Drôle de drame de Marcel Carné (1906-1996) est le deuxième film d’un cycle autour du Misanthrope de Molière. Le film entretient peu de rapport avec la pièce. Il nous donnera surtout l’occasion de rencontrer Louis Jouvet (1887-1951), comédien et metteur en scène spécialiste de Molière et ami de Giraudoux, vénéré par Fabrice Lucchini (né en 1951) et cité dans Alceste à Bicyclette également au programme.

 

*********

 

film-drole-de-drame19

 

Synopsis trouvé sur la jacquette du DVD

La scène se passe à Londres en 1900, Irwin Molyneux (Michel Simon) écrit sous le pseudonyme de Félix Chapel des romans policiers qui sont fortement critiqués par Archibald Soper (Louis Jouvet), évêque de Bedford, son cousin. Invité à dîner par le couple Molyneux, Archibald trouve très étrange que la femme de son cousin soit absente, en fait aux cuisines à s’occuper du dîner en raison de la démission de sa cuisinière. Irwin invente toutes sortes de mensonges maladroits pour justifier l’absence de sa femme, et Archibald se met à le soupçonner.

Le lendemain, après une nuit passée au domicile de son cousin, il appelle Scotland Yard...

 

 


Ajoutée le 29 novembre 2013 par cinemaetcie

 

Transcription

Commentaire

Qui aurait pu prédire, alors que Drôle de Drame connut un échec cuisant lors de sa sortie en 1937, que cette comédie de Marcel Carné serait aujourd'hui considérée comme l'un des plus grands chefs d'œuvre du cinéma français.

Adapté d’un roman d’humour anglais [de Joseph Storer Clouston], Drôle de Drame nous ramène au cœur de Londres au début du siècle dernier. L’Évêque de Bedford s’y est trouvé un nouveau cheval de bataille : la lutte acharnée contre le dernier ouvrage de Felix Chapel, un roman policier baptisé le Crime Moderne. Sous le pseudo de Felix Chapel, ce n’est autre qu’Irwin Molyneux qui officie en sourdine, le propre cousin de Bedford. À la suite d’un dîner en tête à tête placé sous le signe du bizarre, Bedford soupçonne Molyneux du meurtre de son épouse. La calomnie se répand, la comédie peut commencer.

Véritable écrin pour ce joyau du cinéma dialogué par Jacques Prévert (1900-1977), ce DVD propose une copie du film totalement restaurée. À travers une interactivité particulièrement soignée, on peut également découvrir au gré de passionnantes notes de production que Louis Jouvet et Michel Simon (1895-1975), alias Bedford et Molyneux, se détestaient copieusement. Ils n’eurent à peine à forcer le trait dans leur mémorable face-à-face devant la caméra, face-à-face d’anthologie pour certains, comme cette indispensable séquence du canard à l’orange.

[Le découpage complet de la scène est disponible ici.]

Louis Jouvet et Michel Simon
Photo trouvée ici.

L’évêque – Vous direz ce que vous voudrez, mon cher cousin mais je trouve fort regrettable que Margarett ne soit pas là ! Oh !... le canard !... l'admirable canard aux oranges ! Une aile ... et puis une cuisse ! Et où est-elle, exactement, cette chère Margarett ?

Molyneux – Elle est... à la campagne.

L’évêque – Loin ?

Molyneux – Non, pas très loin..., chez des amis.

L’évêque – Chez des amis ?

Molyneux – Oui..., des amis..., des amis que nous connaissons.

L’évêque – Il y a longtemps que cette... cette jeune personne est à votre service.

Molyneux – Eva... oh ! ... oui... certainement cher cousin. Elle est ici depuis 15 ans.

L’évêque – Hein?

Molyneux –  Ah ! Non !... je confondais avec la cuisinière.

L’évêque – Ah ! ... madame Pencil ! Oui… Mais dites-moi, cher cousin, vous ne trouvez pas étrange que votre femme ait précisément choisi le jour où je viens dîner pour s'en aller en voyage ?

Molyneux –  Elle a dû partir brusquement pour un cas de rougeole..., vous comprenez..., un cas subit.

L’évêque – La rougeole ? ... Je croyais que vous m'aviez dit qu'elle était partie chez des amis ?

Molyneux – Oui..., justement. Chez des amis qui ont la ... la rougeole.

L’évêque – Ah !

Molyneux – Certainement !...  Certainement !

Eva – Oh !... pardon.

L’évêque – Et où demeurent exactement ces amis qui ont la rougeole ?

Molyneux – Ah ! Oui..., où ils demeurent exactement ?... Oui, bien sûr... Vous me demandez, cher cousin, où Ils demeurent exactement ?... Eh ben c’est bien simple, ils demeurent exactement dans les environs de Brighton…, oui…, je crois.

L’évêque – Vous croyez…, cher cousin. Bizarre…, bizarre.

Molyneux – Qu’est-ce qu’il a ?

L’évêque – Qui ?

Molyneux – Votre couteau...

L’évêque – Comment ?

Molyneux – Oui…, vous regardez votre couteau et vous dites... bizarre…, bizarre. Alors Je croyais que...

L’évêque – Moi, j'ai dit : bizarre..., bizarre ? Comme c'est étrange ! Pourquoi aurais-je dit « bizarre, bizarre? »

Molyneux – Je vous assure, cousin, vous avez dit : «  bizarre, bizarre ».

L’évêque – Moi, j'ai dit bizarre?... Comme c'est bizarre !

 

*********

 

Le film ne se résume pas à cette scène mais c’est elle que la postérité a retenu.

 

Marcel Carné et Jacques Prévert sur le tournage des Portes de la Nuit (1946)
Photo trouvée ici.

Marcel Carné et Jacques Prévert ont souvent travaillé ensemble avec une équipe dont on retient les noms de Jean Gabin, Michel Simon, Françoise Rosay, Arletty, les compositeurs Maurice Jaubert et Joseph Kosma, etc.

  • Jenny, 1936
  • Quai des Brumes, 1938
  • Le Jour se lève, 1939
  • Les Visiteurs du Soir, 1942
  • Les Enfants du Paradis, 1945
  • Les portes de la nuit, 1946
  • La Fleur de l’âge, 1947
  • La Marie du port, 1950
    (Jacques Prévert qui prenait ses distances avec le cinéma n’est pas crédité pour ce film.)