Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l'espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations (dont trois "Barbara" et six "les Feuilles mortes") dont certaines sont des bijoux.

N'hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

Certes L’Oiseau bleu n’est pas un poème mais une pièce de théâtre parue en 1908 de Maurice Maeterlinck (1862-1949), Ce dramaturge gantois, était également poète. Flamand, cet écrivain symboliste était d’expression française.

 

Maurice-Maeterlinck-Livre-352468876_L

 

L’Oiseau bleu a été créé en 1908. Depuis le succès est planétaire. J’ai vu une version hollywoodienne de Maurice Tourneur (the Blue Bird, 1918) et l’anime japonais (メーテルリンクの青い鳥 チルチルミチルの冒険旅行, 1980) qui m’avait particulièrement marqué étant petit. Ces deux versions avaient en commun un côté malsain dont j’ignore si elle figure dans l’œuvre originale et dans cette version belgradoise. La chanson donne à penser que oui.

 

71y66g4SeML
Le livre est disponible à la médiathèque de l'Institut Français de Belgrade
Je découvre qu'il est illustré par le formidable René Hausmann (1936-2016)
On peut également y trouver son œuvre poétique.

C’est pour le Théâtre dramatique yougoslave de Belgrade (Jugoslovensko Dramsko Pozorište) que cette pièce avait été montée. Le théâtre avait été créé par Bojan Stupica (1910-1970), peut-être équivalent de Jean Vilar (1912-1971) en terme de popularité, dans la variété des choix des textes mis en scène et pour le du travail réalisé un peu partout sur leurs territoires nationaux respectifs. (Corrigez-moi si je me trompe.)

 

Théâtre dramatique yougoslave de Belgrade
Image trouvée ici.

 

J’ai appris tout récemment que cette chanson (qui n'est pas de Maeterlinck) a marqué tout une génération pour le meilleur selon certains ("toute une époque", "un message d'amour dans une époque trouble") ou pour le pire selon d’autres ("matraquage", "guimauve", "chanson hon"). C'est intéressant car il paraît que la pièce de Maeterlinck divisait tout autant, pour des raisons similaires.

Elle semble en effet avoir lourdement accompagné la promotion de ce spectacle. Elle fut dotée d'un clip aux airs de charity business - on pense à des chansons françaises de la même époque comme Ethiopie, Pour toi Arménie, la chanson des Restos du cœur ou, internationalement, Do They Know It's Christmas? ou We are the world). Cependant, le but n'était pas caritatif mais promotionnel et les interprètes, les acteurs du spectacle, n’étaient a priori pas encore des vedettes. (Corrigez-moi si je me trompe.)

 

hqdefault

Capture d'écran du clip.

Hormis Mirjana Karanović (née en 1957) et Cvijeta Mesić (née en 1948), au moment de la pièce les comédiens Dragan Petrović (né en 1961), Dubravko Jovanović (né en 1961), Slobodan Beštić (né en 1964), Nebojša Ljubišić (né en 1964), Vesna Trivalić (née en 1965), Katarina Gojković (née 1967), Anita Mančić (née en 1968) et Katarina Žutić (née en 1972) avaient entre 21 et 32 ans. Je ne suis pas certain qu’ils soient tous présents dans ce clip, comme je ne les connais pas, j’ai constitué cette liste en croisant deux sources, celle-ci et celle-là.

Aujourd'hui, tous poursuivent leur carrière, la plupart avec succès d’après certaines personnes de mon entourage.

J’aurais bien aimé trouvé dans des archives la distribution de ce spectacle.

 


Mise en ligne le 13 mai 2009 par mlaaden

(comme d'habitude, les commentaires de la vidéo sont instructifs)

(Irfan Mensur – Sanja Ilić)

Duboko dublje još dublje
Tonem u plavo još plavlje
Letim visoko još bih gore
Slutim nevinost tek rođene zore.

Svemir, svilen i plav ko krv princa
Plavi vojnik na putu do sunca
Sa nadom jaše na plavoj ptici
Čujem tišinu oko mene su krici.

Moj bog ima plave oči
Moj bog je protiv kraljeva noći
Da letim ko drugi tražim pravo
Sklopiću ruke i misliti plavo.

Obuci i mene u tu svilu
Budi nežan nemoj na silu
Šapni mi tajnu svevišnju i plavu
Možda zajedno taknemo slavu.

 

Voici une traduction assez littérale qui risque d'en trahir le sens. Au moins verra-t-on qu'on est assez loin de la poésie de Maurice MaeterlinckToute proposition permettant d'améliorer cette tentative de traduction est bienvenue (voire vivement sollicitée !).

Profondément, plus au fond, encore plus profond
D'une teinte dans un bleu encore plus bleu
Je m'envolerais plus haut encore que les montagnes
Je pressens l'innocence de l'aube à peine née

L'univers, soyeux et bleu comme le sang d'un prince
Tel un soldat bleu sur le chemin du soleil
Empli d'espérance, chevauchant l'oiseau bleu
J'entends le silence, autour de moi il y a les cris

Mon Dieu a les yeux bleus
Mon dieu s'oppose aux rois de la nuit
En volant comme les autres, je cherche la justice
Je serrerai les mains et penserai en bleu

Enveloppe-moi aussi dans cette soie
Sois doux, ne soit pas brutal
Murmure-moi les secrets tout puissant et bleus

Peut-être ensemble effleurerons-nous la gloire

 

******

 

La chanson était plus ancienne d’un an. Écrite par le comédien Irfan Mensur (né en 1952, le metteur en scène de Plava Ptica / L'Oiseau bleu) et composée par Sanja Ilić (né en 1951) toujours pour ce spectacle.

R-3094586-1315469420

R-3094586-1315469431

Les images viennent de Discogs.

 

La voici, chantée par deux des comédiennes du spectacle : Katarina Gojković (Kića) et Vesna Trivalić (Vesna).


Ajoutée le 25 mai 2015 par dobre vibracije