, ils font tous le même truc, ils font "tanatanana" et après ils chantent. Je trouvais assez étrange en fait et je me disais "c'est étrange, ils commencent tout après…" La batterie qui arrive… il y a une sorte, comme ça, de structure un peu identique et ça m’ennuyait un peu.

Pop iranienne non identifiée.
C'est dommage.
En faisant quelques recherches, on est tombé sur cette page.

Vincent Macaigne – Il y a beaucoup d’artistes qui m’ont vraiment inspiré tout au long de ma vie, comme ça. Disons que la musique, c’est un peu l’art ultime, en fait, parce que ça met dans une telle… un tel univers tellement rapidement que… je pense que... y a rien qui égale ça, en fait. Quand on écrit, quand on met en scène, on met en scène une parole ou une idée d’intellectuel et quand on fait de la musiqe, à mon avis, quand même, il y a quelque chose de beaucoup plus sensoriel en fait. Quand on met en scène un spectacle, on utilise de la musique comme ça aussi pour amener du sens – pas du sens, du sensoriel, pardon. Après moi j’ai une jalousie, mais pas réelle, parce que c’est un talent, c’est un talent qu’il faut avoir, et moi, que j’ai pas. Vous voyez ce que je veux dire ?

Thomas Rozec – Oui. Vous auriez voulu être musicien ?

Vincent Macaigne – J’aurais adoré mais je ne suis pas du tout bon.

Thomas Rozec – Vous avez essayé ?

Vincent Macaigne – Même pas.

Thomas Rozec – Si vous savez que vous êtes pas bon…

Vincent Macaigne – J’ai pas essayé mais mes parents, ils m’ont fait apprendre à jouer du piano, de la guitare… de tout…

Thomas Rozec – Et ça a pas pris ? [ricane]

Vincent Macaigne – Non, mais moi je… j’ai pas un très bon rythme. Mais par contre, la guitare, à un moment donné, j’étais… j’avais pas mal avancé en guitare… Après, bon, c’est vrai que quand on est enfant, apprendre un instrument de musique c’était devenu comme ça une vraie contrainte pour moi.

Thomas Rozec – Vincent Macaigne, juste avant de se quitter, j’aime bien demander aux invités de la discothèque de choisir un morceau pour se quitter… Vous choisiriez quoi ? [ricane] Là il y a Michael Jackson en fond mais ce n’est pas la peine de se laisser influencer.

Vincent Macaigne – Quel morceau je choisirais pour se quitter ? Ha ! Porque te vas ! de Jeannette, assez joyeux…

38


Ajoutée le 19 septembre 2009 par Wenceslao C. Passament
Nous en avions parlé longuement ici.

Thomas Rozec – Merci beaucoup.

Vincent Josse – C’était le metteur en scène de l’Idiot, Vincent Macaigne, l’Idiot qui se joue à Nanterre (92) jusqu’au 14 novembre, Thomas, au Théâtre des Amandiers

Thomas Rozec – … des Amandiers.

Vincent Josse – On vous retrouve la semaine prochaine ?

Thomas Rozec – Tout-à-fait.