Bancs Publics (Versailles rive droite) de Bruno Podalydès (né en 1961) sera l’occasion de faire un petit tour aux alentour d’un parc de Versailles (78).

Au sommaire de cette note :

  • Les synopsis et transcriptions de d'habitude,
  • La chanson éponyme (celle de Brassens),
  • D'autres bancs publics et d'autres amoureux populaires (ceux de Peynet).

On trouvera dans cette note quelques rapports entre la Syldavie et les films de Bruno Podalydès.

 

***********

 

19103503

Synopsis

Lucie (Florence Muller) arrive à son bureau et découvre, accrochée sous une fenêtre de l'immeuble d'en face, une banderole noire avec écrit : "homme seul".

Est-ce un gag, un cri du cœur, un appel au secours ? Lucie et ses deux collègues s'interrogent et décident de mener leur enquête... À midi, elles pique-niquent à côté, au Square des Francine". Là, les amoureux graves, les solitaires enjoués, joueurs de tous âges, tournent autour du joyeux jet d'eau.

La ronde continue en face, au magasin "Brico Dream" où, sous les conseils plus ou moins compétents d'une équipe de vendeurs en sur-effectif, les clients calculent, échafaudent, tendus, angoissés, ayant peur de repartir avec des étagères trop courtes, des vis trop longues... À la fin du jour, aurons-nous croisé l’"homme seul" parmi la multitude de ces personnages affairés ?

 

 

Pas de bande-annonce pour ce film mais un grand nombre de teasers parmi lesquels nous en avons séléctionné trois, situé chacun dans un des trois lieux du film (les bureaux où travaille Lucie, le Parc et Bricodream, le magasin de bricolage ou travaille Aimé).

 

Le Powerpoint

Avec Josiane Balasko et Michel Vuillermoz.


Bancs publics - Bande annonce du film - par LE-PETIT-BULLETIN

Transcription

Le cadre 2 – Solange… venez avec moi. On… va faire un point. On va se prendre un petit café. Suivez-moi.
Solange – Maintenant, là ? Un petit café ? Il est 9h50.
Le cadre 2 – Maintenant.
Solange – Oui, mais je dois finir le powerpoint du brief de monsieur Borelli.
Le cadre 2 – Now.

Près de la machine à café.

Le cadre 2 – Elles sont quand même grosses, ces cartouches, non ?
Solange – Attention, celle-là c’est le potage au cresson.
Le cadre 2 – Ah oui.

 

Le petit poney

Avec Élie Semoun et Isabelle Candelier.

 


Mise en ligne le 11 novembre 2009 par MongrelTrailers

Transcription

Le dragueur 1 – T’es pas tout seul à être tout seul, mon pote. Tout le monde est tout seul. Moi aussi, je suis tout seul. Je suis tout seul. Mais bon… je m’occupe de moi quoi… Je continue à me faire à manger… Je m’habille très bien… je me sors le soir…

La femme – Je sais que c’est fini… Mais il faut que tu me caresse encore…

Le dragueur 1 – D’accord… pas de problème.

La femme – Le premier connard qui passe avec un tout petit peu d’audace, je le suis, tu m’entends, je le suis.

Le dragueur 1 – Ah… d’accord.

Le dragueur 1 – Vous savez que si vous me proposez de coucher avec moi, je vous dis oui tout de suite.
La femme – Mais je ne vous le propose pas.
Le dragueur 1 – Ben alors je dis non.
La femme – Mais t’es franchement con, mais alors très très con, hein. Espèce de petit poney, là, avec ta stupide queue dont tu sais pas quoi foutre.
Le dragueur 1 – Ça va, là, oh.

Le dragueur 2 – Qu’est-ce qu’elle que te disait à la fin là ?
Le dragueur 1 – Je sais pas, elle m’a traité de poney et de fantassin.
Le dragueur 2 – Fantassin. De fantassin ? Qu’est-ce que c’est que ça.
Le dragueur 1 – Je sais pas, moi. « Fantassin de mes deux. »

 

 

Monsieur Vérité

Avec Benoît Poolvoerde et Denis Podalydès ainsi qu’Olivier Gourmet, Bruno Podalydès, Laure Calamy…

 


Ajoutée le 29 décembre 2012 par Allo-Ciné Fr

Transcription

Bretelle – Le type qui a inventé le boursin, il a fait fortune.
Opportune – [rit]
Monsieur Vérité – Bonjour Opportune.
Opportune – Bonjour monsieur Vérité.
Monsieur Vérité – Est-ce que Aimé est là.
Opportune – Aimé, vous êtes demandé à la caisse... Aimé, viens, s’il te plaît.

Monsieur Vérité – Aimé ? Aimé ! [frappe] Vous vous cachez ?
Aimé – Mais non…
Monsieur Vérité – Aimé, ma femme Barbara.
Aimé – Mais pourquoi moi ?
Monsieur Vérité – Pourquoi vous ? Parce que j’ai l’impression qu’on se comprend.
Aimé – Excusez-moi, j’ai un appel, là.
Monsieur Vérité – Ah j’ai pas entendu, j’ai pas entendu.
Aimé – C’est un tout petit vibreur, c’est professionnel.
Monsieur Vérité – Ah c’est discret.
Aimé – Pardon.
Monsieur Vérité – Oui.
Aimé – Allô ?

Monsieur Vérité – Coucou. Aimé… Vous m’avez oublié, là, non ? J’ai le sentiment que je…

 

*********

Ladistribution de ce film (86 comédiens) permet aussi de rencontrer quelques troupes populaires au complet (comme les Inconnus, Bernard Campan, Didier Bourdon et Pascal Légitimus) ou partiel (comme le Splendid avec Josiane Balasko et Thierry Lhermitte, les Nuls avec Chantal Lauby ou encore La Comédie Française avec Denis Podalydès et Michel Vuillermoz).

La distribution comprend des acteurs de divers génération. Parmi les plus anciens, on mentionnera Micheline Dax, Claude Rich, Michael Londasle et Michel Aumont.

 

*********** 

 

Le film s’ouvre sur une reprise par Ridan (né en 1975) de cette fameuse chanson de Georges Brassens (1921-1981).

 

unnamed

 

Elle est sortie en 1953 sur l’album le Vent et a connu plusieurs versions dont une par Patachou (1918-2015) et une autre en japonais par Koshiji Fubuki (1924-1980).

 


Ajoutée le 28 juiin 2012 par Myss Thique

(Georges Brassens)

1. Les gens qui voient de travers
Pensent que les bancs verts
Qu'on voit sur les trottoirs
Sont faits pour les impotents ou les ventripotents.
Mais c'est une absurdité,
Car, à la vérité,
Ils sont là, c'est notoire
Pour accueillir quelque temps les amours débutants.

Les amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics
bancs publics, bancs publics,
En s'foutant pas mal du regard oblique
Des passants honnêtes,
Les amoureux qui s'bécotent sur les bancs publics
bancs publics, bancs publics,
En s'disant des "Je t'aime'" pathétiques,
Ont des p'tits gueules bien sympathiques !

2. Ils se tiennent par la main,
Parlent du lendemain,
Du papier bleu d'azur
Que revêtiront les murs de leur chambre à coucher...
Ils se voient déjà, doucement,
Elle cousant, lui fumant,
Dans un bien-être sûr,
Et choisissent les prénoms de leur premier bébé...

Refrain

3. Quand la saint' famille Machin
Croise sur son chemin
Deux de ces malappris,
Elle décoche hardiment des propos venimeux...
N'empêche que toute la famille
(Le père, la mère, la fille,
le fils, le Saint-Esprit...)
Voudrait bien de temps en temps pouvoir s'conduire comme eux.

Refrain

4. Quand les mois auront passé,
Quand seront apaisés
Leurs beaux rêves flambants,
Quand leur ciel se couvrira de gros nuages lourds,
Ils s'apercevront, émus,
Qu'c'est au hasard des rues,
Sur un d'ces fameux bancs,
Qu'ils ont vécu le meilleur morceau de leur amour...

 

**********

La chanson est contemporaine des amoureux de Raymond Peynet (1908-1999), Valentin et Colombine, créés en 1947. Ces personnages furent utilisés sur divers supports. Ils ont même fait l’objet de timbres dans les années 1980.

 

images
Photo trouvée ici.

En voici un petit florilège de dessins glanés sur le net mettant en scène les amoureux sur un banc.

 

195391Peynetamoureux

Celle ci-dessus figure dans un forum consacré à Brassens. Cette discussion concerne les rapports entre Brassens et Peynet.

 

Ectac

Peynet1

Peynet5

 

**********

 

 

Concluons avec le montage d'une version de la chanson plus récente (1975) toujours par Brassens illustré par des dessins de Peynet

 


Ajoutée le 7 février 2013 par James FoxVideo

 

Cette version vient d'une émission de télévision.