Rien à déclarer de Dany Boon (né en 1966) illustre l’ouverture des frontières à l’intérieur de ce qui s’appellait alots la CEE et qui est devenue aujourd’hui l’Union Européenne. Ce film nous donnera l’occasion de visiter les environs d’un ancien poste frontière franco-belge.

Au sommaire de cette note :

  • les ordinaires synopsis et transcription de bande-annonce.
  • quelques images du poste frontière
  • un gag de Gaston Lagaffe

 

***********

 

19542535

 

Synopsis

1er janvier 1993 : passage à l’Europe. Deux douaniers, l’un Belge, l’autre Français, apprennent la disparition prochaine de leur petit poste de douane dixe situé dans la commune de Courquain France et Koorkin Belgique. Francophobe de père en feils et douanier belge trop zélé, Ruben Vandervoorde se voit contraint et forcé d’inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge.

 


Mise en ligne le 16 octobre 2010 par Lacha Video Service

Transcription

Ruben Vandevoorde – Papa est dans quel pays là ?
Léopold Vandevoorde – En Belgique.
Ruben –La Belgique qui est… ?
Léopold – Le plus beau des pays.
Ruben – Là, je suis dans quel pays ?
Léopold – Dans la France.
Ruben – La France, c’est un pays de gros… ?
Léopold – De gros abrutis ?
Ruben – [jubile] Exact.

Ruben – J’ai tous les droits quand il s’agit d’empêcher l’invasion des camemberts dans mon pays.

Le chef Willems – À quelques semaines du passage à l’Europe, votre zèle anti-français est très mal perçu.
Ruben – Anti-français ? Moi ?... Non, je suis le plus francophile des Belges.

Mathias Ducatel – Je vais allez dire à ton frère de se détendre ?
Ruben – Dégage.
Louise Vandevoorde – Essaye d’être gentil avec lui.
Mathias – Est-ce qu’on pourrait pas essayer de se parler gentiment juste une fois.
Ruben – Refais l’accent belge et je t’explose ta gueule, t’as compris ?
Mathias – Je te jure que je faisais pas l’accent belge !
Ruben – Ah non ? « une fois ! une fois ! »
Mathias – [prend l’accent belge] Là je fais l’accent belge, une fois. Oui, ça je sais faire. Nom d’une frite !
Ruben – Sale Frounz de merde !

Louise – T’as parlé à mon père ?
Mathias – Ben non…
Louise – À mon frère, alors ?
Mathias Ducatel – Oh ben non !

Ruben Vandevoorde – Seigneur, faites que l’Europe ne se fasse JAMAIS !... Pardon.

Irène Janus – Sans douaniers, sans commerçants, plus personne va s’arrêter.

L’agent immobilier – C’est la meilleure offre en six mois madame Lanus.
Irène – Janus. Avec un J, s’il vous plaît.

Irène – JACQUES !
Jacques Janus – Oui, ma petite fleur ?

Bruno Vanuxem – Moi, c’est pas tellement les Français qui m’inquiètent… C’est les trafiquants de drogue.

Duval – Fais-moi une tête d’innocent.
Tiburce – [s’exécute.]
Duval – T’as pas l’air innocent, là. T’as l’air complètement débile.
Tiburce – Je sais pas comment on fait une tête d’innocent. Depuis tout petit, je suis coupable.
Duval – Te fais pas arrêter. C’est mieux.

Le divisionnaire Mercier – Et il nous faut un volontaire pour expérimenter une brigade mobile mixte.
Ruben – Homme-femme ?
Le chef Willems – Franco-belge.
Mathias – Moi, je suis volontaire.
Ruben – Non, tout mais pas ça, chef, s’il vous plaît. Non.

Le divisionnaire Mercier – Bien, messieurs, en voiture. Faut devenir un symbole fort pour l’Europe de demain, hein.

Ruben – C’est grotesque.

Louise – Matthias, qu’est-ce que tu fais avec mon frère.
Mathias – Je veux devenir son ami.

Ruben – Saloperie ! Sale petit Frounz de merde !

Ruben – FONCE !

Le chef Willems – Il est important que cette expérience internationale soit une grande réussite.
Ruben – Ben c’est bien parti, hein.

Dany Boon – Sortie nationale 2 février. [Prend l’accent belge] Nord et Belgique, le 26 janvier une fois.

 

***********

 

Courquain (ou Koorkin), la ville où se situe l’histoire, est parfaitement fictive. Le film a cependant été tourné dans des endroits très proches de cette ville.

 

Untitled-1

Untitled-2

 

Macquenoise (6593), un ancien poste de frontière se situe entre les communes de Momignies (6590) et Hirson (02).

 

180_001Image trouvée ici.

545_001Image trouvée ici.

29865910Image trouvée ici.

 

***********

 

André Franquin (1924-1997) a confronté son personnage Gaston Lagaffe (créé en 1957) à plusieurs formes d'autorité administrative. Il y eut quelques gags le mettant en scène face à un douanier méfiant.

 

gaston-lagaffe-douane-douanier-rien-a-declarer

 

Celui-ci vient d'ici. Il a paru en 1972 dans le journal de Spirou.

 

gaston la gaffe1

Transcription

Gaston – Ah, zut ! C’est encore le méfiant…

Le Douanier méfiant – Celui-là, je le reconnais… Il m’a déjà posé des problèmes… Ouvrons l’œil !

Le Douanier méfiant – Rien à déclarer ?
Gaston – Je déclare que j’ai des marchandises, que la paperasse est en règle et que je suis pressé.

Gaston – … Pendant mes loisirs, je suis représentant d’une firme de farces et attrapes…
Le Douanier méfiant – ‘z’allons voir si c’est pas des farces pour attraper les douaniers…

gaston la gaffe2

Transcription

Le Douanier méfiant – C’est quoi ça ?
Gaston – Voyez vous-même…

Gaston – Oâh : C’est vieux comme le monde, et toujours aussi marrant !

Le Douanier méfiant – Et toutes les autres boîtes, hmm ?... Qu’est-ce qu’elles contiennent ?...
Gaston – Bin, vous avez la liste…
Le Douanier méfiant – Et qu’est-ce qui me prouve que ça correspond ?! ‘Faut vérifier…
Gaston – ÇA NE VA PAS, NON ?!

Un douanier – Ah ? J’ai trouvé une poudre suspecte… Sens ça…
Un autre douanier – AT..TCHÂ
Le Douanier méfiant – J’ouvrirai ces trucs-machins jusqu’au dernier !!
Gaston – D’accord ! Mais vous les refermerez tous !!