Dans cet épisode de Bref on voit Tahar Rahim se débarasser d’un presse-papier qu’il a en double. C’est en fait un César. En effet, fait sans précédent, le jeune acteur reçut deux césars de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma.
Le premier en tant que meilleur espoir masculin.
Le second en tant que meilleur acteur.
Ce sont deux des nombreuses récompenses attribuées à Un Prophète (2009).

Tahar Rahim & Niels Arestrup dans "Un Prophète"

Cette réalisation de Jacques Audiard, sombre et violente, relate l’apprentissage d’un jeune délinquant en milieu carcéral.


Ajoutée par HDtrailerMan le 13 déc 2009

Dans la scène qui suit, on ressent un certain soulagement lié à la libération (au regard de ce qui a eu lieu). Ce soulagement sera de courte durée comme le soulignent les dernières images de la séquence. On entend aussi la complainte de Mackie, de Berthold Brecht, chantée en anglais.

On retrouve Leïla Bekhti qui joue Djamila, une amie de Malik El Djebena, le personnage interprété par Tahar Rahim.


Ajoutée par epidemik34 le 17 oct 2010

(dans cette transcritpion, les passages en italique sont prononcés en arabe, langue que je ne compends pas)

Un employé administratif - Tu vérifies que tout y est, tu signes là.
Malik - (déplie un vieux billet de 50 francs) Poubelle, ça.
Un employé administratif - Ton billet de sortie. À la porte. Allez, bonne chance El Djebena.
Malik - Bonne journée chef.

Malik - Ça va ?
Djamila - /tu as froid ?/
Malik - Ben, y caille. C’est pas un temps pour sortir, ça. /Tu es venue en bus ?/
Djamila - /Oui/
Malik - /Le suivant est quand ?/
Djamila - /Dans une demi-heure./
Malik - /On marche un peu ?/ *
Djamila - /Si tu veux./ Tu sais où tu vas habiter ?
Malik - Non.
Djamila - Si tu veux venir à la maison. Je dormirai avec le petit et tu prendras sa chambre.
Malik - Je veux pas vous déranger.
Djamila - Tu nous déranges pas.

* Je ne comprends pas l’arabe, mais je comprends le mot chouïa qui est passé en français et qui signifie un peu.