Vendredi 25 novembre (hier soir) à l'institut on m'a invité à venir faire ce que je fais sur ce blog : des associations d'idées en quelques mots, images et (parfois) sons.

C'était à l'occasion du vernissage de l'exposition consacrée au travail de Dejan Nenadov pour une série intitulée La Légende d'Ys qui vient de paraître en serbe.

9 Couv_220697

 Le scénario en est de Jean-Luc Istin, directeur de collection chez Soleil et auteur d'une bibliographie impressionnante dont une grande part est liée à la matière de Bretagne (les légendes arthuriennes et les autres).

L'éditeur, Komiko, compte dans son catalogue de nombreux titres francophones de périodes diverses, donnant accès au public serbophone à des œuvres marquantes.

Après avoir situé rapidement la légende dans l'espace et le temps, on a parlé de quelques exemples de sa postérité avec :

  • Bran Ruz, d'Auclair & Deschamps, dans cette note-ci ;
  • Gwerz Kêr-Is, par Yann-Fañch Kemener & Didier Squiban, dans cette note-là.

Beaucoup d'élément dans la littérature, le cinéma, la musique... nous donnerons peut-être l'occasion d'y revenir...

 

********

 

Le dispositif de la soirée n'a pas permis d'écouter Gwerz Kêr-Is (la complainte de la cité d'Ys) par Yann-Fañch Kemener (né en 1957) et Didier Squiban (né en 1959).

Yann-Fañch Kemener & Didier Squiban

 

Cette chanson a paru sur l'album Enez Eusa (Île d'Ouessant - 29), le premier d'une série de trois albums qu'ils réaliseront ensemble.

1 enez-eusa

Le chanteur Yann-Fañch Kemener est l'interprète de tout un répertoire de chants traditionnels qu'il a parfois lui-même recueilli.

Qui étudie le breton aura intérêt à l'écouter. Dans un entretien donné dans l'Œil électrique vers 2001, André Markowicz dit ceci :

« quand j'écoute un paysan, ou que j'écoute Yann-Fañch Kemener (…) je sais que c'est une vraie langue, c'est-à-dire une façon de penser. »

On peut  lire l'entretien complet qui intéressera les traducteurs en général.

 Le pianiste de jazz Didier Squiban a rapidement intégré dans son répertoire des airs traditionnels. Certains de ce ses albums solo leur sont exclusivement consacré. Des albums comme Molène ou Pors Gwenn sont très agréables.

 

  (traditionnel)

2 gwerz_ker_is 2Document trouvé à cette adresse.

La traduction française vient du CD. La traduction serbe a été réalisé pour le vernissage (cf. intro).

1.

Petra'zo nevez ê ker is
maz eo ken foll ar yaouankis
mar glevan me ar binioù
ar vombard hag an telennoù

1. Ima li šta novo u gradu Isu,
gde mladež je tako luda,
odakle čuju se gajde
bombarde i harfe.

1. Qu'y a-t-il de nouveau dans la ville d'Ys
puisque la jeunesse est aussi folle
puisque j'entends ainsi les binioù
les bombardes et les harpes.

2.

e kêr is n'eus netra nevez
met an ebatoù )vez bemdeiz
e kêr is n'eus nemet raou gozh
hag an ebatoù ) vez beb noz.

2. Ničeg novog u gradu Isu,
samo kavge po ceo dan,
U gradu je sve po starom
samo kavge po celu noć.

2. Il n'y a rien de nouveau dans la ville d'Ys
seulement des ébats tous les jours
il n'y a en la ville que des vieilles choses
et des ébats toutes les nuits.

3.

Bodennoù drez 'zo diwanet
e dor an ilizoù serret,
ha war ar baourien o ouelañ
e hiser ar chas d'o drailhañ

3. Žbunovi trnja su nikli
iz vrata zatvorenih crkava
a na uplakane jadnike
izazivaju pse da ih grizu.

3. Des bosquets de ronces ont poussé
dans les portes des églises fermées
et sur les pauvres pleurant
on excite les chiens à les mordre.

4.

Ahes merc'h ar roue gralon
tan an itern en he c'halon
ar penn kentañ deus an diroll
a gas ar gêr d'he heul da goll.

4. Ahes, ćerka kralja Gralona
plamen pakla u njenom srcu
predvodnica bluda,
vodi za sobom grad u propast.

4. Ahès la fille du roi Gralon,
le feu de l'enfer sur son coeur
à la tête de la débauche
mène à sa suite la ville à sa perte.

5.

Sant gwenole gant kalonad
'zo bet meur a wech kaout he zad
ha gant druez an den doue
a n'eus lavaret d'ar roue :

5. Sveti Gvenole, sa bolom u srcu,
dolazio je često njenom ocu i
sa žalošću je, božiji čovek
govorio kralju

5. Saint Gwenolé, avec peine de coeur
est venu trouver son père bien souvent
et avec pitié, l'homme de dieu
a dit au roi

6.

Gralon, Gralon, lakaet evez
d'an disurjoù a ren ahez
rak trement 'vo an amzer
pa skwilho doue e gonner

6. Gralone, Gralone, obrati pažnju
na haos koji stvara Aes
jer kasno će biti
kad bog izruči svoj bes

6. Gralon, Gralon, prêtez attention
aux désordres que mène ahès
car le temps sera passé
quand dieu jettera sa colère.

7.

Hag ar roue spouronet
d'e verc'h en deus bet kelennet
met diskaret gant ar gozhni
n'eus mui an nerzh da stourm outi.

7. Mudri kralj, rasrđen,
svoju ćerku
je savetovao
ali zanemoćao od starosti
nema više snage da se bori
s njom

7. Et le roi sage, courroucé
sa fille a conseillé
mais affaibli par la vieillesse
n'a plus la force de la combattre

8.

Ha skuizh gant rebechoù he zad
evit mont deus e zaoulagad
en deus graet gant drouksperejoù
ur pales kaer tost d'ar sklujoù.

8. Umorna od očevih prigovora
Ne bi li mu se sklonila s pogled
Ona uz pomoć zlih duhova
lepu palatu napravi pokraj nasipa.

8. Fatiguée des reproches de son père
et pour quitter son regard
a construit avec l'aide des mauvais esprits
un beau palais près des écluses.

9.

Eno, gant heh amouroujen
ema fenoz an abadenn
eno, en aour hag en perlez
evel an heol a bar ahez.

9. Tu, sa svojim ljubavnicima,
Serenade sluša s večeri
tu, u zlatu i biserima
kao sunce, Aes sija.

9. Là, avec ses amoureux
il y a le soir des aubades,
là, dans l'or et les perles
comme le soleil, Ahès rayonne.

 

 

 ********

 

Le genre de la gwerz (complainte) suscite toujours un certain intérêt mais a encore besoin d'être défendu. C'est ce que font de nombreux interprètes dont nous pouvons citer, outre Yann-Fañch Kemener, Denez Prigent, Louise Ebrel ou les sœurs Goadec.

 

3353570029023

 

L'album dont on a repris la pochette est l'enregistrement de concerts donnés au Théâtre de Cornouailles à Quimper du 27 au 31 octobre 2008 par Nolùen Le Buhé, Annie Ebrel et Marthe Vassallo, trois fameuses interprètes de gwerz. André Markowicz a participé à ces concerts en disant les traductions en alternance avec les strophes chantées.

Le texte reproduit ci-dessous a paru dans le livret de cet album de « Gwerzioù ». On le reproduit car il paraît refléter une situation qui ne concerne pas seulement la culture bretonne.

 

La gwerz, genre majeur de la tradition populaire du chant breton, est d'abord un récit, celui de la vie, de la mort, des aventures, d'une certaine personne dont l'important n'est pas qu'il s'appelle Paul ou Jacques, vivant dans tel village (même si le nom et le village d'origine sont très souvent cités) mais que ses aventures sont exemplaires, capables d'éveiller l'émotion chez n'importe quel auditeur. Certaines de ces gwerz sont des sommets de poésie.

Pourtant, qui aujourd'hui chante en breton des récits complets pendant, pour quelques-uns de ces récits, une vingtaine de minutes, et dans quelles circonstances peut-ont les chanter ? Quel interprète se permettrait-il, aujourd'hui, sur scène (à part, sans doute, pendant une veillée* Dastum**), d'interpréter ces récits a capella du début à la fin, sur une mélodie presque toujours unique, et dans une langue que la majorité de ses auditeurs, bien souvent, ne comprend pas ?

Pour les chanteurs actuels, la gwerz est presque devenu un genre secret. On se la chante entre amis, un extrait en public, deux, trois minutes, cinq maximum, et la suite, après le concert, quand on reste entre soi. Ou, plutôt le matin suivant, dans la cuisine, quand la plupart des amis dorment encore.

Nous souhaitons faire entendre la musique, le chant, et les paroles : dès lors que la chanson est un récit, la voix chantée peut s'interrompre d'épisode en épisode, pour laisser place à une autre voix, parlée, celle-ci, en français, pour dire dire le sens précis de ce qui est est chanté. Ainsi, en alternant voix chantée et voix parlée, nous déroulons les récits d'un bout à l'autre.

 

* Une veillée est un moment dans lequel les gens qui vivent ensemble se retrouve, discutent, se racontent les nouvelles, des histoires, chantent. On l'oppose à la télévision dont on dit qu'elle a remplacé ce moment.

** Dastum (verbe breton signifiant ramasser, rassembler, recueillir) est une association fondée en 1972 dont le but est de collecter et de diffuser le patrimoine culturel breton.