Piqué dans un numéro du Canard Enchaîné paru le 16 mai 2012  :

la sous-culture francaise au japon

Cet article satirique (extrait d'un hebdomadaire satirique) a le mérite de poser plusieurs questions :

- En quoi consiste un Institut Français ?
- Quelle en est la mission ? De quelle(s) culture(s) doit-elle faire la promotion ?
- Quel est le rapport entre la qualité littéraire d'un livre et le résultat de ses ventes ?
- Doit-on défrayer un millionnaire ?
- Quelle est la différence entre Marc Lévy et Guillaume Musso ?

On peut apprendre dans cet article quelques expressions :

la cri(ti)que germanopratine, c’est la critique du quartier parisien de Saint-Germain des Prés dont l’histoire se mêle à une certaine élite culturelle parisienne et qui désigne ceux qui feraient la pluie et le beau temps dans la critique.

L'article utilise quelques expressions dont je joins les clés ci-dessous :

"à l’eau de rose"
"mauvais esprit"
"faire un tabac"
"se faire porter pâle"


(PS :Personnellement, je n’ai jamais lu ni Lévy, ni Musso. Il m’est difficile d’en avoir une opinion. Je relaie donc l'affaire d'autant plus librement.)