On a choisi de présenter ce sketch des Inconnus en écho à la petite polémique qu’a suscité Ponette (Jacques Doillon, 1996) à sa sortie. Nous l'avions évoquée dans la note précédente.

On notera que l’un des jeunes comédiens de Ponette, Antoine du Merle, a également joué dans le premier film des Inconnus, les Trois Frères.

 

l_homme_qui_pleure

 

Le film se moque d'un certain cinéma français et de méthodes de torture des acteurs. Certains réalisateurs allant jusqu'à mettre leurs comédiens dans une situation de détresse afin d'obtenir d'eux ce qu'il désire. De ce point de vue, ce sketch semble à peine caricatural.

Le logo qui ouvre le sketch est une parodie de celui de la Sept, l'ancêtre de la chaîne Arte.

_La7-tv


Ajoutée le 6 octobre 2013 par lesinconnusVEVO

 

Jacques Bouillon - Didier Bourdon

Raoul - Bernard Campan

Le journaliste, Anne-Isabelle - Pascal Légitimus

Transcription

Le journaliste – Pour son dernier  long-métrage tant attendu, le metteur en scène Jacques Bouillon a fait appel à Raoul, jeune apprenti boulanger, pour le rôle principal.

Jacques Bouillon – Non, ce qui m’a séduit chez Raoul, c’est que… il n’est pas du tout comédien, c’est un… enfin il était apprenti boulanger, donc… il est tout à fait vierge, il n’a pas du tout... les trucs... qu’on peut rencontrer chez les comédiens.

Le journaliste – Raoul, tu es donc apprenti-boulanger, et en tant que tel, comment as-tu vécu cette première exprérience ?

Raoul – Ben euh…

Jacques Bouillon – Je crois que c’était formidable… Ce qui me plaît, moi, chez Raoul, c’est un petit peu son... son intelligence instinctive, je crois que c’est ce qui me séduit.

Le journaliste – Et en tant que tel, ça s’est bien passé avec Jacques ?

Raoul – Heu…

Jacques Bouillon – C’est un grand moment, je crois que... Raoul est... quelqu’un d’assez rare et... très précieux dans le cinéma français.

 

Bouillon – [Marmonne.]

Raoul – L’homme qui pleure, une première.

Bouillon – Alors tu me regardes, tu me regardes, voilà. Tu me regardes comme ça, tu regardes le combiné. Tiens, regarde. Ça te dit quelque chose, ça ? Tu sais, c’est la bande-dessinée que t’avais perdue.

Raoul – Oh ouais ! Sympa !

Bouillon – Hein ! Tu trouves ça sympa ? Moi je trouve ça complètement nul, Raoul.

Raoul – Ah bon ? Pourquoi ?

Bouillon – Pourquoi, pourquoi. Parce que moi, j'veux plus que tu lises de pareilles nullités, ça ne t’apprend rien du tout.

Raoul – Bah ! Je vois pas où est le problème.

Bouillon – Ben si, moi je vois où est le problème. Et tu sais, pour ton bien bien, je vais la déchirer.

Raoul – Oh non, hé, t’as pas le droit.

Bouillon – Si j’ai le droit.

Raoul – Non, c’est la mienne t’as pas le droit de faire ça.

Bouillon – Si, j’ai le droit.

Raoul – Mais… mais moi je l’ai pas finie. Je veux savoir la fin.

Bouillon – Comment ça tu n’as pas fini ?! Mais tu… tu ne m’avais pas dit que tu savais pas lire ?

Raoul – Peut-être, mais je regarde les images et c’est beau.

Bouillon – Mmh. Tu sais ce que je vais faire, pour te faire plaisir, je vais t’acheter, tu sais, les aventures de Tintin. Tu connais Tintin. Et puis le chien, comment il s’appelle là, le chien ?

Raoul – Milou !

Bouillon – Oui ! Milou. Et puis tu sais le professeur ? Comment il s’appelle ? Le professeur… ?

Raoul – Tournesol ?

Bouillon – Voilà, très bien. Puis le méchant, là, le Grec, comment il s’appelle ?

Raoul – Rastapopoulos.

Bouillon – Très bien.

 

Bouillon Bon, ça bien sûr, c’est un premier travail. On ne fait toujours qu’une seule prise. Et après il y a le montage. Essentiel.

 

Anne-Isabelle – C’est moi, Anne-Isabelle. J’ai à te parler, Raoul.

Raoul – Oh ouais ! Sympa !

Anne-Isabelle – Je sais que tu travailles beaucoup ton agrégation en ce moment, mais… j’ai des choses à te dire et… c’est difficile.

Raoul – Ah bon ? Pourquoi ?

Anne-Isabelle – J’ai… rencontré un garçon épatant…

Raoul – Bah ! Je vois pas où est le problème.

Anne-Isabelle – Notre histoire est finie Raoul.

Raoul – Mais… mais moi je l’ai pas finie. Je veux savoir la fin.

Anne-Isabelle – Raoul, regarde la réalité en face. Tu te fais un film dans ta tête.

Raoul – Peut-être, mais je regarde les images et c’est beau.

Anne-Isabelle – Oh Raoul, je regrette tellement cette journée où tu m’avais emmenée au cinéma voir ce film de Louis Malle

Raoul – Milou.

Anne-Isabelle – Milou en mai, oui. Ensuite, tu m’avais emmenée visiter cette galerie Van Gogh où il y a ce tableau que tu aimes tant.

Raoul – Tournesol ?

Anne-Isabelle – Oui, Tournesol, c’est cela. Et en fin de journée tu m’avais envoyé ce... cette intégrale de ce philosophe grec. Comment, déjà ?

Raoul – Rastapopoulos.

Anne-Isabelle – Non ! Épicure. Raoul. Je vais te quitter.

Raoul – Oh non !

Anne-Isabelle – Ta vie t’appartient toujours.

Raoul – Elle est déchirée. Oh non ! Non, elle est déchirée.

Bouillon – Ça va très bien.

Raoul – Hè pourquoi tu l’as déchirée ? Hè ma BD ! Regardes qu’est-ce que t’as fait à ma BD !

L'équipe – Raoul ! Raoul ! Arrête.

Raoul – Laissez-moi, il m’a pété ma BD.

Bouillon – Remettez le dans sa cage.

Raoul – Il a pas le droit. Il a pas le droit.

Bouillon – [hystérique] Remettez le dans sa cage.

 

***********

 

La bande dessinée que déchire si violemment Jacques Bouillon est - sacrilège ! - un album d'André Franquin (1928-1997), le dernier qu'il ait réalisé pour la série des aventures de Spirou & Fantasio. Il est intitulé Panade à Champignac (1969).

 

Spirou_et_Fantasio_n19

 

On peut reconnaître l'une des premières planches, mettant en scène Spirou, Fantasio et Gaston :

 

Untitled-3

 

***********

 

Milou, Le Professeur Tournesol, Rastapopoulos sont d'autres personnages populaires en France et en Belgique. Ceux-là sont des créations d'Hergé (1907-1983) pour la série des Aventures de Tintin. On trouvera suffisamment d'ouvrages ou de sites tintinophiles (ou tintinôlatres) pour les présenter. On peut aussi lire les albums, nombreux à la médiathèque de l'Institut Français de Belgrade.

 

MilouLe professeur TournesolRastapopoulos

 

***********

 

Milou en mai (1990) est l'un des derniers films de Louis Malle (1932-1995), avec Michel Piccoli (né en 1927) dans le rôle titre.

Milou est un diminutif du prénom Émile.

 

milou-en-mai-1989-03-g

 

***********

 

Soyons un peu pédant, mais après tout, si quelqu'un tombant ici par hasard apprend quelque chose, tant mieux.

 

***********

Tournesol est surtout le nom d'une série de tableaux de Vincent Van Gogh (1853-1890).

Au hasard, voici 12 tournesols dans un vase, 1889.

douze

 

 ***********

 

Épicure (-342 - -270) est un philosophe de l’antiquité grecque, atomiste et fondateur de l'épiccurisme.

 

Ph. © Archives Larbor

Buste d'Épicure, philosophe grec. (Musée du Capitole, Rome.)

 

 

***********

 

Ce n'est qu'au moment de terminer cette note que je me rends compte que le personnage de Jacques Bouillon pourrait être une parodie de Jacques Doillon... En plus de patronymes allophones, le film du sketch s'appelle L'Homme qui pleure et Jacques Doillon a réalisé un film intitulé La Femme qui pleure en 1979.

 

La_femme_qui_pleure_film_jacques_doillon

 

 Le fait que nous ayons malgré tout opéré cette association d'idées prouvent que les Inconnus ont tapé juste.