Conte d'été d'Éric Rohmer (1920-2010) nous donnera l'occasion de partir en vacances à Dinard (35, pas loin de Saint-Malo), d'écouter quelques chansons de marin et, peut-être, d'aimer le cinéma de ce réalisateur très attachant.

Au sommaire de cette note

  • Les désormais folkloriques synopsis et transcription de bande-annonce,
  • Un petit mot sur les chants de marins utilisés dans ce film.

***********

conte_d_ete1

 

Synopsis

Gaspard (Melvil Poupaud), étudiant en mathématiques, passe ses vacances d'été à Dinard. Son amie se fait attendre. Il patiente. C'est alors qu'il fait la connaissance de Margot (Amanda Langlet), étudiante et serveuse pour l'été, et de Solène, une séductrice invétérée...

Il s'agit du troisième volet de la série des contes des quatre saisons.

 


Mise en ligne le 21 février 2010 par beaujour97

Transcription

Margot – Bonjour !
Gaspard – Bonjour.

Je suis une fille de corsaire.

Margot – Pas mal, cette fille.
Gaspard – Laquelle ?
Margot – Celle que tu as regardée, là-bas.
Gaspard – Non, mais je ne regardais pas la fille.
Margot – Tu devrais, puisque tu es seul.
Gaspard – D'une façon générale, dans la vie, je ne cherche pas à conquérir à tout prix ? Comme il n'y en a aucune qui m'aime, et bien je n'aime personne.

Solène – Bonjour !
Gaspard – Bonjour.

Léna – Gaspard !

Je quitte mon joli bateau.
Il ne sera jamais trop tôt...

Margot – Les garçons sont cons, mais qu'ils sont cons. Une fille a beau être nulle, débile, demeurée, ça ne descend jamais à ce niveau-là.

Solène – Dans ce cas, à toi de choisir. Et tout de suite. Je ne veux pas être la remplaçante. C'est oui ou non, maintenant... Alors ?
Gaspard – Attends.

Léna – Moi-même, je veux pas être méchante, mais je trouve aussi que tu fais pas le poids.
Gaspard – Et alors ?
Léna – Je t'aimerais beaucoup mieux si tu te comportais uniquement en ami.

Margot – Ben mon p'tit vieux, tu te couvres. Si c'est pas l'une, ce sera l'autre. J'aimerais bien que tu aies à choisir, ça te ferait les pieds.
Gaspard – Je te paries que j'aurais même pas à choisir.

Il faut que j'aille au bout du monde
Pour savoir si la Terre est ronde.

 

***********

 

Outre la fille du corsaire, on peut entendre dans ce film deux autres chansons de marin. Tout du moins, si elles n'ont jamais été chantées sur les navires, elles s'inscrivent dans la catégorie plus vaste des histoires de mer. Il s'agit du Forban (traditionnel) et de Santiano (Jacques Plante – traditionnel).

 

Tournage à Dinard
Image trouvée ici.

Dans un entretien donné sur France Culture entre octobre 2003 et mai 2005, mais que je suis incapable de retrouver, Éric Rohmer expliquait son intérêt pour les chants de marin. Si quelqu’un l’a sous la main, ou s’il a tout autre document sur cette question, je suis demandeur.

 

***********

 

Voici le Forban par Mikaël Yaouank, animateur du groupe Djiboudjep (fondé en 1970) avec surtout Michel Tonnerre.

 

117164773

117164773_2


(La chanson ne dure que 3 min 47)

(traditionnel)

1. A moi forban que m'importe la gloire
Les lois du monde et qu'importe la mort?
Sur l'océan j'ai planté ma victoire
Et bois mon vin dans une coupe d'or.
Vivre d'orgies est ma seule espérance
Le seul bonheur que j'aie pu conquérir
Si sur les flots j'ai passé mon enfance
C'est sur les flots qu'un forban doit mourir.

Refrain:
Vins qui pétillent
Femmes gentilles
Sous des baisers brûlants d'amour
Plaisirs, batailles
Viv' la canaille
Je bois, je chante et je tue tour à tour.

2. Peut-être au mât d'une barque étrangère
Mon corps un jour servira d'étendard
Et tout mon sang rougira la galère
Aujourd'hui fête et demain le bazar.
Allons, esclave, allons, debout mon brave
Buvons le vin et la vie à grand pot
Aujourd'hui fête et puis demain peut-être
Ma tête ira s'engloutir dans les flots.

Refrain

3. Peut-être un jour par un coup de fortune
Je saisirai l'or d'un beau galion
Riche à pouvoir vous acheter la lune
Je m'en irai vers d'autres horizons.
Là respecté tout comme un gentil'homme
Moi qui ne suis qu'un forban, qu'un bandit
Je pourrai comm' le fils d'un roi, tout comme,
Mourir peut-être dedans un bon lit.

Refrain

 

***********

 

L'autre chanson n'est pas à proprement parler une chanson de marin, mais elle en provient. Il s'agit d'une chanson d'Hugues Aufray (né en 1929) sortie en 1961.

 

113876961

 

Elle fut un gros succès à sa sortie et, comme on l'a vu ici, a connu plusieurs vies.

 


Ajoutée le 17 mai 2014 par sarkdit

(Jacques Plante - Traditionnel)

C´est un fameux trois-mâts fin comme un oiseau.
Hissez haut Santiano !
Dix huit nœuds, quatre cents tonneaux :
Je suis fier d´y être matelot.

Tiens bon la vague et tiens bon le vent.
Hissez haut Santiano !
Si Dieu veut toujours droit devant,
Nous irons jusqu’à San Francisco.

Je pars pour de longs mois en laissant Margot.
Hissez haut Santiano !
D´y penser j´avais le cœur gros
En doublant les feux de Saint-Malo.

Refrain

On prétend que là-bas l´argent coule à flots.
Hissez haut Santiano !
On trouve l´or au fond des ruisseaux.
J´en ramènerai plusieurs lingots.

Refrain

Un jour, je reviendrai chargé de cadeaux.
Hissez haut Santiano !
Au pays, j´irai voir Margot.
A son doigt, je passerai l´anneau.

Tiens bon la vague et tiens bon le vent.
(Tiens bon le cap tiens bon le flot.)
Hissez haut Santiano !
Sur la mer qui fait le gros dos,
Nous irons jusqu’à San Francisco.

 

Hugues Aufray a joué un rôle de passeur en France. C'est par ses adaptations que les Français ont découvert Bob Dylan. Il a aussi puisé dans le répertoire traditionnel. Celle-ci est l'adaptation d'un chant plus ancien. Plusieurs versions (avec beaucoup de variantes dans les paroles comme dans la musique) traînent sur la toile.

 O! Santianna won the day
Heave away, Santianna!
He won the day down at Mount-Del-Rey,
All along the plains of Mexico

Heave her up, and away we'll go
Heave away, Santianna!
Heave her up, and away we'll go
All on the plains of Mexico


O! Santianna fought for gold
What deeds he did have oft been told

O! Santianna fought for fame!
And Santianna gained a name

And Santianna shovelled his gold
Around Cape Horn through the ice and snow