Avec cette série de poèmes français interprétés par des artistes de l’espace (ex-)yougoslave, nous souhaitons à la fois évoquer des poètes et explorer une scène relativement inconnue de nous. Nous avons relevé près de trente adaptations ou évocations (dont trois "Barbara" et six "les Feuilles mortes") dont certaines sont des bijoux.

N’hésitez pas à suggérer des titres. On les intègrera avec plaisir dans ce cycle.

******

 

Disons-le d'emblée, Jacques Prévert sera le poète le plus présent de ce cycle avec des chansons attendues (Les Feuilles Mortes et Barbara) et des titres plus surprenants (comme on verra demain).


 

joseph-kosma-jacques-prc3a9vert
Image trouvée ici.

Les Feuilles mortes / Autumn leaves est sans doute l’un des plus grands standards de jazz composé par un français (Joseph Kosma, en fait d’origine hongroise, 1905-1969). Les paroles de Jacques Prévert (1900-1977) nous invitent à l’intégrer dans ce cycle. « Standard oblige », on en entendra d’autres versions cet été.

Bien qu'elle soit conçu comme une chanson, et non comme un poème, c'est l'auteur qui nous conduit à l'intégrer dans ce cycle.

 

51ueNWjq5gL

De ce morceau, on a tendance à distinguer deux titres. La version orginale de Jacques Prévert écrite pour Les portes de la nuit (Marcel Carné, 1946) et la version anglo-saxonne utilisée notamment dans l'univers du jazz, dont les paroles de l’adaptation anglaise sont de Johnny Mercer (1909-1976). Sa version sera reprise entre autre par des chanteurs comme Jo Stafford, Nat King Cole ou Frank Sinatra et des instrumentistes comme Cannonball Adderley, Keith Jarret ou John Coltrane.

 Cette fois-ci, pas de traduction mais il y en aura, c'est promis.

 

R-3037090-1312795072

 

Il existe plusieurs enregistrements de ce standard par Jovan Maljoković (compositeur et arrangeur belgradois dont le premier album remonte à 1985 et le dernier à 2012). On en trouve une version instrumentale sur Balkan Salsa, un album datant de 1994 et une version déjà chantée par Ana Sofrenović (chanteuse et actrice née en 1972) sur l’album Lover Man, paru en 2006 en supplément de l’album Zauvek.

 

jovan-maljokovic1

 

Sur la toile, on trouve cette version enregistrée en 2012 lors du Belgrade Jazz Festival. Elle combine les textes français et anglo-saxon. On l’a trouvée sur cette page, accompagnée d'une critique acerbe dont l’auteur apprécie cependant cette version.

 


Ajoutée le 28 octobre 2012 par Nikola Markovic

(Jacques Prévert – Joseph Kosma – Johnny Mercer)

Oh ! Je voudrais tant que tu te souviennes
Des jours heureux où nous étions amis.
En ce temps-là la vie était plus belle,
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui.
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle.
Tu vois, je n'ai pas oublié...
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle,
Les souvenirs et les regrets aussi
Et le vent du nord les emporte
Dans la nuit froide de l'oubli.
Tu vois, je n'ai pas oublié
La chanson que tu me chantais.

C'est une chanson qui nous ressemble.
Toi, tu m'aimais et je t'aimais
Et nous vivions tous deux ensembles,
Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais.
Mais la vie sépare ceux qui s'aiment,
Tout doucement, sans faire de bruit
Et la mer efface sur le sable
Les pas des amants désunis.

The falling leaves
Drift by the window
The autumn leaves
Of red and gold

I see your lips
The summer kisses
The sunburned hands
I used to hold

Since you went away
The days grow long
And soon I'll hear
Old winter's song

But I miss you most of all
My darling
When autumn leaves
Start to fall

 

(On notera à la fin un petit clin d’oeil à la version de Cannonball Adderley.)

 

******

 

On trouve également sur la toile cette version instrumentale.

Date-t-elle de 1994 comme il nous le semble ou de 2012 comme il est indiqué ? Mystère.

 


Ajoutée le 22 mars 2012 par dzenitahusic032

 

1994

1994Images tirées du site discogs.

 

Le site de Jovan Maljoković.