L’Heureux mix (2003) de la Tordue est un mélange des paroles de plusieurs chansons ayant marqué les auteurs sur une musique originale. Comme ils ne sont pas les seuls à les connaître, découvrons-les ensemble.

---------------

Il est étonnant que Renaud n’ait qu’une entrée dans cette chanson tant il a influencé tout un pan de la scène française depuis les années 80. Je pense que la Tordue fait partie des groupes qui s’en revendiquent mêlant accordéon et rythmes modernes, poésie et engagement plutôt à gauche.

Cela signifie simplement que cet Heureux Mix n’a pas de vocation à l’exhaustivité.

 

hrk8kraq

Renaud (né en 1952), le chanteur énervant est l’auteur de chansons de loubard au cœur tendre. La chanson pour Pierrot, dans laquelle il s’adresse à Pierrot, un enfant qu’il imagine, qu’il attend.

ma-gonzesse

 

Elle paraît sur son troisième album, celui où il commence à faire place à ce type de chanson de tendre.

 


Ajoutée le 30 septembre 2007 par chtio Alain

(Renaud)

T’es pas né dans la rue
T’es pas né dans l’ruisseau
T’es pas un enfant perdu
Pas un enfant d’salaud,
Vu qu’t’es né dans ma tête
Et qu’tu vis dans ma peau
J’ai construit ta planète
Au fond de mon cerveau.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’tiens chaud.
Pierrot.

Depuis l’temps que j’te rêve,
Depuis l’temps que j’t’invente,
De pas te voir j’en crève
Et j’te sens dans mon ventre.
Le jour où tu t’ramènes,
J’arrête de boire : promis,
Au moins toute une semaine,
Ce s’ra dur, mais tant pis.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’tiens chaud.
Pierrot.


Qu’tu sois fils de princesse,
Ou qu’tu sois fils de rien,
Tu s’ras fils de tendresse,
Tu s’ras pas pas orphelin.
Mais j’connais pas ta mère :
Je la cherche en vain.
Je connais qu’la misère
D’être tout seul sur le ch’min.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’tiens chaud.
Pierrot.

Dans un coin de ma tête
Y a déjà ton trousseau :
Un jean, une mobylette
Une paire de Santiago.
T’iras pas à l’école,
J’t’apprendrai les gros mots.
On jouera au football,
On ira au bistrot.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’tiens chaud.
Pierrot.

Tu t’lav’ras pas les pognes
Avant d’venir à table.
Et tu m’trait’ras d’ivrogne
Quand j’piquerai ton cartable.
J’t’apprendrai des chansons
Tu les trouveras débiles.
T’auras p’t’être bien raison
Mais j’s’rai vexé quand même.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’tiens chaud.
Pierrot.

Allez viens mon Pierrot,
Tu s’ras l’chef de ma bande.
J’te r’filerai mon couteau,
J’t’apprendrai la truande.
Allez viens mon copain,
J’t’ai trouvé une maman :
Tous les trois ça s’ra bien
Allez viens, je t’attends.

Pierrot, mon gosse, mon frangin, mon poteau,
Mon copain tu m’tiens chaud.
Pierrot.

 

---------------

 

Moins chargées que d’autres chansons, celle-ci contient quand même un vocabulaire argotique dont voici le lexique :

 

  • un gosse – un enfant
  • un frangin – un frère
  • un poteau – un ami
  • une pogne – une main
  • piquer – voler
  • filer – donner
  • la truande – la voyouterie

---------------

 

Mentionnons la présence de Marcel Azzola (né en 1927), accordéoniste de grand renom ayant joué sur les scènes du musette, du jazz (avec Stéphane Grappelli, Didier Lockwood…) et de la chanson (Jacques Brel, Édith Piaf, Juliette Gréco, la liste est longue…).

 

---------------

 

Tu connais des reprises ? Sur Internet je n’en ai trouvé qu’une de Calogero.