Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

Parfum exotique est la troisième et dernière Fleur du Mal, et donc le dernier passage de Charles Baudelaire (1821-1867) dans ce cycle.

 

h-1200-decaunes_luc_charles-baudelaire_1952_edition-originale_autographe_1_43513

 

Comme la précédente, elle figure dans la section Spleen et Idéal et elle a été mise en musique par Kornelije Kovač.

Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d'automne,
Je respire l'odeur de ton sein chaleureux,
Je vois se dérouler des rivages heureux
Qu'éblouissent les feux d'un soleil monotone ;

Une île paresseuse où la nature donne
Des arbres singuliers et des fruits savoureux ;
Des hommes dont le corps est mince et vigoureux,
Et des femmes dont l'oeil par sa franchise étonne.

Guidé par ton odeur vers de charmants climats,
Je vois un port rempli de voiles et de mâts
Encor tout fatigués par la vague marine,

Pendant que le parfum des verts tamariniers,
Qui circule dans l'air et m'enfle la narine,
Se mêle dans mon âme au chant des mariniers.

 

******

 

Cette fois-ci, c'est pour Korni grupa (1968-1974), l'une de ses formations les plus connnues.

 

FRONT

 

A priori, pour cet enregistrement, le groupe était composé ainsi :

  • Kornelije Kovač (né en 1942 à Niš), clavier
  • Bojan Hreljac, guitare basse
  • Vladimir Furduj (né en 1945 à Belgrade), batterie
  • Josip Boček (né en 1950 à Osijek), guitare
  • Zlatko Pejaković (né en 1950 à Osijek), chant

 

Quelques chanteurs célèbres sont aussi passés ce groupe dont Josipa Lisac, Dušan Prelević, Dado Topić et Zdravko Čolić.

 


Ajoutée le 10 mars 2016 par PGP RTS - Zvanični Kanal

(Charles Baudelaire - Kornelije Kovač - traducteur non identifié, peut-être Borislav Radović ?)

Dok
udišem miris tvojih toplih grudi,
Sklopljenih očiju, u jesenje veče,
Ponovo ja vidim te obale sreće
Jednolimnog sunca oganj opet rudi;

Lenjivo ostrvo gde priroda nudi
Svoje divlje voće i čudno drveće;
Ljude čije telo vitko se pokreće,
Žene čiji pogled iskrenošću čudi.

Vođen tvojim dahom u predeo žarki
Vidim luku punu jedara i barki
Još uvek smorenih morskim talasima,

Dok sa tamarinda zelenih se ruši
Miris što kružeći nozdrve nadima
I s
pesmom mornara meša se u duši.

 

******

 

On a repéré une autre traduction par Nikola Bertolino (né en 1931). Il est peut-être intéressant de les comparer.

Kada sklopim oči u jesenje veče
I udišem miris tvojih toplih grudi,
Vidim plamen sunca što, jednolik, bludi
Po blagom primorju nekom, punom sreće.

Vidim leni otkok i čudno drveće
I zemlju što sočne plodove nam nudi,
Vidim narod vitkih i okretnih ljudi
I žena što pogled oboriti neće.

Tvoj miris me nosi do predela žarkih
U luku prepunu umornih katarki
I od burnog mora klonulih jedara,

Dok mi iz zelenih tamarinda miris
Što kroz vazduh struji i nozdrve širi –
U duši se stapa sa pesmom mornara.