En matière de référence culturelle, l’épilogue de cet épisode de Bref est remarquable. Le dialogue entre "Je" et Chantal Lauby est une référence à cette très courte séquence :


Ajoutée par Adn476 le 6 janvier 2010

Karamazov - Vous êtes Odile Deray?

Deray - Non, je suis le Pape et j'attends ma sœur, hum... (Il part, un peu perdu, elle le suit). C'est moi !

Karamazov - Ah !

 

Comme un très grand nombre de répliques de la Cité de la peur, une comédie familiale (Berbérian, 1993), toute une génération est capable de l’identifier.

 

cite-de-la-peur-1994

 

Dans la séquence suivante, nous avons relevé près d’une trentaine de gags (linguistiques, référentiels, situationnels, visuels ou autres) qui nécessitent parfois quelques explications, mais qui ne sont pas incompréhensibles.

30 gags en 5 minutes, ça en fait 6 à la minute, soit un gag toutes les 10 secondes.


Karamazov - je suis le pape par parodique

Transcription (trouvée et adaptée d'ici) :

Annonce - Aréoport (sic) de Nice, Aréoport (sic) de Nice, deux minutes d'arrêt.

Karamazov - Heu... Odile Deray?

Dave - Non !

Karamazov - Oh ! Pardon, excusez-moi, je cherchais Odile Deray.

La foule - C'est elle !

Karamazov - Vous êtes Odile Deray?

Deray - Non, je suis le Pape et j'attends ma sœur, hum... (Il part, un peu perdu, elle le suit). C'est moi !

Karamazov - Ah ! Euh, je suis envoyé par l'agence Security !

Deray - Et vous êtes ?

Karamazov - A l'aréoport (sic)  !

Deray - Ça, je sais ! Mais, votre nom, c'est quoi ?

Karamazov - Oh ! Serge... Serge… Karamazov... au... aucun lien je suis fils unique.

Deray - Ah...

Karamazov - Non, parce que, Karamazov, ... les frères... aucun lien... fils unique... 

Deray - Ah, d'accord ! Oui, bien sûr, ha ha ha.

Karamazov - Ha ha ha.

Deray - Oui oui oui, c'est drôle !

Karamazov - C'est vrai ?

Deray - Oui, oui !

Un homme - Loulou ?

Annonce - Attention !

L’homme - Loulou ?... Loulou ?... Loulou ?...

Loulou - Oui, c'est moi !

Annonce - Attention, les avions à destination de – incompréhensible -...

Deray - Cigarette ?

Karamazov - Non, merci, j'essaie d'arrêter !

Annonce -, – incompréhensible - et – incompréhensible -. sont attendus quai numéro un. Attention, l'arrière de l'appareil ne dessert pas les villes de – incompréhensible - et – incompréhensible -. Merci de votre attention.

Deray - Le voilà.

Baby sitter - Et voilà, au revoir, Simon !

Jérémi - Au revoir, Sylvie !

Deray - Bonjour, Simon, je suis Odile Deray. Simon Jérémi, voici Serge Karamazov.

Karamazov - Aucun lien.

Deray - Voilà donc monsieur Karamazov qui sera chargé de votre confort, de votre sécurité. Vous avez des bagages Simon ?

Jérémi - Oh ben non ! On m'a dit de venir, pas de venir avec des bagages, pourquoi ? Il fallait que j'en prende (sic) ?

Deray - Non, non, c'est pas grave. Allons-y.

Karamazov - Dites, on n’attend pas votre soeur ?

Deray - Bon, monsieur Kramazov, vous conduisez, moi je passe derrière. Vous, Simon, vous prenez la place du mort... Non ! Bon Simon, Simon, mettez-vous là vous serez mieux, hein !

Jérémi - D'accord.

Voix off publicitaire - Direction assistée, intérieur cuir, condamnation centrale des portes, Safrane série limitée palme d'or, une voiture qu'elle est bien pour la conduire (sic).

Deray - Ah, je vais faire de vous une star Simon, une vraie star. Comme publicité on pouvait pas rêver mieux, un vrai meurtre, comme dans votre film, en plein festival de Cannes. Il va falloir faire des photos, au fait... Vous faites des photos, Simon ?

Jérémi - Oui.

Deray - Très bien ! J'aime bien travailler avec de bonnes photos. Vous savez, les Allemands adorent le film. Ils ont toujours eu beaucoup de goût, les Allemands. C'est vrai, hein ?! Les Danois aussi, d'ailleurs. Vous savez parler le danois, Simon ?

Jérémi - Non !

Deray - Non ? Oh ! Il va falloir apprendre, hein ! Skol ofenstrü ! Répétez après moi : skol ofenstrü.

Jérémi - Skol ofenstrü.

Deray - Oh mais non j'suis sotte, c'est du suédois.

Jérémi - Oh mais non je suis sotte, c'est du suédois.

Karamazov - Mais, atten...attendez ! Excusez-moi ! Parce que si vous faites toujours comme ça, moi, comment voulez-vous qu'avec le truc, je fasse le chose. Attendez, tenez... c'est quelque part... tenez. Comme ça c'est plus prudent. Ça va derrière ?

Jérémi - Hihi, oui, hihi.

Deray - Je vous ai réservé une chambre au Martinez. Vous connaissez le Martinez, Simon ?

Jérémi - Non.

Deray - Vous y serez très bien. Je vous veux comme un coq en pâte ici. Monsieur Karamazov, il va falloir emmener Simon partout, hein. Il va être très sollicité, vous savez. C'est l'effet "Cannes" !

Karamazov - Vous pouvez m'appeler Serge, si vous voulez.

Deray - Regardez la route Kara. Simon, vous me direz où vous voulez dîner ce soir.

Jérémi – (vomit)

Karamazov - Oh merde ! Qu'est ce qu'y a ? Vous êtes malade en voiture ?

Jérémi - Non, non ! C'est parce que, quand je suis content, je vomis. Et là, je suis hyper-content.

Deray - Au fait j'ai laissé mon agenda à la salle. Le cinéma est pas très loin, j'irai a pied. Jetez moi ici ! ...

(Nous en avons presque terminé avec cet épisode de Bref.)