De l’autre côté du périph de David Charhon (né en 1972) nous donnera l’occasion de retourner à Bobigny (93) (après L'une chante, l'autre pas) et au Quai des Orfèvres (après Quai des Orfèvres). Il permettra de mesurer les différences entre les deux côtés du périph de manière caricaturale (c’est une comédie) et réaliste (c’est un film policier).

Au sommaire de cette note :

  • les synopsis et transcription d’usage – avec beaucoup de liens pour comprendre certaines expressions ;
  • une caractérisation par les films des personnages principaux ;
  • une petite indication architecturale.

***********

Originale20268136

Synopsis

Ousmane Diakité (Omar Sy) est policier à la brigade financière de Bobigny et rêve de faire tomber les gros bonnets. Aussi, quand le corps de la femme du premier patron de France est retrouvé dans son secteur, il fait en sorte de faire équipe avec François Monge (Laurent Lafittte), capitaine de la police criminelle, un parisien aux méthodes bien différentes des siennes.

 


Ajoutée le 30 novembre 2012 par Les Cinémas Aixois

Transcription

Les liens que comprend la transcription de la bande-annonce visent à éclaircir certaines expressions.

Samir – Putain Ousmane, mais viens pas là, tu vas me faire griller. Regarde ta tête, tu pues le flic à 100 bornes.
Ousmane Diakité – Y a aucun risque, là. C'est chez moi ici, je me fonds dans le décor.

Un jeune – Monsieur le policier ?
Ousmane Diakité – Qu’est-ce que t’as dit ?
Le jeune – Pourquoi ? Vous êtes de la police, non ?
Ousmane Diakité – Circulez parce qu’il y a pas de keuf.
Le jeune – Ha ! Ha ! « Circulez. »

François Monge – Brigade criminelle de Paris.
François Monge – J’ai toujours été très à l’aise sur le terrain.
François Monge – Merde.
François Monge – C’est pas vrai. C’est la femme de Jean-Éric Chaligny Mais le patron des patrons, les gars. Vous regardez pas la télé ?

François Monge – J’ai dit aucun civil sur le site. Merde. Alors tu dégages monsieur.
Ousmane Diakité – C’est moi qui ai signalé le meurtre ce matin.
François Monge – Ah. D’accord.

François Monge – Je suis sûr que tu es le meilleur flic de ta banlieue. Mais ici c’est Paris.
François Monge – Cher ami, notre collaboration s’arrête ici.
François Monge – Ah, bonjour commissaire. J’ai toujours été pour le… la synergie des services.
Ousmane Diakité – T’es un putain de lèche-cul en fait.

François Monge – Monsieur Diakité vient de… de Bobigny.
Laurence – Bobigny ? Ben qu’est-ce qui t’arrive ?
François Monge – Ben quoi ?
Laurence – T’es malade ?

Ousmane Diakité – Bon ici, c’est le 9-3.
François Monge – Et ben dis-donc… Heureusement que les vaccins sont à jour.
Ousmane Diakité – La vraie banlieue, elle a ce que t’auras jamais dans le 8ème arrondissement : la fraternité, la solidarité…
Ousmane Diakité – Ça va les gars, ou quoi ?
Ousmane Diakité – ... et du cœur.

François Monge – Brigade criminelle, tu sais ce que ça veut dire ?
Sam – Ouais, ça veut dire que tu vas rentrer chez toi plus tôt que prévu.

François Monge – La fraternité et du… ?
Ousmane Diakité – Ils sont pas d’ici, eux…

François Monge – Il est pour moi !

Ousmane Diakité – T’es plus dans l’équipe.

Ousmane Diakité – Monge !
François Monge – Quoi ?

Ousmane Diakité – On s’la fait good cop, bad cop.
François Monge – Non, on s’la fait le flic qui parle et celui qui ferme sa gueule.

François Monge – C’est pour moi !
Ousmane Diakité – J’étais sûr qu’il allait sortir par là.
François Monge – Pourquoi tu m’l’as pas dit ?
Ousmane Diakité – J’t’ai fait ça !
François Monge – Mais ça veut dire « cours », ça.
Ousmane Diakité – « Cours », c’est ça.
François Monge – Non, c’est « pousse-toi », ça, « pousse-toi ».
Ousmane Diakité – Mais c’est juste que t’avais l’air tellement heureux, là. « Il est pour moi ! Il est pour moi ! »

Chaligny – Attendons-nous d’autres comiques ?

Ousmane Diakité – Il y a une embrouille, ça crève les yeux !

François Monge – Arrête de penser que tous les gros bonnets sont mêlés à des affaires louches.

Chaligny – Vous allez en prendre pour votre grade !

François Monge – Pourquoi moi ?

Morland – Qu’est-ce qui se passe ? Ça vous intéresse plus, votre carrière ?
François Monge – Ben si…

Ousmane Diakité – J’vais aller au bout de mon enquête.
Ousmane Diakité – On va tout faire péter, j’ai les preuves.
Ousmane Diakité – Il y a eu des petits problèmes de procédure.

François Monge – Pourquoi tu veux briser ma vie ?

François Monge – C’est sérieux. Tu veux pas aller dans la pièce d’à côté, prendre un petit papier et faire des pliages ?
Ousmane Diakité – Non, la paperasse, c’est ton truc.

François Monge – J’te fous au trou.
Nabil – Hein ?
François Monge – Avec une fouille à corps. Ça va, t’es pas pudique du cul ?

 

***********

 

Les personnages d’Omar Sy (né en 1978) et Laurent Lafitte (né en 1972) incarnent des types sociologiques qui s’opposent à beaucoup de point de vue. Ils sont entre autre caractérisé chacun par un film policier fétiche qui les a influencés dans leur carrière et leur vie. Il s’agit respectivement de :

Jean-Paul Belmondo dans le Professionnel

  • Le Professionnel (1981) de Georges Lautner, avec Jean-Paul Belmondo dans le rôle de Joss Beaumont, un agent secret lâché par sa hiérarchie. 5 243 511 entrées en France [source] et 3 210 134 en Allemagne [source].

Eddy Murphy dans Le Flic de Beverly Hills

  • Le Flic de Beverly Hills (1981) de Martin Brest, avec Eddy Murphy dans le rôle d’Axel Foley, un policier de Détroit parti à Beverly Hills pour mener une enquête. Le film est un mélange d’action et d’humour. 2 917 246 entrées en France [source].

la xQHHJtVp__DQeuK6J6D2z6xa64o  Le_Flic_de_Beverly_Hills

Ces références constituent presque un programme pour De l’autre côté du périph comme l’indique cette critique du Figaro. En tout cas, ce sont eux exemples de films ayant marqué la culture populaire en France.

 

***********

 

J'ai failli oublier de mentionner que le film a aussi été tourné au siège du parti communiste, merveille architecturale due à l'architecte brésilien Oscar Niemeyer (1907-2012).

Siege_pcf_place_coloniel_fabien

 

autrecoteperiphentree