Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

 ******

 

Commençons par les titres les plus récents avec aujourd’hui trois poèmes de François Villon (1431- disparu en 1463).
 

Charpier-Jacques-Francois-Villon-Livre-852967301_L

 

Ils ont été adaptés par Niet, un groupe slovène fondé en 1983 dont le seul membre fondateur présent aujourd'hui est le guitariste Igor Denovšek également compositeur de ces versions. Le groupe à l’origine punk a aujourd’hui des sonorités plus rock.

Ces adaptations ont été conçues dans le cadre d’un spectacle intitulé Rokovnjači (Les Bandits).

 

113017_Niet_A_b

 

Ce spectacle a été mis en scène par Miha Jemec (né en 1973) et présenté en 2013.

 

rokovnjaci

 

C'est l’adaptation du roman éponyme (1881) de Josip Jurčič (1844-1881), roman achevé par Janko Kersnik (1852-1897).

 

o1

 

Il semble que c’est un classique de la littérature slovène. Nous ne l’avons pas encore lu (est-il traduit ?) mais nous savons grâce à wikipedia.sl que l’action se passe en partie en France et qu’il met en scène des bandits, des hors-la-loi. Le lien avec la poésie de Villon se situe au moins là.

 

Les titres adaptés par Niet et traduits par Janez Menart (1929-2004) seraient les suivants (nous employons le conditionnel car dans certains cas, des libertés semblent avoir été prises) :

 

  • Le Jargon ou Jobelin de maistre François Villon – Ballade III (Bratje svinjsko trdih rok), ?
  • Ballade des langues ennuyeuses (Naj crkne rokovnjač), 1461
  • La Ballade des pendus (Balada za obešence), 1462

113017_Niet_B_b

******

 

Bratje svinjsko trdih rok
Le Jargon ou Jobelin de maistre François Villon – Ballade III

Ce poème est particulièrement difficile à saisir en raison de son langage argotique et obscur, même pour ces contemporains, comme les autres ballades de ce recueil (Le Jargon ou Jobelin) dont c’est la troisième ballade.

 


Ajouté le 15 novembre 2012 par Gregor Gorjanc

On pourra lire le texte original en suivant ce lien. Le texte de Niet vient de cette page.

 (François Villon - Igor Dernovšek)

Tatovi zviti,
vi znate piti
najslajše vino po ves dan.
Zvečer pa greste na mračne ceste
oprezat vsak na svojo stran,
če tava kje kak teleban.
Poberete mu vse na mah.
On pa tih in plah,
ker ga je strah,
stoji, kot da bi požrl drog,
pred brati svinjsko trdih rok.

In ko so tipi
pri kakšni cipi,
oropaš jih brez strahu.
Tip šlata, jaha,
mečka brez daha,
in se valja po babji riti,
mi pa v omari skriti
počakamo, da se znori.
Potem pa en-dva-tri
po njem s pestmi,
in že leži zelo ubog
pred brati svinjsko trdih rok.

Hej, malharji,
prijatelji,
kot vraga izogibajte se gavg,
da kdaj vam špaga
rit ne zvaga
in v nič potegne iz sveta.
Tako konča, kdor se kurba,
kdor se pijan s tatovi brati,
kdor kifeljca tako premlati,
da več ne more vstati,
in se iztegne bled in tog
pred brati svinjsko trdih rok.

Pomislite na zven verig,
na mučenje, na štrik.
Izurite se v goljufiji,
v ropu in moriji,
da ne pripelje vas slab slog
pred brate svinjsko trdih rok.

 

******

 

Naj crkne rokovnjač
Ballade des langues ennuyeuses

Le texte dont on suppose que c’est l’adaptation est plus long mais comporte beaucoup de motifs commun. C’est un texte assez défoulatoire.

On pourra lire le texte original (ainsi qu’une tentative de traduction en français moderne) en suivant ce lien. Le texte de Niet vient de cette page.

On n'a pas trouvé le son qui correspond sur la toile.

(François Villon - Igor Dernovšek - Borut Činč)

V žveplu rdečem in solitrni kislini
v zvarku saj in lužni raztopini,
v gnojni brozgi z gobavčevih lic,
naj cvre se vsiljivi gobezdač.

V gnoju prascev in prasic
v žolču psov, dihurjev in lisic,
v mlaki polni pajkov in stenic
naj cvre se vsiljivi gobezdač.

V izcedku mozga in kačji slini,
v zdrizu, ki cedi se ob steklini,
v brozgi po žehtanju plenic,
naj cvre se vsiljivi rokovnjač.

V dreku kurb in v njih scalini,
v peni mule, spehane v vročini,
razmazan v ritnicah posranih hlač
naj crkne vsiljivi gobezdač.

 

******

 

Balada o obešencih
La Ballade des pendus

 

L’épitaphe Villon en forme de Ballade (ou Ballade des pendus) est sans doute le texte le plus connu du poète, celui qu’on a le plus de chance de rencontrer dans un cursus scolaire ou dans une anthologie de poésie française.

 


 Ajoutée le 24 novembre 2012 par Kanal uporabnika ramone132

On pourra lire le texte original (ainsi qu’une tentative de traduction en français moderne) en suivant ce lien. Le texte de Niet vient de cette page.

(François Villon - Igor Dernovšek)

S sočutjem se na nas ozri.
Saj tudi Bog, ko pride čas, svojo milost podeli.

Daj, dvigni k nam oči,
pet, šest nas tu visi.

Meso, ki je ljubilo požrtije,
razpada in trohni.
V prah se bomo spremenili.
Molite raje, da se Bog -
- nas usmili.

Oprosti nam, saj več nas ni.
Oprosti nam, saj več nas ni.

Zakaj pačil bi obraz,
če pravimo ti brat.
Mrliči smo, nihče naj nas ne bije,
molite raje, da se Bog -
- nas usmili.

Dež je sok izpral iz nas
in sonce nad črni.
Kljun srak trga nam obraz,
krokar kljuje nam oči.

Nikoli nam pokoja ni.
Nikoli nam pokoja ni.

Zdaj sem, zdaj tja, kot veter brije,
bingljamo vdano dan in noč.
Za meso, kar so ptiči ga pustili,
molite raje, da se Bog -
- nas usmili.

Daj, dvigni k nam oči,
pet, šest nas tu visi.

 

À noter une autre variation sur ce texte intitulée Oprosti mi et parue sur l’album V bližini ljudi (2015).

 

114021_NIET_V_BLIZINI_LJUDI_A_b

Le texte de Niet vient de cette page.

 


Ajoutée le 26 janvier 2016 par Matej Žužek

Oprosti mi

Ti, ki si preživel me
S sočutjem se na grob ozri
Saj boš smrt, ko pride čas, dočakal tudi ti

Daj, nagni sem oči
Tu konec je poti

Meso, ki je ljubilo vse užitke, razpada v temi
V prah počasi se spreminja
V večnosti trohni
Čas golta to telo, ostale so le kosti
Smrt trga mi obraz, črvi grizejo oči

Oprosti mi za vse stvari
Oprosti mi za vse stvari