Le Locataire (notre prochain spectacle) est l'adaptation d'un roman de Roland Topor (1938-1997) intitulé Le Locataire Chimérique.

 

968full-roland-topor

 

Le roman eut un succès certain si l'on en croit les différentes traductions.

En voici quelques couvertures :

 

$(KGrHqFHJE4FIDkvj(CjBSCl,RMM,Q~~60_35 le-locataire-chimc3a9rique-topor The-Tenant-193x300 tenant_amer_pb1  toportenant manny-schongut-11  Roland Topor_Quimerico inquilino 155521_chimeryczny-lokator_400 phpThumb_generated_thumbnailjpg

 

***********

 

Dans un entretien avec Thierry Ardisson (animateur, producteur né en 1949), il dit le bien qu'il pense de l'adaptation de Roman Polanski. Il a été diffusé le 29 avril 1989 dans l'émission Lunettes noires pour nuits blanches (1988-1990).

 Il existe deux autres extraits de cet entretien, l'un ici (à propos du film Marquis) et l'autre (Anti-portrait chinois).

 


Ajoutée le 23 juin 2014 par Ina Talk Shows

Transcription

Thierry Ardisson (voix off)Voici Roland Topor-trait chinois. « Terroriste, moi ? Comment foutre la merde dans le fumier ? » qu’y dit, l’ami.

Thierry Ardisson – Alors Roland Topor, bonsoir. Alors, tu es peintre, cinéaste, acteur, écrivain : tu es un des maîtres de ce qu’on pourrait appeler le touche-à-tout-isme.

Topor – Non, pas vraiment. Je dors beaucoup.

Ardisson – Tu dors beaucoup.

Topor – Oui.

Ardisson – Oui.

Topor – Et comme il faut survivre, quand on se réveille, en gros je fais tout ce que je peux.

Ardisson – Ouais.

Topor – Je rame.

Ardisson – Mais tu le fais bien, alors.

Topor – Je trépigne.

Ardisson – On ne va pas faire toute ta carrière parce qu’on serait là…

Topor – Ça n’a aucun intérêt.

Ardisson – … on serait là jusqu’à trois heures du matin. Mais enfin, il y a la Planète Sauvage. C’est bien ? Tu l’a vu ?

Topor – Je sais pas.

Ardisson – Ah ouais, c’était très bien. Il y a le Locataire chimérique qui a été adapté par Polanski.

Topor – Tu as remarqué, au cinéma, on a laissé tombé le « chimérique » parce que « les gens comprendraient pas ».

Ardisson – Ouais. Mais qu’est-ce que tu penses de l’adaptation de Polanski ?

Topor – J’aime beaucoup.

Ardisson – Ouais ?

Topor – Parce qu’il l’a adapté deux ans plus tard et… un film, c’est jamais un livre, mais je l’aime beaucoup, et je l’aime beaucoup comme acteur. Or, à l’époque, je me rappelle que les gens…

Ardisson – …restaient dubitatifs.

Topor – … dubitatifs, ils disaient : « oh, ç’aurait été mieux s’il n’avait pas joué ». Or, je l’ai revu y a pas très longtemps. Je le trouve génial dans ce film. C’est l’un de ses films que je préfère.

Ardisson – Alors par contre…

Topor – Et lui il l’aime pas parce que c’est un bide.

Ardisson – … On va passer à tes succès après, mais alors là on va parler d’un bide, c’est la Galette du Roi, dis-donc.

Topor – Oui.

Ardisson – Pourqu… comment t’as fait ça ?

Topor – Mais c’est parce qu’on a essayé d’aller dans le sens du public. C’est quand même une tentation. On se dit : « après tout…

Ardisson – Vous vous êtes ramassé la galette des rois.

Topor – … On est pas plus con qu’un autre. »

Ardisson – Ouais… et puis finalement…

Topor – Ouais, ben… on n’est pas plus con mais… ça marche pas.

Ardisson – Ça marche pas.

Topor – On ne peut pas jouer les rôle qu’on n’a pas.

Ardisson – Et t’es scénariste, là-dessus, hein ?

Topor – [acquièce]

Ardisson – Ouais. Alors tu sors un bouquin chez Séguier qui s’appelle les Combles parisiens.

Topor – C’est un bide aussi, ça, cela dit.

Ardisson – Oh non !

Topor – Enfin un bide

Ardisson – Mais un livre, c’est jamais un bide parce que ça se donne de père en fils, ça.

Topor – Oui.

Ardisson – Alors les textes, c’est quoi ?

Topor – C’est des souvenirs, des anecdotes parisiennes. J’aime beaucoup les anecdotes.

Ardisson – Et alors il y a un film qui s’appelle Marquis

Topor – Oui.

Ardisson – Alors c’est la dernière année de Sade à la Bastille… hein, c’est ça…

Topor – Oui…

Ardisson – Et puis il a des rapports, comme ça, avec son sexe qui s’appelle Colin.

Topor – Oui.

Ardisson – Et c’est des êtres humains avec des masques d’animaux.

Topor – Sauf Marquis… enfin sauf Colin.

Ardisson – Oui. Sauf Colin.

Topor – Tous les personnages, tous les êtres, les caractères du films…

Ardisson – oui…

Topor – sont des hybrides mi-homme, mi-animaux, un peu comme dans le Roman de Renart, comme dans La Fontaine, comme dans le… j’sais-plus-quoi…

 

*********** 

On trouvera ci-dessous quelques illustrations des œuvres citées dans l’entretien.

 

La Planète Sauvage - René Laloux (1973) - Dessins de Topor

La Galette du Roi - Jean-Michel Ribes (1985)

Les Combles Parisiens - Topor (1989)

Marquis - Henri Xhonneux (1989)