La disparition inattendue d'Artus de Penguern (1957 - 2013) nous atterre et nous attriste.

 

shapeimage_2
Photo extraite de son site

Nous pouvions entendre ses chroniques sur France Inter. On se souvient peut-être de son personnage d'écrivain sans succès dans le Fabuleux destin d'Amélie Poulain (2001).

Grégoire moulin image 2Artus de Penguern dans le rôle de Grégoire Moulin

Mais nous aimions particulièrement les films dont il était l'auteur comme l'excellent Grégoire Moulin contre l'humanité, dont voici le début.


Mise en ligne le 23 juin 2006 par wiltur

Le contrôleur – Messieurs bonjour, contrôle s'il vous plaît... Merci...
Grégoire Moulin – Je comprends pas, je l'avais mis dans cette poche.
Le contrôleur – Veuillez m'accompagner s'il vous plaît.
Grégoire Moulin – Hein ?
Le contrôleur – Veuillez m’accompagner s’il vous plaît… Par là.
Grégoire Moulin – Je vous jure qu’elle était dans ma veste.
Le contrôleur – C’est ce qu’ils disent tous, ouais. Allez…. Allez les gars, j’en ai encore chopé un autre. Tu vas voir ce qu’on fait aux petits salopards de ton espèce.
Grégoire Moulin – Non ! Non !
Videur – [ricane]
La contrôleuse – Bonjour, votre billet monsieur s’il vous plaît.
Grégoire Moulin – Tenez.
La contrôleuse – Merci. Merci monsieur. Bon voyage.

Je m’appelle Grégoire Moulin. J’ai toujours eu une prédisposition pour le stress. Et ça, ça remonte à très loin.

Monsieur Moulin – Il est pas terrible. Il fait combien ?
Madame Moulin – Quatre kilos cinq.
Monsieur Moulin – Au moins il sera costaud. Ça fera un bon footballeur.
Madame Moulin – Non, médecin.
Monsieur Moulin – Footballeur.
Madame Moulin – Médecin. T’as déjà gâché ma vie, tu gâcheras pas la sienne.
Monsieur Moulin – Footballeur.
Madame Moulin – Médecin. Tiens !

Je fus donc élevé par mon oncle Loïc et par ma chaleureuse grand-mère paternelle dont le mari était malencontreusement décédé quelques années plus tôt en avalant une mouche.

Madame Moulin mère – Maladroit !

C’est un soir de réveillon que la fibre artistique qui sommeillait en moi résonna pour la première fois. C’était décidé.

Grégoire Moulin – Quand je serai grand, je serai danseur.
Madame Moulin mère – HAHAHAHA ! Moi vivante, jamais !
Oncle Loïc – Dépêche-toi de mettre ça au lieu de dire des bêtises.

Malgré les tendres encouragements de l’oncle Loïc je marquais un vif désintérêt pour le football contrebalancée par une forte passion pour une dénommée Janine.

Cet incident devait marquer à jamais mes relations à l’existence en général et à l’amour en particulier. Et c’est ainsi que 25 ans plus tard je me retrouvai modeste employé aux assurances vendéennes et toujours célibataire.

C’est alors qu’un insecte vint perturber le cours de mon destin.

Madame Moulin mère – Oh ba non de dioû ! Ah !

L’extinction brutale de ma seule famille me fit succomber tout d’abord à ce qu’on pourrait appeler une forme de désespoir. Cependant, cette longue nuit me portait conseil. Et au petit matin, je pris la décision radicale de demander ma mutaion et de partir d’un nouveau pied.

Dans deux heures, j’arrive à Paris. C’est une nouvelle vie qui commence.