Il y a des noms de lieux qui évoque plus souvent une chanson ou un film que le lieu lui-même. Ça les rend toujours un peu plus familiers.

Aujourd'hui, Nashville ou Belleville (1984) par Eddy Mitchell (né en 1942):

 
Ajouté par franckyshai le 16 Déc 2010

"Boulevard Elvis"
Au coeur de Memphis
J'traîne là en touriste
Mais où sont mes racines ?
Nashville ou Belleville ?

Jerry Lee Lewis
"Killer" et pianiste
"Barbe Bleue" sudiste
Sait même pas si j'existe
Sans faire de racisme

Refrain

Où sont mes racines ?
Nashville ou Belleville ?
Mais où sont mes racines ?
Nashville ou Belleville ?
Où ?

Mouflet !
J'allais voir Luis Mariano
(chanteur d’opérette assez kitsch dans les années 50)

Dans "Le Chanteur de Mexico"
(opérette assez connue)

Maman ! ...et moi
On rentrait en métro
Station Opéra
Direction Lilas
Nostalgie facile
Mais swingue pas terrible

Où sont mes racines ?
Nashville ou Belleville ?

Monsieur Bill Haley
Bien avant Presley
Déjà décoiffait
M'éclatant la tête
Avec ses "Comets"
Et Place des fêtes,
Sur nos mobylettes,
On singeait James Dean

Mais où sont mes racines ?
Nashville ou Belleville ?
Où sont mes racines ?
Nashville ou Belleville ?
Mais où sont mes racines ?
Nashville ou Belleville ?
Où ?

Dans cette chanson de 1984 le parigot Eddy Mitchell cite les rockers qui l’ont influencé. Il fait partie de cette génération de chanteurs de variété apparus durant la période yéyé (les années 60) et dont la plupart des succès étaient en fait des adaptations de succès américains (voire anglais). Il témoigne de l’importance de la culture américaine en France.

Ce titre est cependant une composition originale (signée Claude Moine - le vrai nom du chanteur - et Pierre Papadiamandis) qui permet de se sensibiliser à la ligne 3 du métro.

 

metro-ligne-3

 

On me dit qu'il y a un changement et qu'il faut prendre la ligne 3bis pour aller direction Lilas (il faut changer à Gambetta).

metro-ligne-3-bis

La Place de Fête se trouve aussi dans le XIXème arrondissement.

Face à Elvis Presley, Bill Halley & the Comets ou James Dean, Luis Mariano ne faisait pas le poids.

Quant à Nashville...