jeudi 14 juillet 2016

(4) ‘Adrien’ de Jacques Prévert par Strip / S3p (2004)

Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations (dont trois "Barbara" et six "les Feuilles mortes") dont certaines sont des bijoux. N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle. ******  Répétons-le, Jacques Prévert sera le poète le plus présent de ce cycle avec des chansons attendues (Les... [Lire la suite]

samedi 13 décembre 2014

Le Prénom - Matthieu Delaporte & Alexandre de La Patellière (2012), Je te donne - Jean-Jacques Goldman & Michael Jones (1985)

Le Prénom de Matthieu Delaporte & Alexandre de La Patellière (nés en 1971) nous donnera l'occasion d'aller faire un petit tour à Paris.   *********   Le synopsis trouvé sur le DVD Vincent (Patrick Bruel), la quarantaine triomphante, va être père pour la première fois. Invité à dîner chez Élisabeth (Valérie Benguigui) et Pierre (Charles Berling), sa sœur et son beau-frère, il y retrouve Claude (Guillaume de Tonquédec), un ami d'enfance. En attendant l'arrivée d'Anna (Judith El Zein), sa jeune épouse qui vient de... [Lire la suite]
vendredi 29 novembre 2013

Les Enfants Terribles - Jean-Pierre Melville (1950), Jean Cocteau (1929)

Avec Les Enfants Terrible de Jean-Pierre Melville (1917-1973), on ira faire un tour dans le 9ème arrondissement de Paris. Dans la bande annonce, on reconnaît la voix de Jean-Pierre Melville, présent comme réceptionniste dans Orphée (1950) de Jean Cocteau (1889-1963). Ajoutée le 23 mai 2009 par lachambreverte Transcription C’est surtout l’impression profonde que lui laissèrent certains épisodes de son enfance qui inspirait à Jean Cocteau un livre qui devait obtenir partout un succès considérable et influencer profondément la... [Lire la suite]
mardi 25 juin 2013

C’est l'été (une chronique de la haine ordinaire) - Pierre Desproges (1986)

Dans cette toute petite série estivale, nous allons nous amuser à détester l’été, les touristes (et puis l’humanité, tant qu’à faire). Observez ce visage dont la jovialité monacale contrasteavec le poussin mort broyé par la main l'écrivain.Ce sont les Chroniques de la haine ordinaire. Aujourd’hui, une chronique de la haine ordinaire de l’immense Pierre Desproges (1939 – 1988, on ne s’en remet toujours pas). Pierre Desproges, ce serait un Dušan Radović (1922-1984) qui serait méchant, et c'est bien. Nouvelle édition, intégrale, du... [Lire la suite]
mardi 21 mai 2013

OCLC/Miscellanées (5) - Un petit tour dans le quatrième arrondissement

Si nous avons évoqué les chansons de la bande-annonce du film, les chansons du film et les chansons d'un sketch de Jamel, nous n'en avons pas fini pour autant avec les motifs du film d'Alain Resnais. Pendant encore quelques jours, nous allons évoquer quelques détails, quelques aspects du film. Mise en ligne le 20 septembre 2009 par M. Kinonik Transcription Camille – Ça m’impressionne toujours, moi ! C’est beau, hein ?!Simon – Bof.... Mes circuits sont niqués, puis y a un truc qui fait masse. Le courant peut plus passer.... [Lire la suite]
vendredi 1 février 2013

Etranges Etrangers - Jacques Prévert accompagné d'Henri Crolla (vers 1957)

Un sondage d'IPSOS a récemment fait pas mal de bruit sur les rapports de 70% des Français avec les étrangers comme on peut le lire dans cet article du Monde. De plus, Toma Feterman, leader de la Caravane passe, dans une très récente interview, recommandait de lire Jacques Prévert (1900-1977). Cet entretien a quelques échos avec ce poème qui, rendant hommage aux étrangers de France, fait référence autant à l’Histoire qu’à Paris.   Deux couvertures d'une compilation de poèmes illustrés par Jacqueline Duhême (née en 1927)  ... [Lire la suite]
jeudi 8 décembre 2011

Theo Hakola - Chère maman (1993 - le français vu d'ailleurs n°9)

Aujourd’hui Theo Hakola fait un peu exception à la série dans la mesure où il vivait en France depuis déjà longtemps lorsqu’il a écrit et enregistré cette chanson. On peut y percevoir de nombreux clichés romantiques (le poète monté à Paris) et romanesques (roman d’apprentissage), clichés fixés dès le XIXème siècle. Ces thèmes mêlés à une tradition musicale folk américaine contribuent largement à la bizarrerie de ce clip. Parmi les musiciens qui ont participé à cet enregistrement, notons l'étonnante Claire Diterzi qui tient le... [Lire la suite]