Avant d’être l’acteur et le réalisateur que l’on connaît, Albert Dupontel a acquis une certaine notoriété grâce à ses sketches. Celui raconte comment un lycéen (assez particulier, comme beaucoup de personnages interprétés par Dupontel) tente de passer l’épreuve de l’oral de philosophie au bac.

Le voici en deux parties (une version complète se trouve ici)  :


Albert Dupontel Le Bac part 1 by maroccos

Transcription
(nous avons tenté d'être exhaustif et d'indiquer un maximum d'hésitations sur les quelles s'appuient les intonations)

- "L’universalité de la pensée… l’universalité de la pensée philosophique du XXème siècle repose sur la controverse existante entre les individualités d’écriture et l’instinct surréaliste sous-jacent chez la plupart des auteurs tout en respectant la linéarité de la pensée du monde occidental." Allez, putain je le sais ça je le sais, je le sais… "L’université du XXème est adjacente avec des…" Oh putain je sais rien !! Oh la vache, ça va être à moi. J’ai pas eu le temps de tout apprendre, là ! J’ai rien fait ! J’ai rien fait !! ... J’ai rien fait ! (à propos des livres cachés dans son pantalon :) Ça se voit pas. Ça se voit pas. S’y a des questions, je dirais que j’fais de l’œdème. Les antisèches, les antisèches… Les mains, les mains, les mains, les mains, les mains. Auteurs. Alors là, c’est discret mais alors je vois rien du tout, là… (tente plusieurs position :) Auteurs. Hop… Alors là, je vois bien tout, mais alors je suis piqué, là… Œuvres, hop-là. Auteurs, hop-là. Comme ça auteurs, ouais. Auteur, oui haha, bien sûr, oui. Ouais, les auteurs, je les ai là, (s’étire) auteurs, hop. Auteur, haha oui, les auteurs, ha.

- Oui c’est moi ! C’est moi j’arrive j’arrive j’arrive !!! C’est moi ? Oui on me confirme, c’est moi ! J’arrive tout de suite !!! Ah putain, ça y est, ça y est, je pisse, je pisse sur les philosophes…

- J’arrive tout de suite ! J’arrive tout de suite ! (souffle bruyamment)

- (au professeur) Bonjour.

- Comment ? Je tire un sujet ? avec mon fusil ?

- Je choisis, je choisis, je prends, je prends…

- Ça y est, c’est fini, c’est fini, je prends, je prends … Sartre ? Comme le... comme le département ?

- Ah non comme le philosophe. Ah, mais vous avez le droit, c’est au programme. Bon, avant de commencer, je vais faire pipi, c’est une tradition, puis je reviens.

- Comment ? J’ai pas le droit ? (souffle bruyamment)

- J’y vais, j’y vais tout de suite, ‘vous énervez pas. J’y vais… François Sartre...

- Jean-Paul ! Jean-Paul ! Je savais, je savais !!! François c’est le frère aîné. Euh, Jean-Paul Sartre. Bon, petit 1, Jean-Paul Sartre. petit 1, Jean-Paul Sartre, Jean-Paul Sartre… Jean-Paul Sartre… Jean-Paul Sartre… Jean-Paul Sartre… Jean-Paul Sartre… J’ai bon ?

- 'Vous énervez pas, oui, oui, j’y vais… Sartre Jean-Paul. Ça marche aussi de l’autre côté. Sartre Jean-Paul est un philosophe.

- 'Comment ? Était ? Il est mort ?! Jean-Paul Sartre est mort ? Mais c’est pas possible ! C’est c’est c’est… c’est arrivé quand, ça ?

- Ah, oui oui, houlà, y a quand même longtemps… Non, je dis ça parce que j’ai pas été prévenu. C’est pour ça qu’on avait plus de nouvelles, il écrivait plus.

- Oui, j’y vais, j’y vais, j’y vais tout de suite… Jean Paul Sartre était... Était, ah ça fait quand même quelque chose hein ! Je sais pas si c’est très décent de continuer ?

- Si, si j’y vais, j’y vais, j’y vais… Jean Paul Sartre était (quand même, hein) était un philosophe qui a bien marché.

- Comment ? Je commence ? Ah mais j’avais commencé là !

- L’historique ? OK, l’historique. Oui, ça va. Petit 2 parce que j’ai fait le petit 1. Petit 2 l’historique, alors…


Albert Dupontel Le Bac part 2 par maroccos

Transcription
(nous avons tenté d'être exhaustif et d'indiquer un maximum d'hésitations sur les quelles s'appuient les intonations)

- (…) j’ai fait le petit un. Petit deux l’historique, alors… Petit deux l’historique … Alors… Jean-Paul Sartre, Jean-Paul Sartre, Jean-Paul Sartre , Jean-Paul Sartre …

- Oui, oui, on parle bien du même… Jean-Paul Sartre est né. Ça on en est sûr il est né. Jean-Paul Sartre est né. C’était un mercredi soir… vers 19 h… mais alors la date exacte, je me rappelle plus trop… Il pesait 2,8 kilos / 3,2 kilos mais on s’en fout…Bon alors ah quand même Sartre et bien Sartre oui mais Sartre aussi Sartre…

- Oui je précise…  Oui, vers 3 ans 4 ans il a pas fait grand chose de... d’intéressant, alors après par contre il a fait l’école. À l’école ça se passe bien. Faut dire, les profs savaient quand même qui c’était, hein eu... Sauf peut être en sport ! Maintenant qu’il est mort, on peut le dire : Jean-Paul Sartre était pas très physique. Pas handicapé mais juste au dessus, ‘voyez ! Par exemple, si vous prenez par rapport à moi, ‘voyez, il m’arrivait à peu près à ce niveau là, ‘voyez, il dépassait pas… C’est pas…Peut être une fois il est venu là parce qu’il pleuvait, mais il a passé sa vie à peu près... " son influence a été majeure sur l’existentialisme, mouvement qu’il a collaboré à fonder avec également de nombreux autres mouvement de tendance politique.(il sourit fièrement)

- Comment ? La tendance des mouvements politiques ? Oh, putain, ça j’ai pas... j’ai pas noté…

- Hein ? Non, je dis j’ai pas voté. Bon pendant la guerre, il avait tendance à se taire, un peu comme tout le monde, hein. Après il était plutôt… Sartre hein ? Il était plutôt… Oh c’était pas un nazi mais il était quand même bien de droite !

- Non !!! de gauche, gauche, gauche, gauche, gauche bien sûr !!! On l’a bien vu d’ailleurs en mai 48 quand il y a eu la révolution des étudiants. Il était de gauche.

- Hein ? qu’est ce qu’il a écrit ? Ah, oui, c’était pas un peintre. Euh Sartre hein ? Sartre… qu’est-ce qu’il a écrit, Sartre ? Les Misérables, c’est pas lui, c’est Goethe... Il a écrit à sa mère, mais ça compte pas… Ça fait comme… Qu’est-qu’il a fait… La Bible c’est pas lui, la Bible … Non, de toute façon, ça c’est après. Les Six, les Six Mousquetaires... les Six Mousquetaires, nan ! nan, nan. Ça c’est Cousteau… Je m’rappelle pas du tout… Ce Sartre, alors, si je me rappelle  … C’est l’autre main…

- Non, je disais : il écrivait des deux mains. Il a fait 2 , il a fait à peu près 3, 4, 5, il a fait à peu près cinq, il a fait… il a fait…  mais alors pour me rappeler lesquels… Mais qu’est-ce qu’il a fait, c’est insensé, ça… Il a écrit Seiko... Il a pas écrit Seiko, euh…

- Qu’est-ce qu’il a écrit ? Comment ? Les Mains Sales ?

- Oui. Il a écrit les mains sales ! Ah ben ça compte plus vous l’avez dit, bien sûr, oui. Jean-Paul Sartre a écrit les mains sales, ça a même été le premier à avoir écrit les mains sales.

- Quoi d’autre ? je sais pas… J’ai pas tout lu…

- Comment ? L’entourage ? L’entourage. Ça je peux en parler, l’entourage. Petit 3, l’entourage. Euh… Jean Paul Sartre était quelqu’un de très entouré. À la guerre, il a même été encerclé.

- Sa femme ? La femme de Sartre… euh… oui, Sartre était marié, la pauvre femme, bien sûr, je la connais, c’était… eh ben c’était ... eh ben c’était ... eh be ... eh be ... c’était Mme Sartre !

- De Beauvoir ! Je savais, Rolande de Beauvoir. Bien sûr, ça me dit quelque chose ! Alors elle c’était pareil que lui, elle réfléchissait beaucoup avant d’écrire. Seulement, bon, ça a jamais atteint des sommets, c’est une femme.

- Comment, vous aussi vous êtes une femme ? J’ai bien vu ! ... Quand on est un peu fatigué on fait des étirements.

- N’appelez pas ! N’appelez pas ! N’appelez pas ! J’arrête tout de suite ! N’appelez pas ! c’est les hormones, c’est la puberté ! N’appelez pas ! N’appelez pas !!! Son influence était majeure sur Rolande, puisqu’ils ont fait beau voir. Hein ?

- Est ce que j’ai terminé ? Pourquoi ? j’ai oublié des trucs ?

- Ah ça je l’ai pas dit oui…

- Ah c’est lui qui a fait le… Ah ben en plus j’apprends des trucs, alors ! Ça veut dire que j’lai pas ?

- J’l’ai pas. C’est pas tellement pour moi, ça aurait été pour mon père. À la ferme je suis le seul à savoir lire. Alors si en plus j’avais eu le bac, alors là, houlala… On passait les vacances à Lourdes (65) !

- Mais là je l’ai pas, je l’ai pas, tant pis, j’irai chercher du travail à la mine. Dès que j’aurai trouvé un autre logement. Parce qu’avec mes logeurs, avec les Thénardier, ça va pas fort. C’est à cause de ma sœur, Cosette, elle est séropositive…Aie !

- Ah c’est rien, c’est encore un cancer qui débute, ça. Je l’ai pas ? Je l’ai toujours pas ?

- Bon, au revoir Madame, au revoir.